Treatment of Christians, particularly Maronites; the availability of state protection (2006) [LBN102320.E]

Selon l'International Religious Freedom Report 2006 du Département d'État des États-Unis (É.-U.), entre 25 et 39 p. cent de la population libanaise est chrétienne, dont la plus importante communauté est l'Église maronite (15 sept. 2006, art. 1; BBC 15 déc. 2005). La constitution libanaise garantit la liberté de religion, y compris la liberté complète de croyance et de pratique, dans la mesure où l'ordre public est maintenu (É.-U. 15 sept. 2006; Freedom House 8 sept. 2006).

Au Liban, le système politique est « confessionnel », prévoyant des postes politiques spécifiquement réservés aux membres des diverses communautés religieuses du Liban (É.-U. 15 sept. 2006). Par exemple, le président doit être chrétien maronite, le premier ministre, musulman sunnite, et le président du parlement, musulman chiite (ibid., art. 2; BBC 15 déc. 2005). Les sièges du cabinet sont répartis également entre chrétiens et musulmans (É.-U. 15 sept 2006; professeur, 10 janv. 2007). Freedom House lance un avertissement dans son rapport Freedom in the world 2006, affirmant que la représentation politique des groupes chrétiens est réduite en raison de la réglementation électorale (8 sept. 2006).

Le Religious Freedom Report 2006 américain souligne que, à cause de leur nombre, les groupes religieux ne sont pas tous officiellement reconnus au Liban ou admissibles à certains postes gouvernementaux (15 sept. 2006). Parmi ces groupes figurent des chrétiens protestants non enregistrés, quoiqu'ils demeurent libres de pratiquer leur religion (ibid.).

Dans une lettre du 10 janvier 2007, un professeur d'histoire de la University of Balamand, spécialisé dans le Moyen-Orient, a déclaré que les chrétiens au Liban, y compris les maronites, [traduction] « ne sont nullement persécutés, que ce soit politiquement ou autrement » :

[traduction]
Les chrétiens, qui forment au plus 40 p. cent de la population et probablement moins, occupent 50 p. cent des sièges au parlement, la moitié des sièges du cabinet et des postes d'ambassadeur, ainsi que le bureau politique le plus important du pays, la présidence (réservée à un maronite). De plus, leur situation économique est beaucoup plus avantageuse que celle de la moyenne des musulmans, et ils jouissent de la pleine liberté de religion, à l'instar de tous les groupes religieux du Liban. (professeur 10 janv. 2007).

Toutefois, le Religious Freedom Report indique que plusieurs attentats à la bombe sont survenus dans des quartiers chrétiens en 2006 (15 sept. 2006, art. 3). The Christian Science Monitor corrobore cette information et ajoute qu'au cours des deux dernières années, des complots d'assassinat ont principalement ciblé des politiciens et des journalistes chrétiens (28 nov. 2006). Le 21 novembre 2006, Pierre Gemayel, ministre libanais de l'Industrie et chrétien maronite, a été tué par balle dans un quartier chrétien de Beyrouth (NU 22 nov. 2006, BBC 21 nov. 2006). M. Gemayel était membre du parti politique antisyrien des Phalanges (ibid.; NU 22 nov. 2006). Son père, Amin, était l'ancien président du Liban (BBC 21 nov. 2006). Des manifestations ont éclaté dans des quartiers chrétiens de Beyrouth à la suite de l'assassinat (ibid.; NU 22 nov. 2006). En décembre 2006, le réseau de télévision chrétien SAT-7 a annulé certaines activités et certains événements par crainte de l'instabilité croissante au Liban (The Christian Post 8 déc. 2006; SAT-7 s.d.). Un membre chrétien du parlement, Gassan Moukheiber, a déclaré que [traduction] « les chrétiens se considèrent comme une communauté assiégée qui est ciblée et dont les dirigeants sont ciblés ». (The Christian Science Monitor 28 nov. 2006).

Le professeur d'histoire de la University of Balamand n'a pas commenté spécifiquement la disponibilité de la protection de l'État pour les chrétiens au Liban, mais il a transmis l'information suivante :

[traduction]
Bien que les chrétiens ne forment pas plus de 40 p. cent de la population totale du Liban, la majorité d'entre eux vivent dans une région du pays presque entièrement dénuée de non-chrétiens. La région qui s'étend de l'Est de Beyrouth aux banlieues sud de Tripoli - 50 milles du sud au nord - et de la côte méditerranéenne jusqu'au sommet du Mont Liban (et dans certains cas jusqu'à la vallée de la Biqa), entre 15 et 20 milles de l'ouest à l'est (750-1 000 milles2), soit environ le quart du pays, est entièrement chrétienne (plus de 95 %) et la majeure partie de sa population est maronite, à l'exception d'une poignée de villages musulmans chiites dans les contreforts derrière Byblos. Il est donc fort possible qu'une majorité de chrétiens au Liban vit quotidiennement sans aucun contact personnel avec des musulmans ou des druzes libanais (ou sans percevoir qu'ils constituent une menace).

L'information suivante peut aussi être d'intérêt en ce qui a trait au traitement des chrétiens et à la disponibilité de la protection de l'État au Liban. Selon la Commission des droits de l'homme des Nations Unies (NU), qui a fait enquête sur les répercussions des opérations militaires israéliennes sur le Liban en juillet et en août 2006, la région du sud du pays a connu les pires dommages; cependant, les régions chrétiennes ont aussi subi des dommages à l'infrastructure et aux sites religieux pendant le conflit (23 nov. 2006, 3, 37, 47). La Commission des droits de l'homme a aussi obtenu de l'information sur un chrétien maronite qui [traduction] « a été exposé à un traitement cruel, dégradant et inhumain » de la part des Forces de défense israéliennes (IDF) (ibid., 48). Des sources médiatiques signalent que le conflit a provoqué le départ de milliers de chrétiens du Liban (AsiaNews.it 6 sept. 2006; Houston Chronicle 24 déc. 2006) parce qu'ils avaient l'impression [traduction] « qu'ils n'avaient aucun avenir au Liban où la politique est de plus en plus dictée par le Hezbollah, groupe militant islamique » (ibid.).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


AsiaNews.it [Rome]. 6 septembre 2006. Yousef Hourany. « The Christian Exodus and Lahoud's Fate Central to Maronite Bishops' Appeal. « http://www.asianews.it/index.php?l=en&art=7140&size=# [Date de consultation : 9 janv. 2007]

British Broadcasting Corporation (BBC). 21 novembre 2006. « Lebanese Christian Leader Killed. « http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/6169606.stm [Date de consultation : 9 janv. 2007]

_____. 15 décembre 2005. « Guide: Christians in the Middle East. « http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/4499668.stm [Date de consultation : 9 janv. 2007]

The Christian Post [Washington]. 8 décembre 2006. Jennifer Riley. « Lebanon Violence Forces Christian TV Network to Cancel Events. « (Coalition pour une paix responsable au Moyen-Orient) http://c4rpme.org/bin/articles.cgi?Cat=christians&Subcat=cmr&ID=574 [Date de consultation : 9 janv. 2007]

The Christian Science Monitor [Boston]. 28 novembre 2006. Nicholas Blanford. « In Lebanon, a Crisis for Christians. « (Coalition pour une paix responsable au Moyen-Orient) http://c4rpme.org/bin/articles.cgi?Cat=christians&Subcat=cmr&ID=592 [Date de consultation : 9 janv. 2007]

États-Unis (É.-U.). 15 septembre 2006. Department of State. « Liban » International Religious Freedom Report 2006. http://www.state.gov/g/drl/rls/irf/2006/71426.htm [Date de consultation : 9 janv. 2007]

Freedom House. 8 septembre 2006. « Liban » Freedom in the World (2006). http://www.freedomhouse.org/template.cfm?page=22&year=2006&country=6999 [Date de consultation : 8 janv. 2007]

Houston Chronicle. 24 décembre 2006. Gregory Katz. « Vanishing Christians of the Mideast. « (Coalition for Responsible Peace in the Middle East) http://c4rpme.org/bin/articles.cgi?Cat=christians&Subcat=cmr&ID=596 [Date de consultation : 9 janv. 2007]

International Crisis Group (ICG). 21 décembre 2006. Lebanon at a Tripwire. (ICG Middle East Briefing No. 20) http://www.crisisgroup.org/library/documents/middle_east___north_africa/arab_israeli_conflict/lebanon/b20_lebanon_at_a_tripwire.pdf [Date de consultation : 9 janv. 2007]

Professeur d'histoire, University of Balamand, Liban. 10 janvier 2007. Communication écrite.

SAT-7 [Beyrouth]. S.d. « Amid Growing Violence and Political Instability in Lebanon, SAT-7 Staff Cancel Events and Call for Urgent Prayer Support. « (Communiqué de presse) http://www.sat7.org/downloads/LebanonInstabilityFinal.pdf [Date de consultation : 10 janv. 2007]

Nations Unies (NU). 23 novembre 2006. Conseil des droits de l'homme. Report of the Commission of Inquiry on Lebanon Pursuant to Human Rights Council Resolution S-2/1. http://www.ohchr.org/english/bodies/hrcouncil/docs/CoI-Lebanon.pdf [Date de consultation : 9 janv. 2007]

_____. 22 novembre 2006. Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN). « Lebanon: Crisis Looms After Assassination of Minister. « http://www.irinnews.org/report.asp?ReportID=56470&SelectRegion=Middle_East [Date de consultation : 9 janv. 2007]

Autres sources consultées


Sites Internet, y compris :

Amnesty International (AI)

Carnegie Endowment for International Peace - Middle East

Center for Arab and Middle Eastern Studies

Centre for Lebanese Studies

États-Unis (É.-U.), Department of State

European Country of Origin Information Network (ecoi.net)

Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR)

Human Rights Watch (HRW)

Institute for Human Rights Lebanon, Lebanese Center for Policy Studies

Lebanese Foundation for Peace, Middle East Institute (MEI)

Middle East Forum

Middle East Policy Council (MEPC)

Middle East Quarterly

Middle East Research and Information Project

United Kingdom Country of Origin Information Service

Washington Institute for Near East Policy