Treatment of ethnic Russians in Kalmykia and availability of state protection [RUS43120.E]

Peu d'information sur le traitement des Russes de souche en Kalmoukie et sur la protection offerte par l'État a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches. Toutefois, l'information suivante peut être pertinente.

L'Agence France-Presse (AFP) a signalé le 27 juin 2002 que le président de la Kalmoukie, Kirsan Ilioumjinov, [traduction] « s'était attribué le mérite des relations pacifiques entre les Kalmouks de souche, les Russes orthodoxes et les communautés musulmanes ".

L'AFP a ajouté que les villes et villages [traduction] « sont libéralement parsemés de portraits de M. Ilioumjinov en compagnie d'hommes célèbres », comme le patriarche russe orthodoxe Alexis II (AFP 27 juin 2002).

Lors d'un entretien à la radio, la présidente du Groupe Helsinki de Moscou, Lioudmila Alexeïeva, a déclaré qu'après avoir surveillé la situation dans les 89 régions de la Russie, elle considérait la Kalmoukie comme [traduction] « parmi les champions » [à savoir les pires] pour ce qui est des violations des droits de la personne (Radio Russia 4 juill. 2003).

Dans une communication écrite du 8 décembre 2004 envoyée à la Direction des recherches, une avocate travaillant pour le Groupe Helsinki de Moscou a souligné que la Kalmoukie possédait de mauvais antécédents pour ce qui est du respect des droits de la personne. Elle a aussi déclaré que les violations des droits civils et politiques [traduction] « sont commises sans distinction entre les groupes de la population « et qu'elle [traduction] « ne pouvait prouver que les Russes de souche souffrent d'une discrimination quelconque [...] » (Groupe Helsinki de Moscou 8 déc. 2004).

Dans l'hebdomadaire Moskovskiye Novosti, Lioudmila Alexeïeva du Groupe Helsinki de Moscou a signalé que son organisme [traduction] « insistera pour que les personnes coupables d'avoir battu des manifestants en Kalmoukie répondent de leurs actes » (12 nov. 2004). L'article ne mentionnait pas l'origine ethnique des manifestants (Moskovskiye Novosti 12 nov. 2004). Aucune information corroborant les détails de ces incidents n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


Agence France-Presse (AFP). 27 juin 2002. Bernard Besserglik. « Kremlin Ponders Candidate to Oppose Kalmykia Maverick ». (Dialog)

Groupe Helsinki de Moscou. 8 décembre 2004. Communication écrite d'une avocate.

Moskovskiye Novosti. 12 novembre 2004. Lioudmila Alexeïeva. « Networks Are Better Than Verticals ». http://www.mosnews.com/commentary/2004/11/12/humanrights.shtml [Date de consultation : 1er déc. 2004]

Radio Russia [Moscou, en russe]. 4 juillet 2003. « Human Rights Body in Russia Homes in on Urals Republic ». (BBC International Reports/Dialog)

Autres sources consultées


Sites Internet, y compris : Amnesty International, Carnegie Moscow Center, Caucasian Regional Studies (Bruxelles), Center for Russian Studies Database (Oslo), European Research Centre on Migration and Ethnic Relations (Utrecht), Fédération internationale Helsinki pour les droits de l'homme, Freedom House, Human Rights Watch, Minorities at Risk Project, Minority Rights Group International, The Moscow Times, Radio Free Europe/Radio Liberty, Slavic Research Center de l'université d'Hokkaido, Voice of the Shuttle: Minority Studies Page.