En Asie centrale, l’illusion d’un nouveau monde