Whether members of the Ogboni "cult" engage in cannibalism and, if so, under what circumstances and with what frequency; consequences to family members who disapprove of cannibalism and refuse to provide to the "cult" the corpse of a deceased relation [NGA35268.E]

Parmi les sources d'information consultées par la Direction des recherches, rien n'indique que la « secte » des Ogbonis ou la confrérie réformée des Ogbonis (Reformed Ogboni Fraternity - ROF) pratique le cannibalisme. Dans un article du Post Express paru le 19 août 1999, il a été question d'une réception organisée par Bola Oyeledan, secrétaire de la ROF. À cette occasion, le conférencier invité, Otunda Olu Awopetu, a nié que les membres pratiquent le cannibalisme. Otunda Olu Awopetu,

[traduction]
qui est avocat, [...] a dit que l'ogbonisme est un mode de vie qu'ont adopté les membres. Il a mis l'accent sur le fait que les membres ne sont pas des cannibales qui se nourrissent de chair humaine. Il a fait remarquer que ceux qui accusent ses membres de manger de la chair humaine méconnaissent les principes auxquels adhère la ROF et a ajouté que les membres épousent la doctrine enseignée dans la Bible (ibid.).

Un autre membre de la ROF, qui [traduction] « pendant un an a fait le tour des centres de la ROF partout au Nigeria » et qui faisait partie des personnes auxquelles on a rendu hommage à l'occasion de cette fête, a affirmé [traduction] « qu'il existait des projets de réformes supplémentaires » visant à permettre à la ROF

[traduction]
d'être mieux acceptée par la majorité. Selon ce membre, bien que la ROF soit essentiellement un groupe syncrétique, elle n'est pas une secte ou une société secrète.
Il a ajouté que la ROF vise simplement à « faire d'un homme bon, un homme meilleur, un bon chrétien ». Il a également déclaré « qu'il est venu au monde baptiste et qu'il ne veut pas et ne peut pas dénoncer sa croyance ou sa religion ».
De nombreux Nigerians éminents, membres de la ROF, étaient présents à cette rencontre qui a eu lieu à l'hôtel Excellence dans le district d'Ikeja (ibid.).

Après avoir consulté des sources d'information, la Direction des recherches a relevé deux incidents au Nigeria qui auraient été marqués par le cannibalisme. Toutefois, aucun lien n'a pu être établi entre ces allégations de cannibalisme et une [traduction] « secte » ou un groupe quelconque. En janvier 1996, The Herald rapportait de Lagos l'information suivante :

[traduction]
les villageois nigérians ont prié et jeûné pendant trois jours pour racheter la faute d'un parent qui aurait tué et mangé son neveu. Au cours de la cérémonie, on a demandé pardon pour le geste de Livinus Ndigwe, qui a été arrêté et accusé d'avoir tué et mangé Ebuka, son neveu âgé de 17 ans en novembre (22 janv. 1996).

L'autre incident est survenu à Lagos en février 1999. Il a fait beaucoup de bruit dans les médias et a captivé l'attention du public (Post Express 9 févr. 1999; ibid. 6 févr. 1999; Mail and Guardian 12 mars 1999; Tempo 29 déc. 1999; P.M. News 3 mars 2000). Dans ce cas-ci, un homme, Clifford Orji, a été vu par un passant sous un pont dans un abri rudimentaire en train de faire griller à feu vif des membres humains (Mail and Guardian 12 mars 1999). Clifford Orji et un autre homme, Tahiru Aliyu, ont été arrêtés après avoir été rattrapés à la course par une foule alertée par le passant (ibid.). Plus tard, les deux hommes ont été

[traduction]
traduits en justice et inculpés du meurtre, le 3 février, d'une dénommée madame Awawu Lawal. L'acte d'accusation portait le numéro D/61/99.
Le texte de l'acte d'accusation de la police : « vous, Clifford Orji et Tahiru Aliyu, avez tué une dénommée Awawu Lawal le troisième jour de février 1999, vers 1 h 30 près de l'arrêt d'autobus Toyota, au viaduc, situé sur l'Oshidi-Airport Road, dans Ikeja, à Lagos, dans le district fédéral de Lagos. De ce fait, vous avez commis un crime qui viole l'article 316 et qui est punissable conformément à l'article 319 du code criminel, chapitre 31, volume II, Lois de l'État de Lagos, Nigeria, 1973.
Le procureur de la police a également demandé à la Cour la permission d'envoyer les prisonniers soupçonnés de cannibalisme dans un hôpital psychiatrique pour vérifier s'ils étaient sains d'esprit. Selon Ochogwu, la police a fait sa demande conformément à l'article 12 et au paragraphe 15 (1) de la loi sur l'aliénation mentale de l'État de Lagos (Post Express 12 févr. 1999).

On a rapporté que des milliers de gens se sont rendus sur les lieux au cours des jours qui ont suivi l'événement pour [traduction] « [...] "voir de leurs propres yeux" la scène insolite » (ibid. 6 févr. 1999; Tempo29 déc. 1999; Mail and Guardian 12 mars 1999). Le 16 avril 1999, NigeriaNews.net a rapporté que la commission nigériane de la censure du cinéma et de la vidéo (Nigerian Film and Video Censors Board) avait interdit la diffusion d'un film qui s'était inspiré de cet incident; selon la commission, [traduction] « le film glorifiait le cannibalisme et ridiculisait le peuple africain ». On a [traduction] « interdit la diffusion publique, la vente, le prêt et la présentation du film à des fins commerciales » (ibid.).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié.

Références


The Herald [Glasgow]. 22 janvier 1996. « No Headline Present ». (NEXIS)

Mail and Guardian [Johannesburg]. 12 mars 1999. Chris McGreal. « Nigeria; Nigerian Cannibal Caught Red-Handed ». (NEXIS)

NigeriaNews.net. 16 avril 2000. « Board Bans Films on Cannibalism and the Clifford Orji Saga ». http://www.nigerianews.net [Date de consultation : 30 août 2000]

P.M. News [Lagos]. 3 mars 2000. « Nigeria; Today in Nigeria Newspapers ». (NEXIS)

Post Express [Lagos]. 12 février 1999. Chris Ndiribe, Sisaa Agboh and Sola Ogundipe. « Suspected Cannibals Arraigned for Murder ». http://www.postexpresswired.com [Date de consultation : 30 août 2000]

_____. 9 février 1999. Onuoha Ukeh. « Calendars, Posters of Suspected Cannibals Sell Like Hot Cakes ». http://www.postexpresswired.com [Date de consultation : 30 août 2000]

_____. 6 février 1999. Kelechi Onyemaobi and Sisaa Agbo. « Bizarre Killings in Lagos: Suspected Cannibals to Undergo Psychiatric Tests ». http://www.postexpresswired.com [Date de consultation : 30 août 2000]

_____. 19 août 1997. Michael Omeife. « Ogboni Chief Urges Cultists to Resist Expulsion from Churches ». http://www.postexpresswired.com [Date de consultation : 30 août 2000]

Tempo [Lagos]. 29 décembre 1999. « Nigeria; Sani Ahmed Yerima: The Ayatollah Alhaji ». (NEXIS)

Autres sources consultées


Bases de données de la CISR

LEXIS-NEXIS

RefMonde

World News Connection (WNC)

Des tentatives infructueuses ont été faites pour joindre deux sources non documentaires.

Sites Internet, y compris :

Keesing's Record of World Events [Cambridge]

Nations Unies, Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN)

Nigeria Media Monitor

Nigeria News Network

Post Express [Lagos].

Moteurs de recherche, y compris :

Dogpile

Google

Odili.net