En Algérie, les décideurs de l’ombre