Honduras : information sur les groupes criminels à Roatán, y compris la Mara Salvatrucha (MS-13) et le Barrio 18 [18th Street Gang]; les cas d'individus pourchassés par des groupes criminels à Roatán (2020-novembre 2022) [HND200998.EF]

Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada

1. Aperçu

Selon des sources, le Honduras a une population d'environ dix millions d'habitants (É.-U. 31 mars 2020, 3; Banque mondiale 17 juin 2022). Des sources estiment qu'il y a de 7 000 à 10 000 membres de gang (É.-U. 31 mars 2020, 3) ou de 5 000 à 40 000 membres de gang [traduction] « actifs » au Honduras (HRW 13 janv. 2022). Des sources précisent que le Barrio 18 et la MS-13 [traduction] « sont les [gangs] les plus actifs et les plus puissants » (É.-U. 31 mars 2020, 3) ou les [traduction] « deux principaux gangs de rue » (Bertelsmann Stiftung 2022, 6) ou les [traduction] « gangs prédominants » au Honduras, et qu'ils « exercent leurs activités surtout dans les milieux urbains » tels que Tegucigalpa et San Pedro Sula, ou « dans les régions rurales près de la frontière du Salvador » (InSight Crime 15 févr. 2021).

InSight Crime, groupe de réflexion et organisation médiatique qui présente [traduction] « des comptes rendus, des analyses, des données, des enquêtes et des propositions stratégiques » concernant le crime organisé et la sécurité dans les Amériques (InSight Crime s.d.), fait observer que la MS-13 et le Barrio 18 se livrent au [traduction] « micro-trafic et exercent un contrôle important dans les pénitenciers du pays » (InSight Crime 15 févr. 2021). Des sources affirment que la MS-13 et le Barrio 18 commettent de l'extorsion (É.-U. 31 mars 2020, 3; HRW 13 janv. 2022, 2; InSight Crime 15 févr. 2021), [traduction] « des meurtres à forfait, de la piraterie routière » et « d'autres crimes de rue violents » (É.-U. 31 mars 2020, 3). Dans un rapport sur les gangs, la violence et l'extorsion dans le nord de l'Amérique centrale écrit par Pamela Ruiz, une [traduction] « experte-conseil indépendante en matière de gouvernance criminelle, de migration et de primauté du droit dans le nord de l'Amérique centrale », et publié par le Centre d'études latino-américaines et caribéennes Kimberly Green (Kimberly Green Latin American and Caribbean Center) à l'Université internationale de Floride (FIU), on peut lire que les municipalités du Honduras qui ont les taux « moyens d'extorsion les plus élevés » par tranche de 10 000 habitants sont San Pedro Sula (4,10), La Ceiba (3,48), La Esperanza (3,30), Comayagua (2,18), Distrito Central-Tegucigalpa (1,69), Roatán (1,39), Santa Rosa de Copan (1,29), Tela (1,25), Puerto Cortes (1,09) et Siguatepeque (1,04) (Ruiz janv. 2022, 2, 14).

Des sources signalent que, même si [traduction] « le taux d'homicides [du Honduras] a diminué de moitié depuis 2011, il demeure l'un des plus élevés au monde » (HRW 13 janv. 2022), ou que le [traduction] « taux d'homicides a remarquablement diminué au cours des dix dernières années, mais les crimes violents et la violence des gangs demeurent des problèmes graves » (Freedom House 28 févr. 2022, sect. F3). Selon des sources, le taux d'homicides était de 44,8 par 100 000 habitants en date de 2019 (HRW 13 janv. 2022), ou de 39 par 100 000 habitants en 2021, soit [traduction] « [p]lus de 3 600 personnes » tuées (Freedom House 28 févr. 2022, sect. F3).

2. Groupes criminels à Roatán

Selon Circle of Health International (COHI), un organisme humanitaire international établi aux États-Unis qui a pour mission d'offrir des soins de santé reproductive et maternelle (COHI s.d.a), Roatán est une [traduction] « petite » île du Honduras qui compte environ 115 000 habitants (COHI s.d.b).

Des sources signalent que Roatán [traduction] « affiche des taux de criminalité moins élevés que les autres îles des Caraïbes » (É.-U. 31 mars 2020, 3) ou que les [traduction] « taux de criminalité généraux » à Roatán « semblent moins élevés que dans la plupart des régions du Honduras » (professeur agrégé de relations internationales 19 oct. 2022). Dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches, un professeur agrégé de relations internationales à l'Université de São Paulo qui s'intéresse à la violence et à la corruption au Honduras a déclaré que ce sont les touristes qui sont la cible de [traduction] « la plupart » des crimes à Roatán (professeur agrégé de relations internationales 19 oct. 2022). Dans ses conseils aux voyageurs pour le Honduras, le gouvernement du Canada précise que [version française du Canada] « des voleurs ont ciblé des maisons et des résidences louées à long terme » à Roatán (Canada 3 nov. 2022). Au cours d'un entretien avec la Direction des recherches, un professeur adjoint d'études de sécurité à l'Université New Jersey City dont les recherches portent sur les gangs, le crime organisé et le trafic de stupéfiants dans le nord de l'Amérique centrale a déclaré qu'en général, Roatán est un [traduction] « endroit sûr et paisible » qui est considéré comme un « refuge sûr » pour échapper aux gangs, y compris à la MS-13 et au Barrio 18 (professeur adjoint d'études de sécurité 13 oct. 2022).

Au cours d'un entretien avec la Direction des recherches, une chercheuse indépendante aux États-Unis dont les travaux portent sur la MS-13 et le Barrio 18 dans le nord de l'Amérique centrale a déclaré qu'il y a [traduction] « très rarement » des groupes criminels à Roatán, et qu'aucune information récemment publiée ne fait état de la présence de la MS-13 ou du Barrio 18 sur l'île (chercheuse indépendante 17 oct. 2022). Dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches, une professeure adjointe de science politique à l'Université de Toronto qui s'intéresse à la violence et aux gangs transnationaux en Amérique latine a affirmé que la MS-13 et le Barrio 18 sont présents à Roatán, mais dans [traduction] « une faible mesure », et que l'île est un « refuge » pour les membres et les chefs de gang qui fuient la police ou des membres de gangs rivaux (professeure adjointe de science politique 16 oct. 2022). Le professeur agrégé de relations internationales a précisé que la MS-13 et le Barrio 18 [traduction] « exercent surtout leurs activités » dans la partie continentale du Honduras, et qu'il n'y a « pas de signes tangibles de leur présence organisée [à] Roatán » (professeur agrégé de relations internationales 19 oct. 2022).

3. Information indiquant si les groupes criminels pourchassent des individus à Roatán

Selon des sources, les groupes criminels sont en mesure de pourchasser des individus qui quittent la partie continentale du Honduras pour s'établir à Roatán grâce à la surveillance des réseaux de médias sociaux (chercheuse indépendante 17 oct. 2022; professeure adjointe de science politique 16 oct. 2022). De plus, des sources ont signalé qu'il est possible de trouver des individus en les [traduction] « observant dans la rue » (chercheuse indépendante 17 oct. 2022) ou par le bouche-à-oreille, puisque l'île de Roatán est [traduction] « très petite » (professeure adjointe de science politique 16 oct. 2022). Le professeur agrégé de relations internationales a déclaré que [traduction] « [l]es réseaux personnels sont serrés et solides », de sorte que les groupes criminels sont capables de « "suivre" les déplacements de certaines personnes » (professeur agrégé de relations internationales 19 oct. 2022). Selon la professeure adjointe de science politique, les personnes [traduction] « les plus susceptibles d'être pourchassées » sont les membres actuels ou les anciens membres de gangs (professeure adjointe de science politique 16 oct. 2022). La chercheuse indépendante a affirmé que les gangs pourchassent ces individus s'ils possèdent des [traduction] « renseignements importants » au sujet du gang ou s'ils ont « enfreint les règles du gang » (chercheuse indépendante 17 oct. 2022). Le professeur agrégé de relations internationales a déclaré que des individus qui ont trahi un gang ou ont [traduction] « tenté de le quitter » « ont été pourchassés et tués, tant au Honduras qu'à l'extérieur du pays » (professeur agrégé de relations internationales 19 oct. 2022).

Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé aucun renseignement à propos de cas d'individus qui ont été pourchassés par des groupes criminels à Roatán.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Banque mondiale. 17 juin 2022. « World Bank Supports Strengthening Health Emergency Preparedness and Reducing Vulnerability in Honduras ». [Date de consultation : 17 oct. 2022]

Bertelsmann Stiftung. 2022. « Honduras Country Report ». Bertelsmann Stiftung's Transformation Index (BTI) 2022. [Date de consultation : 5 oct. 2022]

Canada. 3 novembre 2022. Voyage.gc.ca. « Honduras Travel Advice ». [Date de consultation : 4 nov. 2022]

Chercheuse indépendante, États-Unis (É.-U.). 17 octobre 2022. Entretien avec la Direction des recherches.

Circle of Health International (COHI). S.d.a. « COHI's Values ». [Date de consultation : 4 nov. 2022]

Circle of Health International (COHI). S.d.b. « Roatan, Honduras ». [Date de consultation : 4 nov. 2022]

États-Unis (É.-U.). 31 mars 2020. Department of State, Overseas Security Advisory Council (OSAC). Honduras 2020 Crime & Safety Report. [Date de consultation : 5 oct. 2022]

Freedom House. 28 février 2022. « Honduras ». Freedom in the World 2022. [Date de consultation : 5 oct. 2022]

Human Rights Watch (HRW). 13 janvier 2022. « Honduras ». World Report 2022: Events of 2021. [Date de consultation : 5 oct. 2022]

InSight Crime. 15 février 2021. « Honduras Profile ». [Date de consultation : 5 oct. 2022]

InSight Crime. S.d. « About Us ». [Date de consultation : 5 oct. 2022]

Professeur adjoint d'études de sécurité, New Jersey City University. 13 octobre 2022. Entretien avec la Direction des recherches.

Professeur agrégé de relations internationales, Universidade de São Paulo. 19 octobre 2022. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches.

Professeure adjointe de science politique, University of Toronto. 16 octobre 2022. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches.

Ruiz, Pamela. Janvier 2022. Gangs, Violence, and Extortion in Northern Central America. Florida International University (FIU). [Date de consultation : 5 oct. 2022]

Autres sources consultées

Sources orales : associée de recherche dans un institut de recherche allemand dont les travaux portent sur les conflits, la violence et la paix en milieu urbain, la sécurité et les régions frontalières, ainsi que les marchés illégaux en Amérique latine; associé principal dans une université caribéenne dont les travaux portent sur les questions de sécurité régionale; chargée d'enseignement dans une université du Royaume-Uni dont les travaux portent sur la violence des gangs et les crimes haineux en Amérique latine; chercheur dans une université américaine dont les travaux portent sur la violence et les gangs transnationaux en Amérique latine; chercheur invité dans une université du Royaume-Uni dont les travaux portent sur les gangs de rue et les politiques en matière de stupéfiants en Amérique latine; chercheuse dans une université allemande dont les travaux portent sur la violence, la criminalité, la sécurité publique, la violence urbaine, les gangs 'juvéniles et la violence chez les jeunes en Amérique centrale; Cristosal; directeur de recherche dans une université américaine dont les travaux portent sur la violence criminelle, les gangs et la police en Amérique latine; German Institute for Global and Area Studies; Inter-American Dialogue; International Crisis Group; Nations Unies – UNICEF; professeur adjoint dans une université américaine dont les travaux portent sur la violence, l'économie transnationale illicite, l'incarcération de masse et la sécurité dans les Amériques; professeur adjoint dans une université canadienne dont les travaux portent sur la MS-13 en Amérique centrale; professeur agrégé dans une université américaine dont les travaux portent sur la violence criminelle organisée et les forces de l'ordre en Amérique latine; professeur agrégé dans une université américaine dont les travaux portent sur la violence criminelle organisée, les groupes armés, les cartels de drogue, les gangs en milieu carcéral et les paramilitaires en Amérique latine; professeure adjointe dans une université américaine dont les travaux portent sur la violence et la criminalité au Mexique et en Amérique centrale; professeure adjointe dans une université américaine dont les travaux portent sur l'économie illicite en Amérique latine; professeure agrégée dans une université américaine dont les travaux portent sur la violence politique et criminelle, ainsi que le commerce de la drogue et la criminalité en Amérique latine; professeur dans une université américaine dont les travaux portent sur la sécurité des citoyens, les droits de la personne et la violence en Amérique latine; professeur dans une université américaine dont les travaux portent sur la sécurité et la politique en Amérique latine et dans les Caraïbes; professeur dans une université américaine dont les travaux portent sur la violence politique et criminelle et la justice transitionnelle en Amérique latine; professeure dans une université américaine dont les travaux portent sur la consolidation de la paix et les conflits en Amérique centrale; Wilson Center.

Sites Internet, y compris : Al Jazeera; Allemagne – Federal Office for Migration and Refugees; Amnesty International; Armed Conflict Location & Event Data Project; Australie – Department of Foreign Affairs and Trade; Austrian Red Cross – ecoi.net; BBC; Belgique – Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides; Borgen Project; Brookings Institution; Canal 8; CARE International; Caymanian Times; Center for Strategic and International Studies; Compañía Broadcasting Centroamericana Canal 6; Council on Foreign Relations; Criterio.hn; Departamento19; Diálogo Américas; Diario Roatán; El Español; El Heraldo; El Libertador; El País; El Patriota; États-Unis – Library of Congress, United States Agency for International Development; Fédération internationale pour les droits humains; France – Office français de protection des réfugiés et apatrides; Global Initiative Against Transnational Organized Crime; The Guardian; HCH; Hondudiario; Honduras en sus Manos; Institute for War and Peace Reporting; International Crisis Group; INTERPOL; La Prensa; La Tribuna; Nations Unies – Bureau de la coordination des affaires humanitaires, Conseil des droits de l'homme, Haut-Commissariat aux droits de l'homme, Haut Commissariat pour les réfugiés, Office contre la drogue et le crime, ONU Femmes, PNUD, Refworld; The New Humanitarian; Norvège – Landinfo; Norwegian Refugee Council – Internal Displacement Monitoring Centre; Noticias 24/7; Noticiero Sercano; Organisation des États américains – Commission interaméricaine des droits de l'homme; Organisation suisse d'aide aux réfugiés; Organized Crime and Corruption Reporting Project; Pays-Bas – Ministry of Foreign Affairs; Proceso Digital; Radio Free Europe/Radio Liberty; Radio HRN; Reporters sans frontières; Resumen Latinoamericano; Royaume-Uni – Home Office; Televicentro; Tiempo; Transparency International; Union européenne – European Union Agency for Asylum; Washington Office on Latin America; Wilson Center.