République démocratique du Congo : information sur le traitement réservé aux membres de l'opposition depuis les élections de 2018, y compris aux membres de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), ainsi qu'aux membres du clergé (décembre 2018-juillet 2019) [COD106315.F]

Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada

1. Élections de 2018

Des sources signalent que les élections qui ont eu lieu le 30 décembre 2018 en République démocratique du Congo (RDC) ont été remportées par Félix Tshisekedi, chef de l'UDPS, avec 38,6 p. 100 des voix, devant Martin Fayulu (34 p. 100) et Emmanuel Ramazani Shadary (23 p. 100), selon les résultats publiés par la Cour constitutionnelle (BBC 20 janv. 2019; AA 20 janv. 2019). Martin Fayulu a contesté les résultats de l'élection en déposant un recours devant la Cour constitutionnelle, laquelle a rejeté cette demande (BBC 20 janv. 2019; Reuters 19 janv. 2019; AA 20 janv. 2019) en la qualifiant « [d']infondée » (BBC 20 janv. 2019). M. Fayulu a rejeté la décision de la Cour constitutionnelle (BBC 20 janv. 2019; Reuters 19 janv. 2019; AA 20 janv. 2019) et a déclaré se considérer comme le « président légitime de la RDC » (BBC 20 janv. 2019; AA 20 janv. 2019).

Des sources rapportent que Félix Tshisekedi a prêté serment le 24 janvier 2019 (Le Monde avec l'AFP 25 janv. 2019; DW 24 janv. 2019). Durant son discours, le président Tshisekedi a notamment promis la libération de prisonniers politiques (DW 24 janv. 2019; Le Monde avec l'AFP 25 janv. 2019) ainsi que de travailler à « améliorer le respect des droits humains dans le pays » (Le Monde avec l'AFP 25 janv. 2019).

2. Traitement réservé aux opposants politiques depuis les élections de décembre 2018

Des sources font état d'une « décrispation » politique en RDC depuis que Félix Tshisekedi est devenu président (Forum des As 14 mars 2019; Actu24.cd 28 mars 2019; Nations Unies 20 mars 2019). Actu24.cd, un site Internet d'information sur l'actualité congolaise, et la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) précisent que les mesures de décrispation comprennent notamment la libération de prisonniers politiques (Actu24.cd 28 mars 2019; Nations Unies 20 mars 2019). Un communiqué de presse publié à l'occasion de la présentation du dernier rapport du secrétaire général des Nations Unies sur les activités de la MONUSCO ajoute que « des annonces ont été faites en faveur du retour des opposants politiques en exil » (Nations Unies 20 mars 2019). Radio France internationale (RFI) parle aussi d'un « vent d'ouverture » à la Radio-télévision nationale congolaise (RTNC) où la diffusion d'information sur les opposants et sur les événements qu'ils organisent serait plus fréquente depuis l'assermentation du nouveau président (RFI 22 févr. 2019). La même source mentionne aussi que « [p]lusieurs radios d'opposition fermées sous Kabila ont pu rouvrir » (RFI 5 mai 2019). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

Des sources rapportent que le président Tshisekedi a aussi relevé de leurs fonctions Kalev Mutond [Mutondo], directeur de l'Agence nationale de renseignements (ANR) (Human Rights Watch 22 mars 2019; AFP 20 mars 2019) ainsi que Roger Kibelisa, le chef du Département de la sécurité interne de l'ANR (Human Rights Watch 22 mars 2019). Selon Human Rights Watch, lorsque ces deux hommes dirigeaient l'ANR, cette agence était « un instrument de répression politique contre les dirigeants de l'opposition et les activistes pro-démocratie et des droits humains » (Human Rights Watch 22 mars 2019). Des sources signalent toutefois que Roger Kibelisa a été nommé assistant du conseiller spécial du chef d'État en matière de sécurité (Human Rights Watch 22 mars 2019; AFP 20 mars 2019).

2.1 Traitement réservé à Martin Fayulu, à ses partisans et à ceux de la coalition Lamuka

Des sources signalent qu'à l'annonce [par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) (Human Rights Watch 14 févr. 2019)] de la victoire provisoire de Félix Tshisekedi, le 10 janvier 2019, des partisans de Martin Fayulu ont entamé des manifestations pour contester les résultats (Human Rights Watch 14 févr. 2019; RFI 11 janv. 2019; DW 10 janv. 2019). Selon Human Rights Watch, les forces de l'ordre « ont souvent répondu avec une force excessive, y compris une force létale non justifiée » (Human Rights Watch 14 févr. 2019). La même source dénombre « [a]u moins » 28 personnes ayant été blessées par balle à Kikwit [le fief de Martin Fayulu (RFI 11 janv. 2019)], Kananga, Goma et Kisangani lors de la dispersion des manifestants par les policiers (Human Rights Watch 14 févr. 2019). D'après la même source, « au moins » 10 personnes ont été tuées le 10 janvier 2019 (Human Rights Watch 14 févr. 2019). Selon RFI, le nombre de morts serait « [d']au moins » 12 personnes, tandis qu'il y aurait eu 4 blessés à Kisangani, 22 blessés à Kinshasa et 3 à Kananga (RFI 11 janv. 2019). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé aucun renseignement sur des mesures prises par les autorités congolaises pour poursuivre les responsables des gestes qui auraient été commis.

Selon la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies pour la RDC, les rassemblements organisés par Martin Fayulu dans l'ensemble de la RDC « se déroulent sans entraves » (Nations Unies 20 mars 2019). Allant dans le même sens, des sources rapportent que le 2 février 2019, la coalition Lamuka [1], qui appuyait la candidature de Martin Fayulu durant les élections présidentielles, a organisé un rassemblement à Kinshasa qui a été approuvé par les autorités (Jeune Afrique 4 févr. 2019; BBC 2 févr. 2019). Le Point, un hebdomadaire français, rapporte que l'évènement s'est déroulé « sans incident » (Le Point 4 févr. 2019), tandis que Radio Okapi, la radio des Nations Unies en RDC (Radio Okapi 22 sept. 2014), signale que des « dérapages » seraient survenus « en marge » du rassemblement (Radio Okapi 4 févr. 2019). La même source souligne que la police « affirme avoir fait l'objet d'insultes et provocations des militants qui entonnaient des chansons incitant à la haine ethnique » et qu'un journaliste de la chaîne Afrika TV a été « agressé et blessé » (Radio Okapi 4 févr. 2019). Radio Okapi signale aussi la tenue, le 4 mars 2019, d'une manifestation de partisans de Martin Fayulu dans la ville de Goma (Radio Okapi 4 mars 2019). Selon la source, la manifestation a réuni « [q]uelques dizaines de manifestants » protestant contre la nomination de Félix Tshisekedi à la présidence et demandant l'organisation de nouvelles élections dans les six prochains mois (Radio Okapi 4 mars 2019). La même source ajoute qu'aucun incident n'a été signalé lors de cette manifestation (Radio Okapi 4 mars 2019). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

Des sources indiquent que Martin Fayulu a été convoqué pour être entendu le 6 mai 2019 par la police judiciaire (Jeune Afrique 3 mai 2019; VOA Afrique avec l'AFP 3 mai 2019). Les sources précisent que cette convocation fait suite à une accusation, [déposée en février 2019 (Jeune Afrique 3 mai 2019)], « "[d']incitation à la haine ethnique'' » (Jeune Afrique 3 mai 2019) ou « "tribale" » (VOA Afrique avec l'AFP 3 mai 2019) et de « massacre[s] » des Balubas [tribu du président Tshisekedi (VOA Afrique avec l'AFP 3 mai 2019)] (Jeune Afrique 3 mai 2019; VOA Afrique avec l'AFP 3 mai 2019). Des sources rapportent la tenue, le 6 mai 2019 à Kikwit, d'une marche [organisée par la coalition Lamuka (Actualité.cd 6 mai 2019a)] pour protester contre cette convocation et pour soutenir Martin Fayulu (Radio Okapi 6 mai 2019; Actualité.cd 6 mai 2019a). Radio Okapi rapporte en outre que des manifestations ont eu lieu pour les mêmes raisons à Gungu et à Bulungu (Radio Okapi 6 mai 2019). Actualité.cd, un site Internet d'information sur l'actualité congolaise, note que l'évènement s'est déroulé « dans le calme » (Actualité.cd 6 mai 2019a), mais que la Police nationale congolaise (PNC) a « interpelé au moins 16 militants de Lamuka » ce jour-là, alors qu'ils auraient érigé une barricade et brûlé des pneus (Actualité.cd 6 mai 2019b). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens. Des sources rapportent que la convocation de Martin Fayulu a finalement été reportée (Jeune Afrique avec l'AFP 4 mai 2019; Radio Okapi 6 mai 2019) à une « "date ultérieure" » (Jeune Afrique avec l'AFP 4 mai 2019).

Des sources rapportent que la coalition Lamuka avait prévu d'organiser une marche à Kinshasa le 30 juin 2019, à l'occasion de l'anniversaire de l'indépendance de la RDC, pour exiger le « "respect de la volonté du peuple" » après l'invalidation, par la Cour constitutionnelle, de [l'élection (AFP 28 juin 2019)] d'une vingtaine de députés de la coalition (AFP 28 juin 2019; Jeune Afrique 28 juin 2019; RFI 28 juin 2019). RFI et Jeune Afrique ajoutent que cette invalidation a bénéficié, dans une grande partie des cas, à des candidats du FCC [Front commun pour le Congo, la coalition de l'ex-président Kabila] (Jeune Afrique 28 juin 2019; RFI 28 juin 2019). Les sources affirment que la manifestation a été interdite par le gouverneur de Kinshasa (Jeune Afrique 28 juin 2019; RFI 28 juin 2019). Néanmoins, selon des sources, la manifestation a eu lieu le 30 juin 2019 (RFI 1er juill. 2019; Actualité.cd 30 juin 2019; AFP 30 juin 2019). Des sources rapportent que la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et qu'il y aurait eu un mort parmi les participants à une manifestation à Goma (RFI 1er juill. 2019; AFP 30 juin 2019). L'AFP rapporte de plus les propos d'un manifestant à Goma selon lesquels les policiers auraient aussi tiré à balles réelles (AFP 30 juin 2019). Actualité.cd rapporte aussi les propos de Martin Fayulu selon lequel des manifestants auraient été blessés par les policiers qui auraient « "utilisé la brutalité, tiré à bout portant" » (Actualité.cd 30 juin 2019).

2.2 Libération de prisonniers politiques

Des sources signalent que le 13 mars 2019, Vital Kamerhe, le directeur du cabinet du président Tshisekedi, a annoncé que la grâce présidentielle avait été accordée à environ 700 prisonniers, dont l'opposant Franck Diongo et l'avocat et défenseur des droits de la personne Firmin Yangambi [Yangabi] (VOA Afrique 13 mars 2019; AFP 14 mars 2019; Belga 14 mars 2019). L'agence de presse belge Belga et l'Agence France-Presse (AFP) ajoutent que les personnes ayant été arrêtées « entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2018 » pour des activités politiques bénéficient d'une remise de peine (AFP 14 mars 2019) ou sont collectivement graciées (Belga 14 mars 2019).

Des sources rapportent que Firmin Yangambi et Frank Diongo ont été libérés respectivement le 15 et 16 mars 2019 (RFI 18 mars 2019; AFP 21 mars 2019). Des sources ont également annoncé la libération, le 21 mars 2019, d'un autre opposant politique congolais, [l'ex-député (AFP 21 mars 2019)] Eugène Diomi Ndongala (AFP 21 mars 2019; Forum des As 22 mars 2019). Sans donner plus de détails, Radio Okapi signale aussi que le 19 mars 2019, trois militants de l'UDPS ont pu quitter la prison de Ndolo (Radio Okapi 20 mars 2019). Selon le Forum des As, un quotidien congolais, après la libération d'Eugène Diomi Ndongala, le 21 mars 2019, « aucune autre figure, parmi les cas emblématiques ciblé[s] par l'Accord de la Saint Sylvestre 2016 [2], n'[était] encore en prison » (Le Forum des As 22 mars 2019). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

Le quotidien La Libre Belgique parle d'un « [i]mbroglio à Kinshasa autour des 700 détenus » qui se trouvaient toujours en prison le 15 mars au matin (La Libre Belgique 15 mars 2019). De même, le 20 mars 2019, Radio Okapi a rapporté « [qu'a]près la libération de quelques prisonniers emblématiques », les défenseurs des droits de la personne attendaient toujours la libération conditionnelle des 700 prisonniers qui avaient été graciés la semaine précédente (Radio Okapi 20 mars 2019). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé de plus amples renseignements sur la libération des prisonniers politiques à la suite de la grâce présidentielle.

2.3 Retour d'opposants politiques exilés à l'extérieur du pays

Des médias signalent que Moïse Katumbi, ancien gouverneur de la province du Katanga et politicien de l'opposition [chef du parti politique Ensemble pour le changement (BBC 20 mai 2019)], en exil depuis 2016, est retourné le 20 mai 2019 à Lubumbashi (BBC 20 mai 2019; Le Monde avec l'AFP 20 mai 2019; Africanews 20 mai 2019). Selon des sources, en mars 2019, l'ambassade de la RDC en Belgique a délivré un passeport biométrique à M. Katumbi (Jeune Afrique 8 mars 2019; RFI 9 mars 2019), ce qui lui « avait été refusé pendant plusieurs mois » par le gouvernement de Joseph Kabila (RFI 9 mars 2019). Des sources signalent aussi l'annulation par la justice congolaise de la condamnation de M. Katumbi à trois ans de prison pour une affaire de spoliation immobilière (Jeune Afrique 19 avr. 2019; Africanews 20 mai 2019). Jeune Afrique rapporte les propos de son avocat, selon lesquels après cette annulation, « ''plus rien ne s'oppos[ait] au retour de Moïse Katumbi '' » en RDC (Jeune Afrique 19 avr. 2019).

Selon des sources, Antipas Mbusa Nyamwisi, un opposant politique exilé depuis 2012 et un leader de la coalition Lamuka, est revenu en RDC le 31 mai 2019 (Actualité.cd 31 mai 2019; Belga 20 juin 2019). Des sources rapportent qu'en juin 2019, il a cessé sa participation aux activités de la coalition Lamuka afin de collaborer avec le gouvernement en ce qui concerne la lutte contre l'épidémie d'Ébola ainsi que contre l'insécurité, notamment dans la région de Beni-Butembo (Jeune Afrique 21 juin 2019; RFI 20 juin 2019).

Des sources signalent le retour, le 23 juin 2019, de l'opposant Jean-Pierre Bemba [président du Mouvement de libération du Congo (MLC) (Radio Okapi 23 juin 2019)] (Radio Okapi 23 juin 2019; AFP 23 juin 2019; RFI 24 juin 2019). L'AFP explique que Jean-Pierre Bemba est revenu une première fois d'exil le 1er août 2018 afin de déposer sa candidature aux élections présidentielles, invalidée par après par la commission électorale, et qu'il est par la suite retourné en Belgique (AFP 23 juin 2019). Des sources rapportent qu'à son arrivée à l'aéroport, il a été accueilli par Martin Fayulu (AFP 23 juin 2019; RFI 24 juin 2019; La Prospérité 24 juin 2019) avant de participer à un rassemblement de ses partisans à la place Sainte-Thérèse de N'djili (RFI 24 juin 2019; La Prospérité 24 juin 2019). Selon des sources, durant le parcours jusqu'à l'emplacement du rassemblement, des accrochages ont eu lieu entre les militants et les forces de l'ordre qui ont eu recours à des gaz lacrymogènes, tandis que des manifestants ont lancé des pierres ou des projectiles (France 24 avec l'AFP 24 juin 2019; RFI 24 juin 2019).

Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé de plus amples renseignements sur le retour de membres des partis de l'opposition en exil.

2.4 Traitement réservé aux partisans de l'UDPS

Selon Actualité.cd, les militants de l'UDPS ont tenu une manifestation devant le Palais du peuple (siège du parlement congolais) le 10 juin 2019 pour dénoncer les « "insultes" » qui auraient été lancées à l'encontre du président Tshisekedi par un député du FCC, qui aurait dit que le président aurait signé certaines ordonnance « dans l'inconscience » (Actualité.cd 10 juin 2019). De même, Voice of America (VOA) Afrique, le service francophone de VOA (VOA Afrique s.d.), rapporte que des militants de l'UDPS ont manifesté près du parlement en accusant les députés « de la majorité parlementaire pro-Kabila » « d'''outrage'' » envers M. Tshisekedi (VOA Afrique avec l'AFP 10 juin 2019). POLITICO.cd, un site sur l'actualité congolaise (POLITICO.cd s.d.), signale que lors de la manifestation devant le parlement, les forces de l'ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule (POLITICO.cd 10 juin 2019).

Actualité.cd signale qu'après la manifestation du 10 juin 2019, les militants de l'UDPS ont organisé d'autres mouvements de protestation dans plusieurs villes congolaises et que les militants du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), [le parti de Joseph Kabila], ont répliqué par une manifestation qui a eu lieu le 12 juin 2019 devant le Palais du peuple (Actualité.cd 14 juin 2019). La même source rapporte que des militants de l'UDPS et du PPRD se sont affrontés devant le bureau du PPRD et que les forces policières, « [d]ébordées », ont eu recours à des tirs de sommation et de gaz lacrymogènes (Actualité.cd 12 juin 2019). Selon la même source, la PNC aurait arrêté sept militants de l'UDPS ce jour-là, après que des « échauffourées » ont mené à l'incendie des sièges de deux partis politiques, le Congrès national congolais (CNC) et l'Alliance pour le renouveau du Congo (ARC Originale) (Actualité.cd 12 juin 2019). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens, ni de renseignement sur le traitement réservé aux militants de l'UDPS après leur arrestation.

2.5 Traitement réservé aux membres du clergé

Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé aucun renseignement sur le traitement réservé par les autorités aux membres du clergé qui seraient des opposants politiques pour la période post-électorale. Néanmoins, les informations suivantes sur les années précédentes pourraient s'avérer utiles.

Amnesty International signale que les 31 décembre 2017, 21 janvier 2018 et 25 février 2018, le Comité laïc de coordination (CLC) a organisé des manifestations pacifiques pour demander l'instauration de [traduction] « mesures de renforcement de la confiance » en préparation des élections de décembre 2018 (Amnesty International 20 mars 2018). Pour des renseignements sur le CLC, le déroulement général de ces manifestations et la réponse des autorités, veuillez consulter la réponse à la demande d'information COD106273 publiée en avril 2019.

Selon Human Rights Watch, les jours ayant précédé les manifestations du 31 décembre 2017 ainsi que le jour même de celles-ci, les forces de l'ordre congolaises ont arrêté « un grand nombre de personnes, dont au moins six prêtres catholiques » (Human Rights Watch 20 janv. 2018). De même, l'AFP signale que, selon une source des Nations Unies, 82 personnes ont été arrêtées lors des manifestations à Kinshasa et que des prêtres étaient parmi les personnes appréhendées (AFP 31 déc. 2017). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé aucun renseignement sur la suite de ces arrestations. Human Rights Watch ajoute que la « majorité » des 160 paroisses catholiques de Kinshasa ont été « encerclées ou que leur fonctionnement avait été perturbé par les forces de sécurité pendant ou après la messe du dimanche 31 décembre » (Human Rights Watch 20 janv. 2018). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

Selon des sources, à la suite de la manifestation du 21 janvier 2018, dix prêtres ont été arrêtés (Africanews 22 janv. 2018; Agence Fides 22 janv. 2018). Le service d'actualités Africanews, dans un article publié au lendemain de la manifestation, rapporte les propos de Georges Kapiamba de l'Association congolaise pour la justice, qui a déclaré que les prêtres arrêtés « "ont été et continuent d'être maltraités" » et que « "[l]eurs vêtements ont été déchirés" » (Africanews 22 janv. 2018). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens. Des sources affirment que deux religieuses auraient aussi disparu (Africanews 22 janv. 2018; Agence Fides 22 janv. 2018) ou auraient été arrêtées (Agence Fides 22 janv. 2018).

Selon RFI, lors de la marche du 25 février 2018, trois prêtres ont été arrêtés à Kisangani lors d'une marche organisée par le CLC (RFI 25 févr. 2018). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

RFI rapporte que le 4 février 2018, un prêtre a été emmené, à la fin de la messe, « par des hommes armés non identifiés » et qu'il a été libéré « quelques heures plus tard par les renseignements généraux » (RFI 6 févr. 2018). La même source explique que cette arrestation a accru « le climat de ''peur'' dans lequel prêtres et religieux disent vivre » depuis les manifestations du 31 décembre 2017 (RFI 6 févr. 2018). Selon les témoignages de prêtres recueillis par RFI, ceux-ci ont fait l'objet « [d']appels anonymes, [de] pressions » (RFI 6 févr. 2018). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Notes

[1] La coalition Lamuka [« [r]éveillez-vous » (Actualité.cd 11 nov. 2018) ou « [s]e réveiller » en lingala (AFP 12 nov. 2018)] est une coalition réunie autour de Martin Fayulu en tant que candidat unique pour les élections présidentielles de 2018 en RDC (Actualité.cd 11 nov. 2018; AFP 12 nov. 2018).

[2] Pour des renseignements concernant l'Accord de la Saint Sylvestre, veuillez consulter la réponse à la demande d'information COD106273 publiée en avril 2019.

Références

Actu24.cd. 28 mars 2019. Louange Vangu. « RDC : L'AR félicite Félix Tshisekedi pour la décrispation politique mais réitère son soutien à Moïse Katumbi ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Actualité.cd. 30 juin 2019. Christine Tshibuyi. « Répression de la marche de Lamuka : "Ils ont multiplié la violence par dix", se plaint Fayulu ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Actualité.cd. 14 juin 2019. « RDC : Le CNDH va enquêter sur les actes de vandalisme lors des manifestations des militants de l'UDPS et PPRD ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Actualité.cd. 12 juin 2019. « RDC : sept militants de l'UDPS interpellés, la présence policière renforcée à Limete ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Actualité.cd. 10 juin 2019. Will Cleas Nlemvo. « RDC : manifestation des militants de l'UDPS devant l'Assemblée nationale ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Actualité.cd. 31 mai 2019. « RDC : Mbusa Nyamwisi est rentré de son exil ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Actualité.cd. 6 mai 2019a. Gabriel Matondo. « RDC : Des centaines de personnes ont pris part à une marche de soutien à Fayulu à Kikwit ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Actualité.cd. 6 mai 2019b. « RDC : La police annonce qu'elle va libérer dans la soirée les 16 militants de Lamuka interpellés ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Actualité.cd. 11 novembre 2018. « RDC : La nouvelle coalition de l'opposition s'appelle Lamuka, elle sera portée par Fayulu ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Africanews. 20 mai 2019. « RDC : l'opposant Moïse Katumbi de retour à Lubumbashi, après 3 ans d'exil ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Africanews. 22 janvier 2018. Carole Kouassi. « Marches interdites en RDC : dix prêtres maintenus en détention ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Agence Anadolu (AA). 20 janvier 2019. Pascal Mulegwa. « RDC/Élections : la victoire de Félix Tshisekedi confirmée par la Cour constitutionnelle ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Agence Fides. 22 janvier 2018. « Afrique/RD Congo - Au moins six morts et une dizaine de prêtres séquestrés dans le cadre de la violente répression des manifestations ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Agence France-Presse (AFP). 30 juin 2019. « RDC : un mort dans la dispersion des marches interdites de l'opposition ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Agence France-Presse (AFP). 28 juin 2019. « RDC : manifestation d'opposants interdite dimanche à Kinshasa (gouverneur) ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Agence France-Presse (AFP). 23 juin 2019. « RDC : nouveau retour à Kinshasa pour l’opposant Bemba ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Agence France-Presse (AFP). 21 mars 2019. « RDC : un opposant, condamné pour viol, libéré ». (Factiva) [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Agence France-Presse (AFP). 20 mars 2019. « RDC : Kalev Mutond remplacé à la tête de l'ANR par Inzun Kakiak ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Agence France-Presse (AFP). 14 mars 2019. Samir Tounsi. « RDC : Tshisekedi marque son territoire avec des grâces massives ». (Factiva) [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Agence France-Presse (AFP). 12 novembre 2018. Samir Tounsi. « RDC : L'opposition se rallie derrière un seul candidat ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Agence France-Presse (AFP). 31 décembre 2017. « RDC : huit morts, une centaine d'arrestations en marge des manifestations ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Amnesty International. 20 mars 2018. « Amnesty International Denounces the Brutal Repression on Peaceful Protests in the Democratic Republic of Congo ». (AFR 62/8104/2018) [Date de consultation : 28 juin 2019]

Belga. 20 juin 2019. « RDC : l'opposant Mbusa Nyamwisi quitte Lamuka et fait allégeance à M. Tshisekedi ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Belga. 14 mars 2019. « RDC : une grâce pour quelque 700 prisonniers, dont une cinquantaine de "politiques" ». (Factiva) [Date de consultation : 2 juill. 2019]

British Broadcasting Corporation (BBC). 20 mai 2019. « L'opposant congolais en exil, Moise Katumbi, de retour en RD Congo aujourd'hui ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

British Broadcasting Corporation (BBC). 2 février 2019. « Martin Fayulu appelle à la "résistance pacifique" ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

British Broadcasting Corporation (BBC). 20 janvier 2019. « Élections RDC : la victoire de Félix Tshisekedi confirmée ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Deustche Welle (DW). 24 janvier 2019. « Congo: Felix Tshisekedi Sworn in as President ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Deutsche Welle (DW). 10 janvier 2019. Fréjus Quenum. « Félix Tshisekedi, un "président nommé" selon Martin Fayulu ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Forum des As. 22 mars 2019. Grevisse Kabrel et Orly-Darel Ngiambukulu. « Avec la libération de Diomi hier - plus de figure emblématique encore en prison! ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Forum des As. 14 mars 2019. José Nawej. « Bon départ! ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

France 24 avec l'Agence France-Presse (AFP). 24 juin 2019. « Des tensions en RD Congo après le retour au pays de l'opposant Bemba ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Human Rights Watch. 22 mars 2019. « RD Congo : Il faut enquêter sur deux anciens responsables des services de renseignement ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Human Rights Watch. 14 février 2019. « RD Congo : Des meurtres postélectoraux constituent un test pour le nouveau président ». [Date de consultation : 19 juin 2019]

Human Rights Watch. 20 janvier 2018. « RD Congo : Les forces de sécurité ont tiré sur des fidèles catholiques ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Jeune Afrique. 28 juin 2019. Romain Gras. « RDC : le gouverneur de Kinshasa interdit la marche de l'opposition prévue le 30 juin ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Jeune Afrique. 21 juin 2019. Romain Gras. « RDC : Antipas Mbusa Nyamwisi quitte la coalition Lamuka ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Jeune Afrique. 3 mai 2019. Stanis Bujakera Tshiamala. « RDC : Martin Fayulu visé par une enquête judiciaire après des accusations d'"incitation à la haine ethnique" ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Jeune Afrique. 19 avril 2019. Stanis Bujakera Tshiamala. « RDC : La Cour de cassation annule la condamnation de Moïse Katumbi à trois ans de prison ferme ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Jeune Afrique. 8 mars 2019. Stanis Bujakera Tshiamala. « RDC : Moïse Katumbi a obtenu son passeport biométrique congolais ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Jeune Afrique. 4 février 2019. Pascal Mulegwa. « RDC : Martin Fayulu rejette la main tendue par Félix Tshisekedi et appelle à la "résistance pacifique" ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Jeune Afrique avec l'Agence France-Presse (AFP). 4 mai 2019. « RDC : La police reporte la convocation de l'opposant Martin Fayulu ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Jeune Afrique avec l'Agence France-Presse (AFP). 31 janvier 2018. « RDC : Deux ONG demandent la restitution des corps des victimes du 21 janvier ». [Date de consultation : 11 juill. 2019]

La Libre Afrique. 15 mars 2019. Marie-France Cros. « RDC : imbroglio autour des détenus politiques "libérés" ». Bruxelles : La Libre Belgique. [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Le Monde avec l'Agence France-Presse (AFP). 20 mai 2019. « RDC : Après trois ans d'exil, l'opposant Moïse Katumbi est de retour ». [Date de consultation : 3 juill. 2019]

Le Monde avec l'Agence France-Presse (AFP). 25 janvier 2019. « En RDC, une transition historique et contestée clôt un long processus électoral ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Nations Unies. 20 mars 2019. Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO). « RDC : L'envoyée spéciale de l'ONU se félicite des mesures de décrispation prises par le nouveau président ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Le Point. 4 février 2019. Junior Malula. « RD Congo : Martin Fayulu résiste encore ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

POLITICO.cd. 10 juin 2019. « Kinshasa : le Palais du peuple pris d'assaut par les militants UDPS ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

POLITICO.cd. S.d. « Ce que nous sommes ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

La Prospérité. 24 juin 2019. Corneille Lubaki. « Au milieu de Katumbi et Fayulu : Bemba se positionne dans l'angle de la mobilisation ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio France internationale (RFI). 1er juillet 2019. « RDC : des incidents lors de manifestations interdites de la coalition Lamuka ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio France internationale (RFI). 28 juin 2019. « RDC : interdiction de la marche de l’opposition prévue le 30 juin à Kinshasa ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio France internationale (RFI). 24 juin 2019. « RDC : l'opposant Jean-Pierre Bemba de retour à Kinshasa ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio France internationale (RFI). 20 juin 2019. « RDC : L'un des leaders de Lamuka, Mbusa Nyamwisi, quitte la coalition ». [Date de consultation : 3 juill. 2019]

Radio France internationale (RFI). 5 mai 2019. « RDC : après 100 jours, quel bilan de Tshisekedi sur les droits de l'homme? ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio France internationale (RFI). 18 mars 2019. « L'opposant Franck Diongo libéré ». (Factiva) [Date de consultation : 3 juill. 2019]

Radio France internationale (RFI). 9 mars 2019. « RDC : Moïse Katumbi a de nouveau un passeport congolais ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio France internationale (RFI). 22 février 2019. « RDC : 4 semaines après l'arrivée de Tshisekedi, un vent d'ouverture à la RTNC ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio France internationale (RFI). 11 janvier 2019. « RDC : un jeudi émaillé de nombreux incidents ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio France internationale (RFI). 25 février 2018. « RDC : les marches organisées par le Comité laïc brutalement dispersées ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio France internationale (RFI). 6 février 2018. « RDC : L'inquiétude grandit chez les prêtres de Kinshasa [témoignages] ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio Okapi. 23 juin 2019. « RDC : Jean-Pierre Bemba de retour à Kinshasa ». [Date de consultation : 28 juin 2019]

Radio Okapi. 6 mai 2019. « Kwilu : manifestations à Kikwit, Gungu et Bulungu contre une éventuelle audition de Martin Fayulu ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio Okapi. 20 mars 2019. « RDC : la libération de 700 détenus toujours attendue par les défenseurs des droits de l'homme ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio Okapi. 4 mars 2019. « RDC : manifestation des pro-Fayulu à Goma pour exiger "la vérité des urnes" ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio Okapi. 4 février 2019. « Kinshasa : La police met en garde la coalition Lamuka à la suite des dérapages enregistrés lors de son meeting ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Radio Okapi. 22 septembre 2014 [modifié le 8 avril 2015]. « À propos ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Reuters. 19 janvier 2019. « Tshisekedi vainqueur de la présidentielle en RDC ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Voice of America (VOA) Afrique. 13 mars 2019. Eddy Isango. « Le Président Tshisekedi respecte sa promesse de libération des prisonniers politiques ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Voice of America (VOA) Afrique. S.d. « À propos ». [Date de consultation : 4 juill. 2019]

Voice of America (VOA) Afrique avec l'Agence France-Presse (AFP). 10 juin 2019. « Des "combattants" du parti présidentiel en colère autour du parlement ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Voice of America (VOA) Afrique avec l'Agence France-Presse (AFP). 3 mai 2019. « La justice convoque l'opposant Fayulu pour lundi ». [Date de consultation : 2 juill. 2019]

Autres sources consultées

Sources orales : Association congolaise d'accès à la justice; Groupe d'étude sur le Congo; La Voix des sans voix.

Sites Internet, y compris: Afrikarabia; Agence congolaise de presse; cath.ch; Council on Foreign Relations; ecoi.net; États-Unis – Department of State; Fédération internationale des ligues des droits de l'homme; Groupe d'étude sur le Congo; International Crisis Group; Nations Unies – Refworld; The New Humanitarian; Le Phare; Radio-télévision belge francophone; Le Soir; Union européenne – European Asylum Support Office.