The Bani Tamim tribe in Iran; name of the chief; size and influence of the tribe in Iran; areas of concentration; whether the tribe has influence outside these areas; position of women in the tribe, especially with regard to leaving their husbands or obtaining a divorce; whether women are in danger of being killed for leaving or divorcing their husbands [IRN42647.E]

La tribu Bani Tamim est l’une de nombreuses tribus arabes en Iran (Centre for Arab and Iranian Studies 6 mai 2004; Iran Chamber Society 20 avr. 2004). Dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches le 6 mai 2004, le directeur du Centre d’études arabes et iraniennes (Centre for Arab and Iranian Studies) établi à Londres, au Royaume-Uni, a fourni l’information suivante.

Le directeur a expliqué que les Bani Tamim jouaient un rôle de plus en plus effacé en raison du [traduction] « harcèlement » contre la tribu par le gouvernement actuel de l’Iran; il a ajouté que la tribu avait actuellement un chef, probablement un membre âgé de la tribu, mais qu’il ne connaissait pas son identité. Le directeur estimait qu’il pouvait y avoir jusqu’à 200 000 membres de la tribu Bani Tamim en Iran. Outre l’Iran, les membres de la tribu se trouvent en grand nombre en Iraq et en plus petit nombre en Arabie saoudite, au Koweït et au Qatar. En Iran, la tribu est presque exclusivement concentrée dans le sud de la province du Khouzistan. Le directeur a déclaré qu’au-delà de cette région de l’Iran, la tribu n’exerçait aucune influence et qu’en général, il s’agissait d’une [traduction] « tribu mourante » à laquelle les membres cessaient habituellement de s’identifier dès qu’ils migraient dans des villes iraniennes ou à l’étranger. En revanche, le directeur a mentionné que la tribu Bani Kaab est une tribu arabe forte et influente qui s’est adaptée aux milieux urbains et y a survécu.

Quant au statut des femmes de la tribu Bani Tamim, le directeur était d’avis que le sort de ces dernières était [traduction] « terrible » et il était personnellement au courant de trois cas de femmes tuées par un parent mâle pour des raisons d’honneur. Le directeur a aussi signalé que le taux de suicide chez les femmes avait rapidement augmenté au cours des dernières années (quelquefois les femmes se suicident par immolation). Il a expliqué que cette augmentation résultait en partie de l’immense pression ressentie par les femmes mariées de la tribu, qui seraient [traduction] « utilisées » en grand nombre par leur époux. Le directeur a ajouté qu’il serait [traduction] « très difficile » pour une femme de divorcer ou de quitter son époux, mais qu’un homme ne se heurte pas à ce genre de difficultés lorsqu’il souhaite se séparer de son épouse. Selon le directeur, lorsqu’une femme quitte son époux, elle laisse supposer que ce dernier [traduction] « n’est pas assez viril pour elle » ou que ses intérêts amoureux sont ailleurs; dans l’un et l’autre cas, il s’agit d’une grave insulte pour un Bani Tamim, et le bien-être de la femme, voire sa vie, serait automatiquement en danger. Le directeur a souligné que ce danger serait comparable à celui auquel est exposée une femme qui a commis un adultère et qui, par conséquent, pourrait être victime d’un [traduction] « meurtre d’honneur »; ce danger ne pourrait être dissipé que si la femme en question déménage dans une région du pays où elle ne connaît personne. Aucune information corroborant les déclarations du directeur n’a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


Centre for Arab and Iranian Studies, Londres. 6 mai 2004. Communication écrite du directeur.

Iran Chamber Society. 20 avril 2004. « Iranian Ethnic Groups ». http://www.iranchamber.com/people/iranian_ethnic_groups.php [Date de consultation : 20 avr. 2004]

Autres sources consultées


Sites Internet, y compris : Al-Jazeera, Amnesty International (AI), BBC, Département d’État des États-Unis, The Economist, European Country of Origin Information Network (ECOI), Freedom House, Human Rights Watch (HRW), Iran Daily, Tehran Globe, Tehran Times, World News Connection (WNC).

Publications : Atlas du peuple d'Orient, Encyclopedia of Islam, Ethnic Groups Worldwide, Iran After the Revolution, Iran - A Country Study, Iran - Lonely Planet, The Islamic Republic of Iran - Country Assessment, National Geographic, Regards sur la République islamique d'Iran, World Directory of Minorities.