Situation of homosexuals [CRI32520.E]

Les renseignements suivants complètent ceux fournis dans CRI27945.EF du 16 octobre 1997.

Il existe toujours des lieux de villégiature, des entreprises et des organismes pour homosexuels au Costa Rica. On peut trouver des renseignements récents sur la communauté homosexuelle au Costa Rica sur de nombreux sites Web. Le site Web personnel The Gay & Lesbian Guide to Costa Rica (http://hometown.aol.com/GayCRica/guide.html) rassemble des renseignements sur des organisations d'homosexuels; on y trouve notamment des témoignages personnels ainsi que des articles qui signalent des niveaux de tolérance, qui décrivent des incidents survenus au pays et qui recensent les lieux de villégiature, les entreprises, les publications, les groupes de discussion et les babillards destinés aux homosexuels.

Un autre site Web personnel (http://www.geocities.com/WestHollywood/Village/5826/) donne un aperçu de deux des principaux groupes d'homosexuels et de lesbiennes au Costa Rica. En outre, il y a la page Web de l'Association internationale des lesbiennes et des gays (International Lesbian and Gay Association - ILGA) (http://www.ilga.org/information/legal_survey/Americas/costa_rica.htm) et une de la Commission internationale des droits des gays et des lesbiennes (International Gay and Lesbian Human Rights Commission - IGLHRC) (http://www.iglhrc.org/world/mex_centam_carib/index.html#CostaRica), qui présentent des aperçus du Costa Rica, y compris des informations concordantes sur les incidents survenus en 1998 dont il est question plus loin dans la présente réponse.

Une des sources mentionnées ci-dessus indique qu'il y a au moins six organisations regroupant des homosexuels, le plus important étant le Triangle rose (Triángulo Rosa); en outre, il y deux revues - Gente 10 et Del Mismo Sexo 3/4 ainsi qu'un journal communautaire appelé Gayness (Gay & Lesbian Guide to Costa Rica 27 juillet 1999). L'article contient un hyperlien vers le site de l'Association créative des imprésarios (Asociación Creativa de Empresarios - ACES) et affirme notamment ce qui suit à propos de cette association [traduction] « le groupe commercial lesbigay [de lesbiennes, de bisexuels et de gais] ACES a des projets en cours pour faire la réclame du Costa Rica comme destination touristique formidable pour les gais et les lesbiennes, ainsi que des projets qui contribuent au bien-être des communautés homosexuelles locales au Costa Rica » (ibid.).

En 1998, l'archevêque de San José, un prêtre local et, ultérieurement, le président du pays ont critiqué un festival homosexuel annuel d'une semaine qui avait eu lieu pendant cinq ans, ce qui a poussé les organisateurs à le déplacer, de leur propre gré, à un autre lieu et, par la suite, à l'annuler (AP 4 août 1998; ILGA 10 juin 1999; IGLHRC nov. 1998). Les discours s'en prenant aux homosexuels ont donné lieu à des plaintes officielles contre l'archevêque et le prêtre qui ont été portées devant la Cour suprême, et à des plaintes contre le président du pays qui ont été portées devant le protecteur du citoyen par un groupe formé d'organismes militant pour les droits des homosexuels et de leurs partisans hétérosexuels (ibid.; Gay & Lesbian Guide to Costa Rica 27 juillet 1999). Une source d'information indique que la Cour suprême a acquitté l'archevêque en février 1999 (ILGA 10 juin 1999).

Le babillard du Gay & Lesbian Guide to Costa Rica présente un témoignage d'un incident public survenu en 1998, incident qui concernait l'archevêque et d'autres personnalités; le témoignage contient également des commentaires sur la situation de certains homosexuels au Costa Rica :

[traduction]
le 2 août 1998, l'archevêque et le président du Costa Rica ont critiqué, dans le cadre du pèlerinage annuel à la basilique de Cartago, l' « événement touristique homosexuel » prévu à Quepos.
Nous croyons savoir qu'ils ne disposaient pas de renseignements justes sur l'événement ou sur le tourisme homosexuel en général. Quatre adultes (dont le prêtre local et un enseignant) et plusieurs écoliers de Quepos ont organisé une manifestation. Ayant vécu à Manuel Antonio/Quepos pendant un an, je peux garantir que la plupart des habitants n'appuyaient pas cette action, qui les a gênés. Quatre membres du conseil d'administration d'ACES ont rencontré la ministre du Tourisme, Mme Aida Fishman. Il ressortait clairement de cette rencontre que le gouvernement confondait le tourisme homosexuel et le tourisme sexuel.
Cette « gifle » a réveillé la communauté lesbigay. Les six organisations communautaires lesbigays existantes se sont réunies dès lors pour échanger des idées et des stratégies. Un septième groupe, composé d'avocats gais et non gais (15 à la première réunion), a été créé pour examiner les voies judiciaires judiciaires pour modifier les lois discriminatoires qui sont incompatibles avec les dispositions de la Constitution du Costa Rica qui assurent le traitement égal à tous. Selon le bureau de la protectrice du citoyen, le président, l'archevêque et un prêtre local de la radio-télévision ont commis plusieurs infractions aux lois en faisant leurs déclarations. La communauté lesbigay croit que cet incident fournit l'occasion rêvée de lancer un débat sur la question au sein de la société et de modifier les lois au besoin. Si ce processus ne se déroule pas sans heurts, la situation pourrait devenir très dramatique avant que les questions soient réglées. Il importe de noter que le Costa Rica, à la différence des États-Unis, a adopté des lois qui interdisent à une personne ou à un groupe d'inciter à la haine envers une autre personne ou un autre groupe! [...]
Il y a [...] des prêtres qui vivent actuellement avec le sida et qui craignent d'être mis à la rue si on découvre leur maladie. Il est bien connu que des hauts fonctionnaires sont homosexuels ou bisexuels. Nous espérons que ces personnes auront suffisamment d'estime de soi et d'intégrité pour soutenir les efforts déployés pour modifier les lois qui créent deux poids deux mesures pour les membres de la communauté lesbigay. S'ils ne le font pas, il courront le risque que leur orientation sexuelle soit rendue publique par quelqu'un d'autre. Cela serait dommage, parce qu'ils seraient privés de la chance de faire preuve de leur estime de soi, de leur fierté, de leur honnêteté et de leur intégrité (ibid.).

Un autre événement d'importance pour la communauté homosexuelle du Costa Rica, c'est l'a décision que la Cour suprême du Costa Rica a rendue en septembre 1998 pour obliger le service de la sécurité sociale à payer tous les médicaments nécessaires pour combattre le le sida chez un patient atteint de cette maladie (ILGA 10 juin 1999). Au mois de mars de la même année, un enseignant homosexuel qui a contracté le sida aurait censément été muté à un poste d'administration à la demande de certains parents (ibid.).

Comme les sites Web de l'ILGA et de l'IGLHRC, le babillard mentionné ci-dessus mentionne également d'autres événements relatifs aux communautés des gaies et des lesbienne du Costa Rica.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié. Veuillez trouver ci-dessous la liste des sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


Associated Press (AP) Worldstream. 4 août 1998. « Critics Drive Costa Rican Homosexual Festival Into Secrecy ». (NEXIS)

The Gay & Lesbian Guide to Costa Rica [San José]. 27 juillet 1999. « ACES » et « Bulletin Board ». http://hometown.aol.com/GayCRica/guide.html [Date de consultation : 9 août 1999]

The International Gay and Lesbian Human Rights Commission (IGLHRC), San Francisco. Novembre 1998. « Costa Rican Gay Association Fights Discrimination by Church and Government Officials ». http://www.iglhrc.org/world/ mex_centam_carib/index.html#CostaRica [Date de consultation : 9 août 1999]

The International Lesbian and Gay Association (ILGA), Bruxelles. World Legal Survey. « Costa Rica ». http://www.ilga.org/information/legal_survey/americas/ costa_rica.htm [Date de consultation : 9 août 1999]