L’affaire de viol #JusticePourLouise secoue le Sénégal

Le gouvernement devrait adopter de toute urgence une politique ferme pour lutter contre les abus en milieu scolaire

Elin Martínez

Chercheuse senior, division Droits des enfants

Le hashtag #JusticePourLouise circule au Sénégal depuis quelques jours, dernier sombre rappel en date de l’incapacité du pays à prendre des mesures contre le fléau de la violence sexuelle dans le milieu scolaire sénégalais.

Dans l’affaire la plus récente, un élève de 19 ans a été placé en détention par la police et accusé de viol sur une fille âgée de 15 ans, élève dans la même école. L’accusé aurait diffusé une vidéo du viol, largement relayée sur WhatsApp et d’autres réseaux sociaux. Cette affaire très médiatisée a suscité des messages condamnant le viol et l’accusé, mais aussi des tentatives de calomnie et de discrédit du récit du viol fait par la survivante.

Le viol, l’exploitation sexuelle et les abus sexuels d’élèves constituent un problème très grave dans le milieu scolaire sénégalais. Pourtant, ce sujet reste tabou et les abus peu dénoncés. Les cas comme celui de Louise ne sont que la pointe de l’iceberg : des filles sont régulièrement victimes d’abus de la part d’enseignants ou d’autres élèves. Le public ne connaît que les affaires les plus flagrantes. Il faut beaucoup de courage aux filles et aux familles pour briser les tabous et le silence, signaler un abus et faire face à la stigmatisation et à l’isolement social associés.

En 2018, Human Rights Watch a constaté qu’au Sénégal, les filles sont confrontées à des niveaux élevés de violence sexuelle et sexiste, notamment d’exploitation sexuelle, de harcèlement et d’abus, de la part d’enseignants et autres responsables scolaires. Des élèves ont également violé et abusé sexuellement d’autres élèves. La plupart de ces cas ne sont pas signalés et les auteurs restent souvent impunis.

Le gouvernement refuse encore de reconnaître l’ampleur des violences sexuelles à l’école. Il n’a pas agi suffisamment vite pour s’attaquer à la violence sexuelle en milieu scolaire sous toutes ses formes. #JusticePourLouise tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme et appelle le gouvernement à prendre rapidement des mesures fermes pour mettre fin à l’impunité des violences sexuelles et sexistes commises contre les femmes et les filles au Sénégal.

Le gouvernement devrait adopter de toute urgence une politique et un protocole sans équivoque pour s’assurer que les écoles publiques et privées soient obligées de prendre des mesures contre le fléau de la violence sexuelle en milieu scolaire, pour veiller à ce qu’elles protègent les survivantes au moment de la dénonciation des abus et après, ainsi que pour obliger tous les responsables scolaires à signaler immédiatement et de manière confidentielle toute allégation d’abus à la police et aux autorités judiciaires compétentes.