Treatment of members of the Yakoma ethnic group and of students by government authorities following the failed coup attempt of 28 May 2001 (August 2002) [CAF39457.FE]

Jointe par téléphone à Bangui le 21 août 2002, une représentante de la Ligue centrafricaine de droits de l'homme (LCDH), affiliée à la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), a fourni l'information suivante :

Après le coup d'État manqué du 28 mai 2001 qui a été revendiqué par le général Kolingba, ancien chef d'État et membre du groupe ethnique yakoma, les membres de ce groupe ont été particulièrement visés par les autorités gouvernementales lors des représailles qui ont suivi cet incident. Plusieurs d'entre eux se sont même réfugiés dans les pays limitrophes, notamment en République démocratique du Congo (RDC), pour échapper à la répression. Beaucoup d'autres se sont vus arrêtés et même tués.La représentante de la LCDH a signalé que son organisation n'est pas au courant d'étudiants qui auraient été visés au cours des violences qui ont suivi le coup d'État manqué de mai 2001. Elle a toutefois précisé que les étudiants yakoma ont, comme les autres membres de ce groupe ethnique, subi la répression des autorités gouvernementales.

Cependant, la répression des Yakoma a maintenant cessé et les choses sont revenues à la normale, même les réfugiés sont retournés chez eux a-t-elle ajouté.

Faisant référence au coup manqué du 28 mai 2001 en République centrafricaine, la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) signalait que :

la conséquence directe de cette tentative de coup d'État a été un déchaînement de violence sans distinction à l'encontre de toute personne appartenant à l'ethnie yakoma ou proche de cette ethnie (7 févr. 2002).

L'organisation internationale de défense des droits de l'homme déclarait

[être] également vivement préoccupée par les violations massives et répétées des droits humains commises en retour par les forces gouvernementales ou leurs alliés, en particulier à l'égard de l'ethnie minoritaire yakoma (15 juin 2001).

Un article de la BBC signalait que [traduction] « des milliers de Yakoma ont fui en République démocratique du Congo à la suite d'un coup manqué et après les exécutions sommaires des membres de ce groupe ethnique » (15 févr. 2002). La même source d'information ajoutait qu'alors que [traduction] « plusieurs rapports faisaient état des représailles par les militaires gouvernementaux à l'endroit des Yakoma, plusieurs civils yakoma se sont réfugiés dans les forêts où ils dormaient sur des lits faits de branchages de palmiers et vivaient de bananes » (ibid. 12 juin 2001).

Les Country Reports 2001 révélaient, entre autres, que [traduction] « pendant et après la tentative de putsch du 28 mai 2001, les forces de l'ordre ont perpétré impunément des exécutions extrajudiciaires, particulièrement au sein du groupe ethnique yakoma dont est issu le meneur du coup d'État, le général Kolingba » (2002, sect. 1.a). La même source citait plusieurs cas de personnes appartenant au groupe ethnique yakoma qui ont été arrêtées ou tuées à la suite du coup manqué de mai 2001 (ibid.). La section des Country Reports sur la République centrafricaine est consultable à l'adresse suivante : http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2001/af/8301.htm.

Dans un rapport du 18 juillet 2001, Amnesty International (AI) notait que [traduction] « de centaines des civils non armés ainsi que des membres des forces de sécurité appartenant au groupe yakoma qui ont participé ou étaient soupçonnés d'avoir participé à la tentative de putsch, ont été tués ou ont fait l'objets de sérieuses violations des droits de la personne par les forces de sécurité de l'État », ajoutant que [traduction] « de nouveaux cas d'exécutions sommaires étaient toujours rapportés ».

Aucune information sur le traitement actuel des membres de l'ethnie yakoma et celui des étudiants par les autorités gouvernementales n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


Amnesty International (AI). 18 juillet 2001. « Central African Republic: Government Should Stop All Extra-judicial Executions ». (Index AI : AFR 19/005/2001). http://web.amnesty.org/ai.nsf/Index/AFR190052001 [Date de consultation : 15 août 2002]

BBC. 15 février 2002. « CAR Coup Attempt Trial Begins ». http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/africa/1823043.stm [Date de consultation : 20 août 2002]

_____. 12 juin 2001. « UN Steps Into CAR Ethnic Tension ». http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/africa/1385090.stm [Date de consultation : 20 août 2002]

Country Reports on Human Rights Practices for 2001. Mars 2002. Département d'État des États-Unis. Washington, DC. http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2001/af/8301.htm [Date de consultation : 20 août 2002]

Fédération internationale de ligues des droits de l'homme (FIDH) [Paris]. 7 février 2002. « Commission des droits de l'Homme, 58ème session 18 mars-26 avril 2002 : intervention écrite de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH), une organisation non-gouvernementale dotée du statut consultatif spécial ». http://www.fidh.org/intgouv/onu/com58/centreaf.htm [Date de consultation : 21 août 2002]

_____. 15 juin 2001. « La République centrafricaine : la chasse aux sorcières continue! ». http://www.fidh.org/communiq/2001/cf1506f.htm [Date de consultation : 21 août 2002]

Ligue centrafricaine des droits de l'homme (LCDH) [Bangui]. 21 août 2002. Entretien téléphonique avec une représentante.

Autres sources consultées


Africa Confidential [Londres] 1999-juillet 2002.

Africa Research Bulletin [Londres] 1999-2002.

L'Autre Afrique janvier-juillet 2002.

Bases de données de la CISR.

Dossier de pays du Centre des ressources. République centrafricaine.

Jeune Afrique/L'Intelligent [Paris] janvier-août 2002.

LEXIS/NEXIS.

West Africa [Londres] mai 2001-2002.

Sites Internet, y compris :

Africatime.

Allafrica.

HRW.

Minorities at Risk Project.

MISNA.

Reliefweb.