Treament of gay, lesbian, bisexual and transgendered/transsexual individuals and availability of state protection; police attitudes towards same-sex domestic violence and state protection available to victims (2003 - September 2006) [GTM101794.E]

Le 24 juin 2006, environ 200 personnes ont participé au défilé de la fierté gay à Guatemala City (Weekly News Update on the Americas 25 juin 2006). Au cours d'un forum organisé par la communauté transgenre guatémaltèque en juin 2006, les participants ont dénoncé la pénurie d'emplois et l'absence de services de santé, d'éducation et de sécurité pour les gays et les transgenres (The Miami Herald 20 juin 2006). Un autre défilé de la fierté gay a eu lieu le 25 juin 2005, au cours de laquelle les organismes participants ont dénoncé l'augmentation de la violence envers les homosexuels et la discrimination en milieu de travail (AFP 25 juin 2005). Selon un représentant de la Coordination des citoyens pour la diversité sexuelle (Coordinadora Ciudadana para la Diversidad Sexual - CCDS), bon nombre d'homosexuels perdent leur emploi en raison de leur orientation sexuelle (ibid.). La Commission internationale de défense des droits des gays et des lesbiennes (International Gay and Lesbian Human Rights Commission - IGLHRC) a déclaré que le 5e défilé de la fierté gay, qui a eu lieu en juin 2004, avait attiré environ 1 000 personnes (14 juill. 2004).

Selon Gaytimes, au Guatemala, [traduction] « l'homophobie [est] profondément enracinée [et] le harcèlement exercée contre la communauté LGBT [lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre] » par le gouvernement est ancré dans les mœurs (s.d.). Human Rights Watch (HRW) affirme avoir reçu de nombreuses dénonciations [traduction] « [d']actes de violence et d'intimidation commis contre des femmes transgenres, des lesbiennes et des gays au Guatemala » (21 févr. 2006b; HRW 21 févr. 2006a).

L'Organisation pour une sexualité sans risque face au SIDA (Organización de Apoyo a una Sexualidad Integral frente al SIDA - OASIS), organisme guatémaltèque voué à la défense des droits des gays, a indiqué au Miami Herald qu'au moins 17 personnes transgenres ont été tuées au Guatemala entre 2001 et 2006 (20 juin 2006). Dans un article publié par Gay.com, Amnesty International (AI) affirme que sept travailleurs du sexe transgenres ont été assassinés en 2005 (Gay.com 22 déc. 2005).

Un article du 18 juin 2006 d'Europa Press (EP) signale qu'un homme d'origine hondurienne est décédé de mort violente et que quatre autres hommes ont été blessés au cours d'une attaque qui a eu lieu le 17 juin 2006 à Guatemala City. Le Hondurien était apparemment le trésorier d'une association transsexuelle qui combattait la violence envers les travailleurs du sexe homosexuels (EP 18 juin 2006). Le même article signale que Juan Pablo Méndez Cartagena, transsexuel mieux connu sous le nom de Paulina, a été tué six mois plus tôt dans les mêmes circonstances, selon Jorge López, directeur d'OASIS (ibid.; HRW 21 févr. 2006b).

En février 2006, HRW a envoyé une lettre au président guatémaltèque, Oscar Berger, demandant aux autorités guatémaltèques de réagir aux attaques violentes dont les transgenres sont les victimes (21 févr. 2006a; HRW 21 févr. 2006b). La lettre affirmait que la police guatémaltèque [traduction] « n'avait pas pris les mesures nécessaires pour protéger les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transgenres » (ibid. 21 févr. 2006a). Dans un article de HRW, le groupe de défense des droits des gays OASIS, l'ancien employeur de Paulina, a déclaré que son bureau faisait l'objet d'une [traduction] « surveillance indue de la part de la police » et que l'enquête relative au meurtre de Paulina n'avançait pas (21 févr. 2006a).

Des sources signalent que Paulina et Sulma, un autre transsexuel, ont été tués d'une balle dans la tête en décembre 2005 par quatre assaillants à motocyclette (Gay.com 22 déc. 2005; HRW 21 févr. 2006b). Un article de HRW indique que des témoins ont déclaré à OASIS que les membres de la police civile nationale avaient joué un rôle dans le meurtre (ibid.; voir aussi EP 18 juin 2006). Selon un article du Miami Herald, l'ombudsman guatémaltèque pour les droits de la personne a déclaré que quatre policiers [traduction] « pourraient avoir été les instigateurs du meurtre » de Paulina (20 juin 2006). Aucune information additionnelle sur la participation possible des forces de la sécurité à ces meurtres n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Un article daté du 7 juillet 2004 sur Xinhuanet signale la mort violente d'un transsexuel connu pour être le chef du Mouvement homosexuel du Guatemala (Movimiento Homosexual de Guatemala).

Dans une entrevue avec le Miami Herald, l'enquêteur public responsable de l'enquête sur le meurtre de Paulina a indiqué que [traduction] « certains des meurtres de [transgenres] sont probablement motivés par la haine » (20 juin 2006).

Selon des sources consultées, l'homosexualité est légale au Guatemala (Gaytimes s.d.; Sodomy Laws of the World 2 juin 2006). Gaytimes affirme également qu'en vertu du code de 1997 sur l'enfance et la jeunesse, la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle est interdite (Gaytimes s.d.).

PlanetOut indique que la vie nocturne gay et lesbienne est concentrée à Guatemala City, surtout au centre-ville (s.d.). Gaytimes indique [traduction] « [qu'il existe] une communauté gay incroyablement grande » à Guatemala City, y compris différents clubs et bars, et les défilés annuels de la fierté gay, dont le premier a eu lieu en 2000, s'y déroulent (s.d.).

Le quotidien guatémaltèque El Periódico a publié un article sur les entreprises ouvertes aux gays ou « entreprises roses » (negocios rosa) indiquant qu'en mai 2005, il y avait cinq clubs de danse, un spa et au moins huit bars qui accueillaient les gays (22 mai 2005). Le site Internet GayGuatemala.com énumère d'autres entreprises ouvertes aux gays, y compris un cinéma, un sauna, deux clubs de danse, un café, un service de tourisme, un service d'escorte, une boutique érotique et un café Internet (s.d.).

La CCDS, coalition de dix organisations non gouvernementales (ONG), défend les droits des gays (AFP 25 juin 2005).

Le Collectif des reines de la nuit (Transreynas de la Noche) regroupe les membres de la communauté gay qui ont dénoncé la [traduction] « politique du nettoyage ethnique » du gouvernement guatémaltèque dans leur communauté (AFP 1er juin 2006; voir aussi Weekly News Update on the Americas 25 juin 2006). Selon Jorge López, membre du Collectif, plus de 35 travestis ont été tués entre 1997 et 2006 (AFP 1er juin 2006). L'Agence France-Presse (AFP) affirme également que le Collectif est la première organisation à défendre ouvertement les droits de la communauté gay (ibid.).

En juin et en juillet 2004, l'organisation de défense des droits des lesbiennes Lesbiradas et la CCDS ont reçu bon nombre de menaces apparemment liées à leur lutte contre la discrimination (ILGHRC 14 juill. 2006). Un incident s'est produit au cours duquel un homme a affirmé s'être rendu à l'organisation pour donner du matériel, mais en fin de compte a menacé les militants relativement à leur travail (ibid.). Des menaces téléphoniques ont également été faites au bureau des deux organisations à Guatemala City (ibid.). La CCDS avait participé à l'organisation du défilé de la fierté gay et à d'autres activités publiques de sensibilisation à l'homosexualité masculine le même mois (ibid.).

Aucune information sur l'attitude de la police envers la violence conjugale entre personnes de même sexe et la protection offerte par l'État aux victimes n'a été trouvée parmi les sources consultées par la Direction de la recherche.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


Agence France-Presse (AFP). 1er juin 2006. « Organización gay denuncia "limpieza social" contra ese sector en Guatemala ». (Factiva)

_____ . 25 juin 2005. « Comunidad gay exige derecho al trabajo en Guatemala ».(Factiva)

Associated Press (AP). 18 juin 2006. « Asesinado travesti en zona 9 de la capital, otros cuatro siguen heridos tras ser atacados en la calle desde un vehículo ». (GayGuatemala.com) http://www.gayguatemala.com/articulos/art47.htm [Date de consultation : 26 sept. 2006]

Europa Press (EP) [Madrid].18 juin 2006. « Guatemala - Muere un hombre y otros cuatro siguen heridos tras ser atacados en la calle desde un vehículo ». (Factiva)

Gay.com. 22 décembre 2005. « Transgender Women Shot in Guatemala ». http://www.gay.com/news/article.html?2005/12/22/4 [Date de consultation : 26 sept. 2006]

GayGuatemala.com. S.d. « Guía de locales ». http://www.gayguatemala.com/guia/guiag.htm [Date de consultation : 26 sept. 2006]

Gaytimes. S.d. « Lesbian and Gay Guatemala ». http://www.gaytimes.co.uk/gt/listings.asp?action=ShowCountry&CID=452 [Date de consultation : 27 sept. 2006]

Human Rights Watch (HRW). 21 février 2006a. « Guatemala: Transgender People Face Deadly Attacks ». http://www.hrw.org/english/docs/2006/02/21/guatem12696.htm [Date de consultation : 13 sept. 2006]

_____ . 21 février 2006b. Jessica Stern. « Letter to the President of Guatemala, Oscar Berger Perdomo ».http://hrw.org/english/docs/2006/02/21/guatem12698.htm [Date de consultation : 13 sept. 2006]

International Gay and Lesbian Human Rights Commission (IGLHRC). 14 juillet 2004. http://www.iglhrc.org/site/iglhrc/section.php?id=5&detail=509 [Date de consultation : 26 sept. 2006]

The Miami Herald. 20 juin 2006. Jill Replogle. « Guatemala: Transgender Prostitutes Get Political to End Violence ». http://www.miami.com/mld/miamiherald/living/people/gay_lesbian/14857257.htm [Date de consultation : 26 sept. 2006]

El Periódico [Guatemala]. 22 mai 2005. Patricia González. « Los "negocios rosa" ya empezaron a salir del clóset en Guatemala ». http://www.elperiodico.com.gt/look/article.tpl?IdLanguage=13&IdPublication=1&NrIssue=319&NrSection=1&NrArticle=12079 [Date de consultation : 26 sept. 2006]

PlanetOut. N.d. Mark Chesnut. « Timeless Treasures: Mayan Ruins, Colonial Cities, and Gay Life in Guatemala ».http://www.planetout.com/travel/article.html?sernum=8191 [Date de consultation : 25 sept. 2006]

Sodomy Laws of the World. 2 juin 2006. « Laws Around the World ». http://www.sodomylaws.org/world/world.htm [Date de consultation : 25 sept. 2006]

Weekly News Update on the Americas [New York]. 25 juin 2006. Numéro 856. « Latin America: Pride Marches On ». (Factiva)

Xinhuanet. 7 juillet 2004. « Asesinan a dirigente transgénero en Guatemala ». (GayGuatemala.com) http://www.gayguatemala.com/articulos/art14.htm [Date de consultation : 26 sept. 2006]

Autres sources consultées


Sources orales : La Coordination des citoyens pour la diversité culturelle (Coordinadora Ciudadana para la Diversidad Sexual - CCDS), le Centre d'action juridique pour les droits de la personne (Centro de Acción Legal en Derechos Humanos - CALDH ) et l'ombudsman guatémaltèque pour les droits de la personnne n'ont pas répondu à une demande d'information dans les délais prescrits.

Sites Internet, y compris : Factiva; Association lesbienne et gay internationale (ILGA); Procurador de los Derechos Humanos de Guatemala; Réseau d'Amnesty International pour les droits des lesbiennes, gays, personnes bisexuelles et transgenres; Rex Wockner; Sodomy Laws of the World; 365gay.