Des millions de personnes sont en danger alors que l'Éthiopie expulse des représentants de l'ONU

Il faut mettre fin aux entraves à l'aide humanitaire urgemment requise au Tigré, et ouvrir d’une enquête indépendante

Akshaya Kumar

Directrice du plaidoyer sur les situations de crise

Le Conseil de sécurité des Nations Unies tiendra une réunion d'urgence aujourd’hui pour élaborer une réponse à la décision prise hier par le gouvernement éthiopien d’expulser sept responsables d’agences de l'ONU, désignées comme « persona non grata », des personnes non bienvenues dans le pays.

Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a réagi à l'expulsion annoncée par l'Éthiopie en se disant « choqué » par cette décision. Plusieurs ambassades à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, ont appelé à l'annulation des expulsions. L'administration Biden, aux États-Unis, a menacé de sanctions.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies tiendra une réunion d'urgence aujourd’hui pour élaborer une réponse à la décision prise hier par le gouvernement éthiopien d’expulser sept responsables d’agences de l'ONU, désignées comme « persona non grata », des personnes non bienvenues dans le pays.

Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a réagi à l'expulsion annoncée par l'Éthiopie en se disant « choqué » par cette décision. Plusieurs ambassades à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, ont appelé à l'annulation des expulsions. L'administration Biden, aux États-Unis, a menacé de sanctions.