Ethiopia: Whether the government of Ethiopia undertakes survelliance of demonstrations against Ethiopia in Europe and North America [ETH103408.E]

Éthiopie : information indiquant si le gouvernement de l’Éthiopie surveille les manifestations anti-Éthiopie qui ont lieu en Europe et en Amérique du Nord

Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa

Parmi les sources qu’elle a consultées, la Direction des recherches a trouvé peu d’information portant précisément sur la surveillance des manifestations antigouvernementales. Toutefois, un représentant du bureau canadien de Solidarity Movement for a New Ethiopia (SMNE), un « mouvement populaire » ayant pour objectif de mobiliser la diaspora éthiopienne pour qu’elle lutte en faveur de la protection des droits de la personne, a fourni de l’information à la Direction des recherches au cours d’un entretien téléphonique tenu le 22 février 2010. Le représentant de SMNE a dit croire que le gouvernement de l’Éthiopie investit des ressources importantes dans la surveillance des activités antigouvernementales que mène la diaspora à l’étranger, y compris au Canada (SMNE 22 févr. 2010). Il a affirmé que cette surveillance comprenait le suivi des manifestations et des rassemblements visant à dénoncer le gouvernement de l’Éthiopie (ibid.).

De plus, dans un rapport publié par The Advocates for Human Rights, organisation bénévole à but non lucratif qui défend les droits de la personne et dispose d’un statut consultatif spécial auprès des Nations Unies (The Advocates 7 déc. 2009), celle-ci signale que des citoyens éthiopiens soupçonnés d’avoir pris part à des activités politiques pendant une visite aux États-Unis auraient été arrêtés à leur retour au pays (ibid. déc. 2009, iii).

D’après le rapport, les Éthiopiens vivant aux États-Unis [traduction] « craignent » que le gouvernement de l’Éthiopie les surveille et que « les membres de leur famille résidant là-bas fassent l’objet de représailles » (ibid.). De même, le représentant de SMNE a affirmé que les membres de la diaspora éthiopienne du Canada et des États-Unis [traduction] « redoutent » que, s’ils participent à des rassemblements visant à protester contre le gouvernement de l’Éthiopie, leur famille aura des « ennuis » (SMNE 22 févr. 2010). The Advocates affirme également dans son rapport que [traduction] « les contrevenants en matière de droits de la personne [en Éthiopie] ont le bras long et visent directement les groupes appartenant à cette diaspora » (déc. 2009, iii). Certains d’entre eux ont notamment déclaré croire que le gouvernement de l’Éthiopie utilise ses [traduction] « contacts locaux » pour obtenir de l’information sur les activités des Éthiopiens habitant aux États-Unis (ibid.). De même, selon un article du Twin Cities Daily Planet portant sur les droits de la personne en Éthiopie, qui a été rédigé par un ancien journaliste du New York Times ayant également enseigné le journalisme dans une université ainsi que dans plusieurs collèges (The McGill Report s.d.) :

[traduction]

[…] parmi les dizaines d’immigrants éthiopiens interrogés dans le cadre du présent article, seuls ceux qui sont cités ont accepté que leur nom soit publié. Les autres ont dit que le gouvernement de l’Éthiopie payait des espions au Minnesota afin que ceux-ci dénoncent toute personne critiquant le gouvernement, et que les membres de leur famille vivant toujours en Éthiopie seraient punis (Twin Cities Daily Planet 19 févr. 2010).

De plus, dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches le 17 février 2010, un représentant de l’organisation Ethiopian American Civic Advocacy (EACA), organisation communautaire à but non lucratif des États-Unis qui milite en faveur des droits de la personne, de la saine gestion publique et de la responsabilisation des décideurs (EACA s.d.), a affirmé que l’ambassade de l’Éthiopie à Washington déployait [traduction] « [d’]importants » efforts dans le but de surveiller les activités menées par des membres de la diaspora éthiopienne, tout comme le font d’autres bureaux de cette ambassade en Amérique du Nord. Le représentant de l’EACA a également affirmé que les représentants du gouvernement exerçaient [traduction] « diverses formes de surveillance, [recueillant notamment] des vidéos, des photographies et des enregistrements audio » (ibid. 17 févr. 2010). Il a ajouté que les représentants du gouvernement surveillaient toute réunion et qu’ils enregistraient [traduction] « les téléconférences, les discussions en ligne entre amis et les émissions radiodiffusées de la diaspora » (ibid.).

Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a trouvé aucun autre renseignement allant dans le même sens ni aucun renseignement additionnel.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

The Advocates for Human Rights. 7 décembre 2009. « Rights Group Reports Continuing Human Rights Violations by Ethiopia: Urges Robust Review of Ethiopia's Record by United Nations Human Rights Council ». [Date de consultation : 18 févr. 2010]

_____. Décembre 2009. Human Rights in Ethiopia: Through the Eyes of the Oromo Diaspora. [Date de consultation : 18 févr. 2010]

Ethiopian American Civic Advocacy (EACA). 17 février 2010. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches par un représentant.

_____. S.d. « Mission ». [Date de consultation : 19 févr. 2010]

The McGill Report. S.d. « About The McGill Report ». [Date de consultation : 19 févr. 2010]

Solidarity Movement for a New Ethiopia (SMNE). 22 février 2010. Entretien téléphonique avec un représentant.

_____. S.d. « Mission ». [Date de consultation : 22 févr. 2010]

Twin Cities Daily Planet [Minneapolis]. 8 juillet 2008. Doug McGill. « As Ethiopia Boils, Minnesota's Ethiopians Feel the Heat ». [Date de consultation : 19 févr. 2010]

Autres sources consultées

Sources orales : The Advocates for Human Rights, l’Université Concordia et la Human Rights League of the Horn of Africa (HRLHA) n’ont pas répondu à une demande d’information dans les délais voulus.

Publication : African Affairs.

Sites Internet, y compris : AbbayMedia, Amnesty International (AI), Colombia University, Council on Foreign Relations (CFR), EthioGuardian, Ethiomedia, Ethiopia Human Rights Council (EHRCO), Ethiopian Women's Human Rights Alliance (EWHRA), Human Rights League of the Horn of Africa (HRLHA), Human Rights Watch, Institute for Security Studies (ISS), Jubilee Campaign, Nations Unies — Conseil des droits de l’homme, Open Society for Justice Initiative (OSJI), Oromia Human Rights and Justice Council (OHRJC), Pambazuka News, United States Institute of Peace (USIP).