Sudan: Student protests in 2012, particularly at the University of Sudan and Gezira University; treatment of protesters by security forces; role of the Darfur Students Organization and the Darfur Graduate Students Association [SDN104454.E]

Soudan : information sur les manifestations étudiantes au Soudan en 2012, plus particulièrement à l'Université du Soudan et à l'Université Gezira; le traitement réservé aux manifestants par les forces de sécurité; le rôle de l'Association des étudiants du Darfour et de l'Association des diplômés du Darfour

Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa

1. Manifestations étudiantes survenues de juin à août 2012

1.1 Aperçu

Plusieurs sources signalent que des manifestations ont été déclenchées par des étudiants à la mi-juin 2012 (AI 3 août 2012; International Crisis Group 29 nov. 2012, 19; Nations Unies 20 juin 2012). Les manifestations auraient éclaté le 16 juin (The Christian Science Monitor 16 juill. 2012; AI 3 août 2012) ou le 17 juin (International Crisis Group 29 nov. 2012, 19; IWPR 12 juill. 2012). Des étudiantes de l'Université de Khartoum ont donné le coup d'envoi aux manifestations pour dénoncer les mesures d'austérité adoptées par le gouvernement et les prix élevés (The Christian Science Monitor 16 juill. 2012; AI 3 août 2012; Human Rights Watch 11 juill. 2012). Durant les jours et les semaines qui ont suivi, les manifestations se sont étendues à d'autres secteurs de Khartoum et à d'autres villes (Nations Unies 20 juin 2012; International Crisis Group 29 nov. 2012, 19), dont :

  • Omdourman (Human Rights Watch 11 juill. 2012; IWPR 12 juill. 2012);
  • Khartoum Nord (Human Rights Watch 11 juill. 2012);
  • Port-Soudan (AI 3 août 2012; Radio Dabanga 27 juin 2012; Human Rights Watch 11 juill. 2012);
  • al-Obeid [El Obeid] (AI 3 août 2012; Human Rights Watch 11 juill. 2012);
  • Dongola (AI 3 août 2012; Human Rights Watch 11 juill. 2012);
  • Atbarah (AI 3 août 2012; Human Rights Watch 11 juill. 2012);
  • Kassal [Kassala] (AI 3 août 2012; Human Rights Watch 11 juill. 2012);
  • Gedaref [Gedarif, Al-Qadarif] (AI 3 août 2012; Human Rights Watch 11 juill. 2012; Radio Dabanga 25 juin 2012);
  • Kosti (ibid.);
  • Sennar (ibid.);
  • Umdawan Dan (ibid. 27 juin 2012);
  • Hagar al Asal (ibid.);
  • Nyala (AI 3 août 2012; International Crisis Group 29 nov. 2012, 19).

Selon Human Rights Watch, des manifestations ont eu lieu chaque jour ou presque, de la mi-juin au 11 juillet (Human Rights Watch 11 juill. 2012), et se sont poursuivies jusqu'en août 2012 (ibid. 10 déc. 2012). Le Christian Science Monitor a fait observer que les manifestations se déroulaient principalement sur les campus universitaires, où le mouvement a vu le jour (16 juill. 2012). L'International Crisis Group a qualifié les manifestations de [traduction] « restreintes et relativement isolées » (29 nov. 2012, 19). D'après l'Agence France-Presse (AFP), les manifestations se sont dissipées après le mois de juillet 2012, en raison des [traduction] « mesures de répression appliquées par les forces de sécurité » (AFP 16 déc. 2012).

1.2 Traitement réservé aux manifestants par les forces de sécurité

Des sources expliquent que les forces de sécurité ont eu recours à une [traduction] « force excessive » contre les manifestants (International Crisis Group 29 nov. 2012, 19; AI 3 août 2012; Nations Unies 20 juin 2012) et qu'elles ont notamment employé :

  • des matraques (ibid.; AI 3 août 2012; Radio Dabanga 25 juin 2012);
  • des gaz lacrymogènes (ibid.; Nations Unies 20 juin 2012; The Christian Science Monitor 16 juill. 2012; AI 3 août 2012);
  • des balles en caoutchouc (ibid.; Radio Dabanga 25 juin 2012; Human Rights Watch 11 juill. 2012);
  • des haches et des épées (utilisées par les rabata [membres des forces de sécurité en tenue civile] (International Crisis Group 29 nov. 2012, 19).

Radio Dabanga, une station de radio créée en 2008 et exploitée par une coalition réunissant des journalistes soudanais et des organisations de développement international (Radio Dabanga 27 févr. 2013), signale que des dizaines de personnes ont été blessées au cours des manifestations tenues en juin (25 juin 2012). Amnesty International (AI) précise que le Service national de sécurité (National Security Service - NSS) a empêché les manifestants de recevoir des soins médicaux, en déployant des agents dans les hôpitaux de la région de Khartoum (AI 3 août 2012).

L'International Crisis Group précise que les forces de sécurité ont [traduction] « violemment dispersé » les personnes qui prenaient part aux manifestations à Khartoum et dans d'autres États le 29 juin 2012 (29 nov. 2012, 19).

Des organisations de défense des droits de la personne signalent que les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des manifestants dans le Darfour du Sud (AI 3 août 2012; Human Rights Watch 10 déc. 2012). Le nombre de morts varie de 7 (International Crisis Group 29 nov. 2012, 19) à 13 (Human Rights Watch 10 déc. 2012), selon la source. D'après Amnesty International, la plupart des victimes étaient des élèves du secondaire (3 août 2012). Amnesty International (ibid.) et l'International Crisis Group (29 nov. 2012, 19) signalent que l'incident est survenu à Nyala le 31 juillet 2012.

1.3 Détention

Des sources estiment que quelque 2 000 personnes ont été détenues entre la mi-juin et la mi-juillet, en raison des manifestations (The Christian Science Monitor 16 juill. 2012; Human Rights Watch 11 juill. 2012; IWPR 12 juill. 2012). Human Rights Watch ne pouvait confirmer ce nombre, mais a fait observer que, en date du 11 juillet 2012, au moins 100 personnes étaient toujours détenues, et ce seulement à Khartoum (11 juill. 2012). Deux sources précisent que certaines personnes ont été détenues pendant plus de quatre semaines (VOA 17 juill. 2012; AI 3 août 2012). Selon Amnesty International, la plupart de ces personnes ont été détenues sans faire l'objet d'accusations ou sans pouvoir consulter un avocat (ibid.).

Il est écrit dans certaines sources que les personnes arrêtées n'étaient pas toutes des manifestants (ibid.; The Christian Science Monitor 16 juill. 2012). D'après Amnesty International, [traduction] « des centaines » de militants connus ont été arrêtés, qu'ils aient ou non participé aux manifestations (3 août 2012).

Selon Human Rights Watch, la majorité des détenus ont été placés dans des centres de détention du Service national de sécurité, qui sont [traduction] « réputés avoir recours aux mauvais traitements et à la torture » (Human Rights Watch 11 juill. 2012). Plus de 13 personnes relâchées puis questionnées par Amnesty International et Human Rights Watch ont déclaré qu'elles avaient été [traduction] « battues, injuriées, privées de nourriture, d'eau et de sommeil et autrement maltraitées pendant qu'elles avaient été détenues à Khartoum et en banlieue de cette ville » (ibid.). Il est écrit dans un rapport publié ultérieurement par Amnesty International que de nombreux manifestants ont affirmé « avoir été torturés à coups de poing, de bâton et de tuyau d'arrosage et avoir été contraints de rester en plein soleil toute la journée » (3 août 2012). On peut en outre lire dans le Christian Science Monitor que des manifestants qui avaient été détenus avaient été soumis à des actes de [traduction] « torture » (16 juill. 2012).

Des sources font observer que des étudiants figuraient parmi les détenus (AI 3 août 2012; The Christian Science Monitor 16 juill. 2012; Radio Dabanga 27 juin 2012). Selon l'Association des étudiants du Darfour (Darfur Students Association), au moins 17 étudiants darfouriens avaient été détenus en date du 27 juin 2012 (ibid.).

1.4 Manifestations à l'Université du Soudan

Deux sources signalent que l'Université du Soudan a été le théâtre de manifestations (Nations Unies 20 juin 2012; VOA 17 juill. 2012). Selon les Réseaux d'information régionaux intégrés des Nations Unies (IRIN), la police a fait preuve de [traduction] « violence excessive » pour freiner une manifestation étudiante à l'Université du Soudan le 19 juin 2012, après que des étudiants se sont rassemblés aux portes de l'université pour dénoncer la hausse des prix et le régime (Nations Unies 20 juin 2012). Voice of America (VOA), un diffuseur d'information financé par le gouvernement des États-Unis (s.d.), signale que, le 17 juillet 2012, une manifestation à l'Université du Soudan a donné lieu à des incidents de violence et à des affrontements entre étudiants et policiers (VOA 17 juill. 2012). Des sources précisent en outre qu'au moins un étudiant de l'Université du Soudan a été détenu par les forces de sécurité (Human Rights Watch 11 juill. 2012; Radio Dabanga 27 juin 2012). Selon Human Rights Watch, un étudiant de 24 ans de l'Université du Soudan a affirmé avoir été victime de violence physique tandis qu'il était détenu par le Service national de sécurité (11 juill. 2012).

2. Manifestations étudiantes en décembre 2012

2.1 Aperçu

En décembre 2012, des étudiants darfouriens de l'Université Gezira [s'écrit également Al-Gazira, Al Jazeera, Jazeera] ont organisé une manifestation assise à leur université pour dénoncer le fait qu'ils n'avaient pas été dispensés de payer leurs frais de scolarité (Reuters 8 déc. 2012; (Sudan Tribune 11 déc. 2012; Human Rights Watch 10 déc. 2012). L'Université Gezira est située à Madani ((Sudan Tribune 11 déc. 2012; Human Rights Watch 10 déc. 2012), dans l'État de Jazeera (ibid.; AI 12 déc. 2012). En vertu d'accords de paix, les étudiants du Darfour peuvent être exonérés de leurs frais de scolarité (ibid.; Human Rights Watch 10 déc. 2012).

Human Rights Watch fait observer que, le 2 décembre, des responsables de la sécurité nationale ont arrêté des étudiants darfouriens qui avaient demandé à l'administration d'être exonérés de leurs frais de scolarité (10 déc. 2012). Des manifestations à l'université se sont ensuivies, au cours desquelles des policiers, des responsables de la sécurité et des étudiants partisans du gouvernement ont affronté les manifestants (Human Rights Watch 10 déc. 2012). Plusieurs sources signalent que les sympathisants du gouvernement ont dispersé les manifestants, après quoi quelques étudiants ont été portés disparus, et quatre étudiants ont été retrouvés sans vie (Reuters 8 déc. 2012; (Sudan Tribune 11 déc. 2012; Human Rights Watch 10 déc. 2012).

Les étudiants morts ont été retrouvés dans un canal ((Sudan Tribune 11 déc. 2012; Human Rights Watch 10 déc. 2012). D'après un témoin questionné par SelonHuman Rights Watch, trois des dépouilles portaient des marques de violence, donnant à penser que les victimes avaient été battues par les forces de sécurité avant de mourir (ibid.). De même, Amnesty International signale que les quatre cadavres présenteraient des signes caractéristiques de la torture ou des mauvais traitements (AI 12 déc. 2012). Amnesty International souligne que les quatre étudiants avaient été arrêtés par le Service national de sécurité avant d'être retrouvés sans vie dans le canal (ibid.), tandis qu'il est écrit dans le (Sudan Tribune que les forces policières et les loyalistes du Congrès national ((National Congress), parti au pouvoir, ont attaqué les étudiants qui participaient à la manifestation et les ont pourchassés jusqu'au canal (11 déc. 2012).

L'AFP précise que l'Association des étudiants du Darfour de l'Université Gezira a blâmé les administrateurs de l'université, le conseil étudiant et la milice du Congrès national pour le décès des étudiants (AFP 9 déc. 2012). La police ((Sudan Tribune 11 déc. 2012) et les responsables de l'université (AFP 12 déc. 2012; Human Rights Watch 10 déc. 2012) ont affirmé que les étudiants s'étaient noyés.

La mort des quatre étudiants de l'Université Gezira a provoqué d'autres manifestations étudiantes (AFP 9 déc. 2012; (Sudan Tribune 11 déc. 2012; AI 12 déc. 2012). Selon l'AFP, les manifestants ont lancé un appel à la [traduction] « "révolution" » et demandé que cesse le régime du président Omar al-Bashir (13 déc. 2012). Des manifestations ont eu lieu à l'extérieur des universités de Khartoum et dans d'autres villes (AFP 12 déc. 2012; AI 12 déc. 2012; Human Rights Watch 10 déc. 2012); il est à noter que :

  • près de 500 étudiants ont manifesté lors d'une marche à l'Université Al-Nilain (au centre de Khartoum), où les policiers ont utilisé des gaz lacrymogènes pour contenir les manifestants ((Sudan Tribune 11 déc. 2012);
  • les forces de sécurité ont dispersé 200 étudiants qui manifestaient à la Faculté d'agriculture de l'Université de Khartoum (ibid.);
  • la police a arrêté [traduction] « de nombreux » étudiants parmi les dizaines qui participaient à une manifestation étudiante à la gare d'autobus centrale « Jackson Square » de Khartoum (ibid.);
  • le 11 décembre, des étudiants qui manifestaient à l'Université islamique Omdourman, dans la région de Khartoum, ont été dispersés par des étudiants partisans du gouvernement et par des policiers, qui ont employé des gaz lacrymogènes et battu les manifestants; une résidence d'étudiants a été incendiée, jetant des étudiants à rue (AI 12 déc. 2012).

Des sources signalent que la police a eu recours à une [traduction] « force excessive » contre les manifestants étudiants (AFP 12 déc. 2012; AI 12 déc. 2012). Selon le secrétaire général de l'Association des étudiants du « Grand Darfour » (Secretary-General of the Student Association of 'Greater Darfur') de l'Université Gezira, sept étudiants ont été [traduction] « grièvement blessés » au cours des manifestations, et un étudiant a été trouvé dans un état critique devant une résidence d'étudiants, son corps portant des « marques visibles de torture », des ongles de ses doigts ayant notamment été arrachés (Radio Dabanga 12 déc. 2012). En outre, quatre étudiants de l'Université Gezira aurait été portée disparus (ibid.). La Direction des recherches n'a trouvé aucune autre source signalant ces renseignements.

2.2 Détention

Plusieurs sources signalent que des étudiants manifestants ont été arrêtés et détenus par les forces de sécurité (Human Rights Watch 10 déc. 2012; AI 12 déc. 2012). Human Rights Watch précise que 11 étudiants darfouriens ont été arrêtés au début de la manifestation tenue le 2 décembre à l'Université Gezira (10 déc. 2012), tandis qu'Amnesty International affirme que 7 étudiants ont été arrêtés ce jour-là (AI 12 déc. 2012). Amnesty International signale que 53 étudiants de l'Université Gezira ont été arrêtés par le Service national de sécurité le 3 décembre, et qu'un [traduction] « grand nombre » d'entre eux avaient été relâchés le lendemain (ibid.). Selon Girifna, un mouvement de résistance non violent dont l'objectif et de renverser le Congrès national, parti au pouvoir (Girifna 17 nov. 2009), quelque 60 étudiants ont été arrêtés le 5 décembre à l'Université Gezira (7 déc. 2012). D'après l'Association des étudiants du Darfour de l'Université Gezira, citée par l'AFP, 80 étudiants ont été arrêtés lorsque le conseil étudiant partisan du gouvernement a dispersé la manifestation assise (AFP 9 déc. 2012). Amnesty International affirme que, le 8 décembre, la police a arrêté 9 militants qui prenaient part à des manifestations, avant de les relâcher le lendemain (AI 12 déc. 2012). On peut lire dans un article publié dans le (Sudan Tribune que, le 9 décembre 2012, 47 manifestants ont été arrêtés au cours de manifestations et accusés de [traduction] « rassemblement illégal à l'origine d'une émeute » (11 déc. 2012). D'après le secrétaire général de l'Association des étudiants du « Grand Darfour » de l'Université Gezira, cité dans un article de Radio Dabanga, le Service national de sécurité a arrêté 30 étudiants darfouriens les 10 et 11 décembre 2012 (12 déc. 2012). L'article donne les noms de plusieurs des étudiants arrêtés, dont le chef du Conseil des étudiants du Darfour (Darfur Student Union) à l'Université du Soudan (ibid.).

3. Rôle de l'Association des étudiants du Darfour et de l'Association des diplômés du Darfour

Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches a trouvé peu d'information quant au rôle de planification joué par l'Association des étudiants du Darfour à l'égard des manifestations ou à sa participation aux manifestations. L'Association des étudiants du Darfour a fourni des renseignements aux médias au sujet des étudiants détenus ou blessés lors des manifestations de juin 2012 (Radio Dabanga 27 juin 2012) et décembre 2012 (AFP 16 déc. 2012; Radio Dabanga 12 déc. 2012). Un porte-parole de l'Association des étudiants du Darfour aurait fait des commentaires à l'occasion d'un forum le 13 décembre 2012, par suite de la mort des quatre étudiants de l'Université Gezira, déclarant que [traduction] « des milliers d'étudiants sont prêts à descendre dans la rue et à renverser le régime » ((Sudan Tribune 14 déc. 2012). Comme il a été mentionné précédemment, au cours des manifestations du mois de décembre, l'Association des étudiants du Darfour a dénoncé la mort des quatre étudiants, soutenant qu'ils avaient été tués, et blâmant le parti au pouvoir, les administrateurs de l'université et le conseil étudiant (AFP 9 déc. 2012).

Amnesty International signale également que des militants étudiants affiliés à l'Association des étudiants du Darfour ont été arrêtés et détenus par les forces de sécurité, et qu'ils se sont vu refuser la possibilité de communiquer avec des membres de leur famille ou des avocats (AI 5 avr. 2012; ibid. 8 févr. 2013). Un militant de l'Association des étudiants du Darfour aurait notamment été arrêté le 28 mars 2012 alors qu'il se trouvait dans un marché de Khartoum Nord, peu de temps après qu'il eut fait des discours sur différents campus universitaires au sujet de la situation au Darfour, au Kordofan méridional et au Nil bleu (ibid. 5 avr. 2012); il aurait été relâché le 23 avril 2012 (ibid. 24 mai 2012). Par ailleurs, un attaché de presse de l'Association des étudiants du Darfour de l'Université du Nil oriental serait disparu le 11 décembre 2012, peu après avoir informé des membres de sa famille qu'il était suivi par le Service national de sécurité (ibid. 8 févr. 2013). Amnesty International signale que ce militant avait été détenu et [traduction] « maltraité » pendant trois mois plus tôt en 2012 (ibid.).

Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé aucun renseignement quant au rôle de planification joué par l'Association des diplômés du Darfour (Darfur Graduate Students Association) à l'égard des manifestations ou à sa participation aux manifestations.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Agence France-Presse (AFP). 16 décembre 2012. Ian Timberlake. « Freed Sudan Opposition Chief Says Government Scared ». (Factiva)

_____. 13 décembre 2012. « Head of Sudan Opposition Says He Is Detained ». (Factiva)

_____. 12 décembre 2012. « Excessive Force Used Against Sudan Protests: US Envoy ». (Factiva)

_____. 9 décembre 2012. « Six Hurt in Sudan Protests Over Student Deaths: AFP ». (Factiva)

Amnesty International (AI). 8 février 2013. « Sudanese Student Detained, at Risk of Torture ». (AFR 54/003/2013) [Date de consultation : 29 avr. 2013]

_____. 12 décembre 2012. « Sudan Must End Violent Repression of Student Protests ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

_____. 3 août 2012. « Sudanese Authorities Must End Its Crackdown on Demonstrators and Activists ». (AFR 54/036/2012) [Date de consultation : 29 mai 2013]

_____. 24 mai 2012. « Sudanese Student Activist Released ». (AFR 54/023/2012) [Date de consultation : 29 mai 2013]

_____. 5 avril 2012. « Sudanese Activist Detained ». (AFR 54/015/2012) [Date de consultation : 29 mai 2013]

The Christian Science Monitor [Boston]. 16 juillet 2012. Reem Abbas. « Inside Sudan's Prisons: Sudanese Protesters Speak Out ». (Factiva)

Girifna. 7 décembre 2012. « Death of Three Darfuri Students at Gazeera University ». [Date de consultation : 7 juin 2013]

_____. 17 novembre 2009. « About ». [Date de consultation : 7 juin 2013]

Human Rights Watch. 10 décembre 2012. « Sudan: Justice Needed for Student Deaths ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

_____. 11 juillet 2012. « Sudan: Torture, Abuse of Demonstrators ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Institute for War and Peace Reporting (IWPR). 12 juillet 2012. Contributeur de l'IWPR et Simon Jennings. « Sudan Opposition Fails to Take Lead on Protests ». [Date de consultation : 5 juin 2013]

International Crisis Group. 29 novembre 2012. Sudan: Major Reform or More War. Africa Report No 194. [Date de consultation : 31 mai 2013]

Nations Unies. 20 juin 2012. Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN). « Sudan: Austerity Package Sparks Protests ». [Date de consultation : 31 mai 2013]

Radio Dabanga. 27 février 2013. « About Us ». [Date de consultation : 7 juin 2013]

_____. 12 décembre 2012. « Arrests, Injuries and Torture Reported at Gezira University ». [Date de consultation : 30 mai 2013]

_____. 27 juin 2012. « Dormitories of Protesting Students Set Ablaze by Sudan Security Agents ». (Factiva)

_____. 25 juin 2012. « Demonstrations Sudan Continue Amid Security Crackdown ». (Factiva)

Reuters. 8 décembre 2012. « Sudan Activists Urge More Protests After Student Deaths ». [Date de consultation : 29 mai 2013]

Sudan Tribune. 14 décembre 2012. « Sudan's Opposition Leader Arrested ». (Factiva)

_____. 11 décembre 2012. « Death of Darfur Students Continues to Spark Demos, Arrests in Sudan's Capital ». (Factiva)

Voice of America (VOA). 17 juillet 2012. Carol Van Dam Falk. « Family Members of Students Detained in Sudan ». (Factiva)

_____. S.d. « About VOA: Overview ». [Date de consultation : 7 juin 2013]

Autres sources consultées

Sites Internet, y compris : African Centre for Justice and Peace Studies; ecoi.net; Factiva; Freedom House; International Federation for Human Rights; Nations Unies – Refworld, ReliefWeb; Radio Free Europe/Radio Liberty.