Zimbabwe: Movement for Democratic Change (MDC), including political status, organizational structure, leaders, membership cards and activities; treatment of MDC members by authorities (2013-2014) [ZWE105030.E]

Zimbabwe : information sur le Mouvement pour le changement démocratique (Movement for Democratic Change - MDC), y compris son statut politique, sa structure organisationnelle, ses dirigeants, ses cartes de membre et ses activités; le traitement réservé aux membres du MDC par les autorités (2013-2014)

Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa

1. Statut politique

Dans le World Factbook, l'Agence centrale de renseignement (Central Intelligence Agency - CIA) des États-Unis répertorie deux partis politiques au Zimbabwe appelés Mouvement pour le changement démocratique (Movement for Democratic Change - MDC) (É.-U. 20 juin 2014). L'un se nomme Mouvement pour le changement démocratique - Tsvangirai (Movement for Democratic Change - Tsvangirai), aussi connu comme le MDC-T, et est dirigé par Morgan Tsvangirai (ibid.). L'autre se nomme Mouvement pour le changement démocratique - Ncube (Movement for Democratic Change - Ncube), aussi connu comme le MDC-N, et est dirigé par Welshman Ncube (ibid.). Selon diverses sources, le MDC s'est scindé en deux factions en 2005 (PHW 2014, 1624; The Guardian 30 avr. 2014; Times Live 26 nov. 2014).

All Africa (2 déc. 2014) et Times Live (26 nov. 2014) signalent tous deux que l'ancien ministre des Finances au sein du gouvernement de coalition qui a été au pouvoir au Zimbabwe de 2009 à 2013, Tendai Biti, et d'autres membres ont quitté le MDC de Morgan Tsvangirai et ont lancé le MDC Renouveau (MDC Renewal Team). Des sources affirment qu'en avril 2014, M. Biti a organisé une rencontre du conseil national du MDC, à l'issue de laquelle Morgan Tsvangirai a été suspendu (The Guardian 30 avr. 2014; Think Africa Press 24 juin 2014). D'après un article paru dans Think Africa Press, M. Tsvangirai a rejeté sa suspension et a expulsé M. Biti et huit de ses alliés (ibid.). On peut également lire dans l'article que le vice-président du MDC, Thokozani Khupe, a demandé au président du Parlement de révoquer neuf députés en faveur de M. Biti; cependant, le président a [traduction] « finalement répondu qu'il n'avait pas compétence en la matière relativement aux affaires internes d'un parti politique » (ibid.). Selon l'article du Times Live, Welshman Ncube et Tendai Biti, chefs de [traduction] « factions dissidentes du principal parti [MDC] du Zimbabwe ont officiellement signé une alliance [...] se rassemblant sous un nouveau mouvement appelé l'Union démocratique (Democratic Union) » (26 nov. 2014).

D'après le site Internet du MDC, le congrès est l'organe [traduction] « suprême » du parti et il se réunit tous les cinq ans (MDC s.d.). Une description de la structure organisationnelle du MDC, tirée du site Internet du parti, est annexée à la présente réponse. Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a rien trouvé sur les cartes de membre du MDC.

Diverses sources précisent que Morgan Tsvangirai et Robert Mugabe ont partagé le pouvoir entre les élections de 2008 et de 2013 (AFP 31 oct. 2014; BBC 26 avr. 2014; Reuters 6 nov. 2014). Morgan Tsvangirai a agi à titre de premier ministre (AFP 31 oct. 2014; BBC 26 avr. 2014) et M. Mugabe était président (ibid.).

Dans le rapport Freedom in the World daté de 2014 qui porte sur le Zimbabwe, Freedom House signale que les élections ont eu lieu en juillet 2013 et que le président Robert Mugabe [traduction] « a remporté le scrutin avec 61 p. 100 des suffrages, alors que 34 p. 100 d'entre eux étaient en faveur de [Morgan] Tsvangirai » (Freedom House 2014). Selon Reuters, le MDC [traduction] « détient 90 sièges sur 351 dans les deux Chambres du Parlement » (6 nov. 2014).

D'après le rapport de Freedom House, en ce qui a trait aux élections de 2013, [traduction] « M. Tsvangirai et le MDC-T ont accusé la Zanu-PF [l'Union nationale africaine du Zimbabwe - Front patriotique, dirigée par M. Mugabe] de fraude électorale, mais ont abandonné leur contestation judiciaire des résultats en août 2013 » (2014). Diverses sources affirment que l'Union africaine (African Union - AU) et la Communauté de développement de l'Afrique australe (Southern African Development Community - SADC) ont reconnu les résultats des élections (All Africa 2 déc. 2014; BBC 5 août 2013; Freedom House 2014). Dans un article publié le 5 août 2013 par la BBC, on peut lire que [traduction] « le compte rendu le plus critique a été formulé par le plus grand groupe d'observateurs, soit le Réseau de soutien aux élections du Zimbabwe (Zimbabwe Election Support Network - ZESN), dont 7 000 travailleurs suivaient le scrutin » et qui a déclaré « [qu']en raison des problèmes liés à l'inscription des électeurs, jusqu'à un million de personnes n'ont pas pu déposer leur bulletin de vote, principalement dans les régions urbaines considérées comme des bastions du MDC » (BBC 5 août 2013). On souligne dans l'article que l'AU comptait également 70 observateurs et que la SADC en avait 560 (ibid.).

En décembre 2014, des sources ont affirmé que Morgan Tsvangirai avait été réélu à la tête du MDC pour cinq ans (ibid. 9 déc. 2014; All Africa 2 déc. 2014).

2. Traitement réservé aux membres du MDC

Selon les Country Reports on Human Rights Practices for 2013 publiés par le Département d'État des États-Unis, [traduction] « [l]es chefs des deux partis du [MDC] ont signalé que des agents de sécurité de l'État et des partisans de la Zanu-PF ont enlevé et torturé des membres du MDC-T et du [MDC-N], des membres de la société civile et des dirigeants étudiants en vue de les intimider » (É.-U. 27 févr. 2014, 3). Parmi les incidents signalés, on compte notamment une agression envers un représentant du MDC-T par des soldats en uniforme de la troisième brigade de l'armée en février 2013 et une autre en mai 2013, alors que trois représentants de circonscription du MDC-T dans le sud d'Harare ont été agressés par des membres de l'aile jeunesse de la Zanu-PF (ibid., 5).

Selon un article publié le 5 août 2013 par la BBC, 11 membres du MDC ont dit avoir été agressés à Harare par des partisans de la Zanu-PF après l'annonce des résultats des élections de 2013. De même, dans un article du 6 août 2013, Amnesty International (AI) a signalé que des militantes politiques vivant en milieu rural au Zimbabwe ont été [version française d'AI] « menacées d'actes violents et contraintes à fuir avec leurs enfants, après avoir refusé de révéler pour qui elles avaient voté à des partisans du parti de Robert Mugabe ». Amnesty International ajoute que [version française d'AI] « [c]es familles affirment qu'elles ont été prises pour cible en raison de leur soutien - avéré ou présumé - au [MDC], le parti dirigé par Morgan Tsvangirai » (AI 6 août 2013).

Dans un rapport daté du 17 septembre 2013, SW Radio Africa note que 13 familles ont été forcées de quitter une ferme appartenant à un ministre de la Zanu-PF. D'après l'article, parmi les familles expulsées se trouvait le candidat au conseil du MDC-T, Shadreck Sibanda, qui avait aussi été victime d'un incendie criminel avant les élections (SW Radio Africa 17 sept. 2013).

Un article paru le 31 août 2013 dans le Zimbabwean faisait état d'une déclaration du MDC-T selon laquelle Gift Kapawu, candidat du MDC-T au conseil de district d'Uzumba Maramba Pfungwe, a été agressé par la milice de la ZANU-PF (The Zimbabwean 31 août 2014). Selon l'article, le MDC-T a déclaré que la milice avait détruit la maison de M. Kapawu et emmené sa femme et ses enfants ailleurs (ibid.). On souligne également dans l'article que M. Kapawu a signalé l'incident au poste de police de Chitsungo, mais qu'aucune mesure n'a été prise (ibid.).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Agence France-Presse (AFP). 31 octobre 2014. « Zimbabwe's MDC Hopes to Reboot, Challenge Mugabe ». [Date de consultation : 12 déc. 2014]

All Africa. 2 décembre 2014. Ray Ndlovu. « Whatever Happened to the MDC? ». (Factiva)

Amnesty International (AI). 6 août 2013. « Zimbabwe: Women Forced to Flee Their Homes For Refusing to Reveal Their Vote ». [Date de consultation : 16 déc. 2014]

British Broadcasting Corporation (BBC). 9 décembre 2014. « Zimbabwe Profile ». [Date de consultation : 15 déc. 2014]

_____. 26 avril 2014. « Zimbabwe: Opposition MDC Suspends Morgan Tsvangirai ». [Date de consultation : 15 déc. 2014]

_____. 5 août 2013. Andrew Harding. « Supporters of Zimbabwe Opposition MDC Allege Attacks ». [Date de consultation : 16 déc. 2014]

États-Unis (É.-U.). 20 juin 2014. Central Intelligence Agency (CIA). « Zimbabwe ». The World Factbook. [Date de consultation : 17 déc. 2014]

_____. 27 février 2014. Department of State. « Zimbabwe ». Country Reports on Human Rights Practices for 2013. [Date de consultation : 15 déc. 2014]

Freedom House. 2014. « Zimbabwe ». Freedom in the World 2014. [Date de consultation : 16 déc. 2014]

The Guardian. 30 avril 2014. Simukai Tinhu. « Zimbabwe: Forget Party Coups, Tsvangirai and Biti Must Work Together ». [Date de consultation : 15 déc. 2014]

Movement for Democratic Change (MDC). S.d. « Party Structure ». [Date de consultation : 17 déc. 2014]

Political Handbook of the World 2014 (PHW). 2014. « Zimbabwe ». Sous la direction de Tom Lansdorf. Washington, DC: CQ Press. [Date de consultation : 30 déc. 2014]

Reuters. 6 novembre 2014. MacDonald Dzirutwe. « Zimbabwe Opposition Calls on Parliament to Expel Renegade MPs ». [Date de consultation : 15 déc. 2014]

SW Radio Africa. 17 septembre 2013. Alex Bell. « Zimbabwe: MDC-T Slam 'Political Attacks' on Supporters ». [Date de consultation : 16 déc. 2014]

Think Africa Press. 24 juin 2014. Simukai Tinhu. « Tsvangirai vs Biti: Who'll Win the Battle for the MDC? ». [Date de consultation : 15 déc. 2014]

Times Live. 26 novembre 2014. « Two Zimbabwe MDC Break-away Parties Unite ». [Date de consultation : 12 déc. 2014]

The Zimbabwean. 31 août 2013. « MDC-T says Zanu (PF) Intensifying Violence Against Its Supporters ». [Date de consultation : 16 déc. 2014]

Autres sources consultées

Sources orales : Les tentatives faites pour joindre les personnes suivantes dans les délais voulus ont été infructueuses : directeur régional, International Institute for Democracy and Electoral Assistance; préposé aux renseignements, Zimbabwe Human Rights Association; rédacteur en chef, Maximum Africa Journal; représentant, Electoral Institute for Sustainable Democracy in Africa; représentant, Movement for Democratic Change — USA; représentant, Zimbabwe Human Rights Forum; représentant, Zimbabwe Lawyers for Human Rights.

Sites internet, y compris : Africa Confidential; Africa Research Bulletin; African Arguments; Al Jazeera; ecoi.net; Fédération internationale des ligues des droits de l'homme; International Crisis Group; Internal Displacement Monitoring Centre; Mail & Guardian; Nations Unies – Réseaux d'information régionaux intégrés, Haut-Commissariat aux droits de l'homme, Refworld, ReliefWeb; Nehanda Radio; Reporters sans frontière; U.S. Committee for Refugees and Immigrants; Zimbabwe Democracy Institute.

Document annexé

Movement for Democratic Change (MDC). S.d. « Party Structure ». [Date de consultation : 17 déc. 2014]