Update to LKA43382.E of 10 February 2004 on the impact of the 26 December 2004 tsunami on human rights conditions in Sri Lanka (10-16 February 2005) [LKA43412.FE]

Situation en matière de sécurité et processus de paix

Aucune information sur la situation en matière de sécurité et sur le processus de paix pendant la période visée par cette réponse n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches. Cependant, faisant référence à l'assassinat, le 8 février 2005, de E. Kaushalyan, dirigeant des Tigres de libération de l'Eelam Tamoul (TLET) ainsi que de cinq autres membres de ce même groupe, Human Rights Watch (HRW) s'inquiétait du fait que cet incident risque de lancer un nouveau cycle de violence politique, d'ébranler le cessez le feu en vigueur et d'entraver le travail de secours et de reconstruction (HRW 11 févr. 2005; voir aussi AFP 13 févr. 2005a.).

Relations entre le gouvernement et les partis d'opposition

Des sources concordantes signalent qu'en date du 11 février 2005, le parlement sri lankais a reconduit pour un mois supplémentaire les lois portant sur les mesures d'urgence qui avaient été adoptées après le tsunami du 26 décembre 2004 (AP 11 févr. 2005; AFP 11 févr. 2004; voir aussi DPA 11 févr. 2005). Ces mesures visent à donner des pouvoirs étendus aux membres des forces de sécurité et de l'armée qui interviennent dans les zones touchées par le tsunami (ibid.; AP 11 févr. 2005; AFP 11 févr. 2005).

Cependant, les partis d'opposition allèguent que les autorités gouvernementales risquent d'abuser des nouveaux pouvoirs et de les utiliser contre des opposants politiques (DPA 11 févr. 2004; voir aussi AP 11 févr. 2005). Ainsi, le Parti de l'unité nationale (United National Party-UNP) - principal parti d'opposition - s'est abstenu à voter (AP 11 févr. 2005; DPA 11 févr. 2005), le parti musulman a boycotté le vote (AP 11 févr. 2005) alors que 20 parlementaires tamouls se sont opposés au vote (ibid.; voir aussi DPA 11 févr. 2005).

Selon une source d'information, les mesures donnent notamment aux forces de sécurité le droit de s'introduire dans des maisons et des voitures pour y effectuer des fouilles, arrêter des personnes qui [traduction] « gênent la distribution de l'aide » [traduction] « répandent des rumeurs » ou [traduction] « montrent une insatisfaction à l'égard des autorités qui participent aux opérations de secours » (DPA 11 févr. 2005). En outre, un article de l'Associated Press (AP) signalait que ces mesures permettent également aux autorités de détenir sans procès toute personne soupçonnée d'être de mèche avec des insurgés des Tigres tamouls (11 févr. 2005).

Situation des enfants

Selon un article de la BBC, le secrétaire général des Nations Unies aimerait que des sanctions soient imposées aux rebelles des TLET parce qu'ils continuent à recruter et à utiliser les enfants comme soldats (10 févr. 2005). Citant les propos du secrétaire général, le même article indiquait que [traduction] « les TLET [Tigres de libération de l'Eelam Tamoul] ont souvent effectué du recrutement forcé et enlevé des enfants sur le chemin de l'école ou pendant des fêtes religieuses, battu des membres de leur famille et des enseignants qui s'opposent à leur enlèvement » (BBC 10 févr. 2005).

Selon les données du commissaire à l'évaluation et au bien-être de l'enfant, 995 enfants sont devenus orphelins de père et de mère et 3 409 autres ont perdu l'un ou l'autre de leurs parents lors du tsunami (AFP 14 févr. 2005; ibid. 13 févr. 2005b.). Un article du 15 février 2005 du service chinois de nouvelles Xihnua signalait que le gouvernement sri lankais allait adopter une loi spéciale devant régler les questions relatives à la délivrance des certificats de décès, à l'adoption des enfants et à la désignation des parents d'accueil.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile.

Références


Agence France Presse (AFP). 14 février 2005. Jay Deshmukh. « DNA Test Establishes Parents of Sri Lankan Tsunami Baby ». (Dialog)

_____. 13 février 2005a. « Tamil Tiger Killings Not To Deter Foreign Aid in Sri Lanka: Japanese Envoy ». (Dialog)

_____. 13 février 2005b. Amal Jayasinghe. « Tsunami Orphans Take on Sri Lanka's National Cricketers ». (Dialog)

____. 11 février 2005. « Sri Lanka Extends Emergency to Deal with Tsunami Relief ». (Dialog)

Associated Press (AP). 11 février 2005. « Sri Lanka Paliament Extends Tsunami Emergency Rule Amid Opposition Protests» (Dialog)

BBC. 10 février 2005. « UN Seeks Tamil Tiger Travel Ban ». http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/south_asia/4253745.stm [Date de consultation : 15 févr. 2005]

Deutsche Presse-Agentur (DPA). 11 février 2005. « Sri Lanka Passes Emergency Regulations To Handle Tsunami Relief ». (Dialog)

Human Rights Watch (HRW). 11 février 2005. « Sri Lanka: Killings Highlight Weaknesses in Ceasefire: Continued Political Violence Threatens Tsunami Relief ». http://hrw.org/english/docs/2005/02/11/slanka10162.htm [Date de consultation : 15 févr. 2005]

Xihnua. 15 février 2005. « Sri Lanka to Bring In Special Bill Relating to Tsunami Victims » (Dialog)