Au Maroc, « on te traite comme un insecte »