Treatment of Jews; reports of beatings of Jews; state protection available (May 1998-Nov. 2002) [EST40391.E]

Aucune cas de juifs passés à tabac signalé en Estonie n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Selon le Rapport annuel sur la liberté de religion internationale (Annual Report on International Religious Freedom) du Département d'État des États-Unis pour 2001, la communauté juive d'Estonie compte 2 500 membres (26 oct. 2001). On y lit également que [traduction] « la Constitution de l'Estonie prévoit la liberté de religion, et le gouvernement respecte généralement ce droit dans la pratique » (ibid.). En outre, le rapport des É.-U. maintient que les relations entre les communautés religieuses du pays sont [traduction] « généralement amicales » (ibid.).

Toutefois, d'après un bulletin de l'Interfax News Agency du 12 avril 2002, la communauté juive en Estonie a récemment demandé aux policiers de protéger sa propriété à la suite d'une série d'attaques perpétrées contre des synagogues en Europe. Cilja Laud, présidente de la communauté juive, a déclaré que [traduction] « même si la situation en Estonie demeure calme jusqu'ici, les juifs estoniens ne se sentent cependant pas en sécurité » (ibid.). En 1999, Mme Laud a émis une déclaration similaire à la presse, lorsqu'elle a affirmé que les juifs ne se sentaient pas en sécurité; elle a toutefois ajouté que l'antisémitisme n'existait pas au niveau de l'État en Estonie (BNS 13 janv. 1999).

D'après le Baltic News Service, trois hommes membres d'une organisation appelée l'Unité russe nationale (Russian National Unity) ont été mis à l'amende en avril 2002 pour avoir incité à la haine raciale en distribuant un bulletin de nouvelles qui [traduction] « représentait l'Estonie comme un ancien territoire russe et les Estoniens, comme un peuple traître, violent et malhonnête qui déteste les juifs et les Russes » (24 avr. 2002). En octobre 2002, un animateur de radio a été accusé d'avoir fait de la propagande antisémite en citant sur les ondes des passages d'un livre où l'on mentionnait que [traduction] « rêver des juifs pouvait entraîner de graves conséquences » (UCSJ 2 oct. 2002). Les accusations portées contre lui ont finalement été retirées (ibid.).

En juillet 2001, l'ambassadeur d'Israël en Estonie a maintenu [traduction] « qu'il n'avait eu vent d'aucun incident ou problème lié à l'antisémitisme dans la capitale estonienne » (BNS 11 juill. 2001). Toutefois, seulement deux jours après que l'ambassadeur a formulé ces commentaires, Tarmo Loodus, le chef du ministère des Affaires internes, a déclaré que [traduction] « l'Estonie va être engloutie par une "vague de racisme" si la société ne prend pas très vite des mesures de protection » (UCSJ 24 juill. 2001). M. Loodus a émis ces commentaires après que des étudiants étrangers [traduction] « à la peau foncée » ont été attaqués par des skinheads dans la ville de Tartu (ibid.; ibid. 7 mai 2001). Le maire de Tartu a reconnu la violence, mais a affirmé qu'il ne disposait pas des ressources financières suffisantes pour mobiliser un effectif policier suffisant (ibid.). Voici les mesures prises par le corps policier de Tartu en réaction aux incidents de racisme :

[traduction]
Deux skinheads ont fait l'objet d'avertissements administratifs après avoir attaqué un enseignant à la peau foncée, trois ont été incarcérés pendant deux jours pour avoir menacé du personnel militaire américain et quatre autres se sont vus imposer une amende : un pour avoir craché sur un soldat américain et trois pour avoir proféré des menaces contre un Japonais (ibid.).

Aucun autre rapport concernant les mesures de protection offertes par l'État n'a pu être trouvé parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

En août 2001, alors qu'il se trouvait en Estonie en vue d'inciter le gouvernement à faire davantage pour traduire en justice les criminels de guerre nazis, Efraim Zuroff, du Centre Simon Wiesenthal, a déclaré que :

[traduction]
Les manuels scolaires estoniens ne mentionnent pas la participation de certains Estoniens à l'Holocauste, alors même qu'une commission internationale financée par le gouvernement estonien en a découvert des preuves convaincantes (UCSJ 30 août 2001).

M. Zuroff a également affirmé que plus de 1 000 Estoniens ont volontairement participé à l'assassinat de juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale (ibid.). Cette déclaration a suscité des [traduction] « milliers » de réactions du public condamnant M. Zuroff et comportant des commentaires antisémites, lesquels ont été affichés sur des bulletins de nouvelles électroniques et des sites Internet (ibid.). En août 2001, le premier ministre estonien, Mark Laar, a rencontré M. Zuroff pour ensuite annoncer que l'Estonie allait organiser une exposition sur l'Holocauste intitulée [traduction] « Le courage de se rappeler (The Courage to Remember) » (ibid.).

Trois jeunes soupçonnés d'avoir vandalisé un cimetière juif ont été arrêtés par la police en 1998 (BNS 21 mai 1998). Un porte-parole de l'unité policière chargée de la sécurité à l'époque a signalé que la police ne détenait aucune information relativement à des manifestations antisémites en Estonie (ibid.).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile.Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


Baltic News Service (BNS). 24 avril 2002. « Estonian Court Fines Three for Inciting Ethnic Hatred ». http://www.fsumonitor.com/stories/051502Estonia.shtml [Date de consultation : 21 nov. 2002]

_____. 11 juillet 2001. « Israeli Ambassador Has No Information about Anti-Semitism in Tallinn ». (NEXIS)

_____. 13 janvier 1999. « Headmaster of Tallinn's Jewish School Denies Threats Against Jews ». (NEXIS)

_____. 21 mai 1998. « Estonian Police Catch Rakvere Jewish Cemetery Wreckers ». (NEXIS)

Interfax News Agency. 12 avril 2002. « Estonian Jewish Community Seeks Police Protection ». (NEXIS)

Union of Councils for Jews in the Former Soviet Union (UCSJ). 2 octobre 2002. « Charges of Inciting Ethnic Hatred Dropped Against Estonian Radio Reporter ». http://www.fsumonitor.com/stories/100202Estonia.shtml> [Date de consultation : 21 nov. 2002]

_____. 7 mai 2001. « Foreign Students in Estonia Terrorized by Skinheads ». http://www.fsumonitor.com/stories/050701Estonia.shtml [Date de consultation : 21 nov. 2002]

_____. 30 août 2001. « Estonian Nationalists Threaten Jews ».

_____. 24 juillet 2001. « Estonia's Top Police Official Warns of 'Wave of Racism' ».
Annual Report on International Religious Freedom 2001. 26 octobre 2001. United States Department of State. Washington, DC. http://www.state.gov/g/drl/rls/irf/2001/5642.htm [Date de consultation : 18 nov. 2002]

Autres sources consultées


Bases de données de la CISR

LEXIS/NEXIS

Sites Internet, y compris :

Amnesty International (AI)

Country Reports 1999

Human Rights Watch (HRW)

United Nations Committee on the Elimination of Racial Discrimination (mars 2000)

World News Connection (WNC)