L’Albanie, « bon élève » à la dérive