The homicides of Carlos Alberto Vargas Hernandez, his wife, Marjorie Quiros Tenorio, and minor son Carlos Jose Vargas Quiroz which took place on 23 November 1995 in Heredia; the murderers, Alexander Vargas Rojas and Olman Salas (1995-2001) [CRI41329.E]

Dans un certain nombre d'articles de La Nacion, on fait état de la reprise du « triple meurtrier » (triple homicida) Alexander Vargas Rojas et des tentatives d'évasion qu'il a faites par la suite (La Nacion 9 mars 2002; ibid. 27 avr. 2002; ibid. 3 sept. 2002).

Dans un article du 9 mars 2002, La Nacion a affirmé qu'Alexander Vargas Rojas, alias Repollo, avait été condamné à 173 ans de prison pour le triple meurtre des époux Carlos Alberto Vargas et Marjorie Quiros, et de leur fils Carlos Jose, âgé d'un an et demi. Rojas s'est évadé le 18 août 2001 du centre pénitentiaire La Reforma à San Rafael de Alajuela, et a été repris 202 jours plus tard, le 8 mars 2002 à La Puebla de Heredia (La Nacion 9 mars 2002). Dans l'article, on précisait également que le triple meurtre avait été commis le 22 novembre 1995 à Llorente de Tibas, et qu'Olman Salas Villegas était le complice de Vargas (ibid.).

Le 27 avril 2002, La Nacion a signalé qu'Alexander Vargas Rojas avait été amené à l'hôpital pour la deuxième fois en 10 jours en raison d'une surdose de divers médicaments d'ordonnance. Lors du premier incident, le 15 avril 2002, Vargas avait ingéré 60 comprimés d'antidépresseur et avait par la suite été conduit à l'hôpital d'Alajuela (La Nacion 27 avr. 2002). Lors du deuxième incident, Vargas avait ingéré 20 sortes de pilules différentes, comme des tranquillisants et des analgésiques, et avait été trouvé à demi conscient dans sa cellule de la prison La Reforma, et transporté immédiatement à l'hôpital d'Alajuela (ibid.). Luis Bernardo Arguedas, directeur de l'adaptation sociale de la prison, a affirmé que Vargas souffrait d'une grave dépression; cependant, une source anonyme a critiqué cette opinion en déclarant que Vargas utilisait la dépression comme une « stratégie de manipulation » (estrategia de manipulacion) (ibid.).

Un article de La Nacion du 3 septembre 2002 a signalé que Vargas avait tenté, sans succès, de s'évader de la prison La Reforma en revêtant des vêtements semblables à ceux des gardes de l'établissement. À la suite de cet incident, Vargas a été placé dans une cellule à sécurité maximale, et la Direction de l'adaptation sociale (Direccion de Adaptacion Social), l'institution qui gère toutes les prisons du pays, a ordonné une enquête sur la tentative d'évasion (La Nacion 3 sept. 2002).

Aucune autre information sur Alexander Vargas Rojas ou Olman Salas n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


La Nacion [San Jose]. 3 septembre 2002. Carlos Arguedas C. « Indagaran intento de fuga de reo ». http://www.nacion.co.cr/ln_ee/2002/septiembre/03/pais13.html [Date de consultation : 29 mai 2003]

_____. 27 avril 2002. Carlos Arguedas C. et Jairo Villegas. « Alexander Vargas: Triple homicida con depresion ». http://www.nacion.co.cr/ln_ee/2002/abril/27/pais12.html [Date de consultation : 29 mai 2003]

_____. 9 mars 2002. Adrian Meza et Carlos Arguedas. « Permanecio en fuga 202 dias: Policia atrapa a triple homicida ». http://www.nacion.co.cr/ln_ee/2002/marzo/09/pais12.html [Date de consultation : 29 mai 2003]

Autres sources consultées


Bases de données de la CISR

World News Connection (WNC)

Sites Internet :

AM Costa Rica [San Jose]

Tico Times [San Jose]

Moteur de recherche :

Google