Pakistan : information sur les personnes et les institutions, y compris le personnel du milieu de la vaccination contre la poliomyélite, prises pour cible par les groupes activistes; les personnes considérées comme des cibles « de premier plan » (2018-décembre 2020) [PAK200383.EF]

Direction des recherches, Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada

1. Personnes et institutions prises pour cible

Selon une recherche effectuée dans la base de données mondiale sur le terrorisme (Global Terrorism Database - GTD) [1] le 7 décembre 2020 au moyen des critères « Pakistan » et « 2018 », 480 incidents de terrorisme [2] ont été enregistrés au Pakistan en 2018 [3], y compris visant les types de cibles ciaprès :

  • simples citoyens et propriétés privées (146 incidents);
  • militaires (120 incidents);
  • police (87 incidents);
  • gouvernement [y compris des immeubles du gouvernement et des membres du gouvernement (GTD oct. 2019, 33)] (39 incidents);
  • établissements d’enseignement (30 incidents) (GTD s.d.b).

D’après le rapport sur la sécurité en 2019 produit par le Centre de recherche et d’études sur la sécurité (Center for Research and Security Studies - CRSS), un groupe de réflexion et centre de défense des droits établi à Islamabad, [traduction] « de simples citoyens ont été la cible d’activisme » (CRSS 28 janv. 2020, 8, 34). Il ressort de la même étude, fondée sur des renseignements recueillis sur le terrain par des membres du CRSS et sur des renseignements publiés dans dix journaux (CRSS s.d.), que sur les 670 victimes d’attaques terroristes commises en 2019, 60 p. 100 étaient des civils, 35 p. 100 faisaient partie du personnel de sécurité et 5 p. 100 étaient des [traduction] « hors-la-loi » (CRSS 28 janv. 2020, 15, 16). Le même rapport présente le tableau ci-après :

[traduction]

Tableau 12 : Victimes d’attaques terroristes - 2019
Civils
Victimes Morts Blessés Morts et blessés
Citoyens 270 70 340
Politiciens 15 5 20
Ecclésiastiques 8 6 14
Membres de partis religieux 4 2 6
Représentants des médias 3 2 5
Étrangers 3 1 4
Responsables de la sécurité/du gouvernement
Victimes Morts Blessés Morts et blessés
Responsables de la sécurité 174 58 232
Responsables du gouvernement 3 2 5
Activistes/criminels/insurgés
Victimes Morts Blessés Morts et blessés
Activistes 20 3 23
Insurgés 11 2 13
Criminels 8 0 8
Total 519 151 670

(CRSS 28 janv. 2020, 16)

Le rapport sur la sécurité en 2019 produit par le CRSS ajoute que, parmi les membres du personnel de sécurité qui ont perdu la vie dans des attaques terroristes, il y avait 70 policiers, 46 militaires, 30 membres de la police frontalière (Frontier Corps), 13 membres des Levies [gendarmerie] et 13 membres de la marine (CRSS 28 janv. 2020, 18). Il est écrit dans le même rapport que [traduction] « de nombreuses attaques terroristes visaient les forces de sécurité, mais des civils se sont trouvés pris dans des feux croisés » (CRSS 28 janv. 2020 8).

Selon le rapport d’évaluation de la sécurité en 2019 produit par l’Institut pakistanais d'études sur les conflits et la sécurité (Pakistan Institute for Conflict and Security Studies - PICSS), un groupe de réflexion d’Islamabad s’intéressant à la [traduction] « violence antiétatique » au Pakistan, parmi les 305 personnes ayant perdu la vie en raison des 159 « attaques d’activistes » [4] enregistrées en 2019, 47 p. 100 appartenaient aux forces de sécurité, 42 p. 100 étaient des civils et 11 p. 100 étaient des activistes (PICSS 9 janv. 2020, 1, 18, 20).

D’après le Global Terrorism Index (GTI) 2020 de l’Institut pour l’économie et la paix (Institute for Economics & Peace - IEP) [5], un rapport étudiant le terrorisme dans 163 pays en s’appuyant sur les données de la GTD, le Pakistan se classait au septième rang des dix pays les plus touchés par le terrorisme [6] en 2019 (IEP nov. 2020, 6, 25). La même source ajoute que les [traduction] « trois groupes les plus mortels » – le Tehrik-i-Taliban Pakistan [Tehrik-e Taliban Pakistan, Tehrik-e-Taliban, Pakistani Taliban, Tehreek-e-Taliban] (TTP), le Lashkar-e-Jhangvi [Lashkar-i-Jhangvi] (LeJ) et le Hizbul Ahrar [Hizb-ul-Ahrar] (HuA) – étaient responsables de 38 p. 100 des 300 « décès liés au terrorisme » signalés en 2019; cependant, la majorité des victimes ont péri dans [traduction] « des attaques à petite échelle qui n’étaient attribuées à aucun groupe » (IEP nov. 2020, 25). Pour obtenir des renseignements au sujet du TTP, du LeJ et du HuA, veuillez consulter la réponse à la demande d’information PAK200382 publiée en décembre 2020.

1.1 Personnel du milieu de la vaccination contre la poliomyélite

Le rapport sur la sécurité en 2018 au Pakistan produit par l’Institut Pak d’études sur la paix (Pak Institute for Peace Studies - PIPS) [7], produit à partir de la base de données numérique du PIPS contenant des renseignements sur les conflits et la sécurité [8], signale qu’il y a eu deux attaques terroristes [9] ciblant le personnel de la santé et celui du milieu de la lutte contre la poliomyélite en 2018, qui ont fait quatre morts; l’une des attaques a été perpétrée dans la province du Khyber Pakhtunkhwa et l’autre dans celle du Baloutchistan (PIPS 6 janv. 2019, 18, 36, 41). Il ressort du rapport sur la sécurité de 2013 à 2018 produit pas le CRSS que quatre personnes travaillant dans le milieu de la lutte contre la poliomyélite ainsi qu’une escorte policière appartenant à une équipe de ce même milieu ont été tuées dans des attaques terroristes en 2018 (CRSS 28 févr. 2019, 29, 30).

D’après le rapport sur la sécurité en 2019 au Pakistan publié par le PIPS, huit personnes ont perdu la vie en raison de six attaques visant des personnes travaillant dans le milieu de la lutte contre la poliomyélite en 2019, la plupart des attaques étant perpétrées dans la province du Khyber Pakhtunkhwa (PIPS 5 janv. 2020, 35, 158). Dans un tableau décrivant la « [n]ature » du terrorisme, le rapport du CRSS sur la sécurité en 2019 signale que sept attaques ont été perpétrées à l’endroit d’équipes de vaccination contre la poliomyélite en 2019, et que trois personnes ont été blessées et que cinq personnes sont mortes (CRSS 28 janv. 2020, 17). Dans un autre tableau sur les civils ayant perdu la vie lors d’attaques terroristes, le même rapport précise que six membres d’équipes de lutte contre la poliomyélite ont été tués en 2019 (CRSS 28 janv. 2020, 20).

Des sources signalent que des attaques ont continué d’être perpétrées à l’endroit du personnel du milieu de la vaccination contre la poliomyélite en 2020, avant que la COVID-19 ne vienne mettre un frein aux campagnes de lutte contre la poliomyélite (Al Jazeera 20 juill. 2020; RFE/RL 19 juill. 2020). Selon Al Jazeera, trois personnes travaillant dans le milieu de la vaccination contre la poliomyélite avaient été tuées en date de juillet 2020 (Al Jazeera 20 juill. 2020). Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL) souligne qu’un policier escortant des personnes travaillant dans le milieu de la vaccination a été tué dans un attentat à la bombe ciblé dans le Nord-Ouest du Pakistan en février 2020 et que deux travailleuses du milieu de la lutte contre la poliomyélite ont été tuées par balle par des [traduction] « assaillants non identifiés » dans le Nord-Ouest du Pakistan en janvier 2020 (RFE/RL 19 juill. 2020). Selon des sources, le programme de vaccination contre la poliomyélite a repris ses activités en juillet 2020 (Al Jazeera 20 juill. 2020; RFE/RL 19 juill. 2020).

Selon un rapport du secrétaire général des Nations Unies sur le sort des enfants en temps de conflit armé de janvier à décembre 2019, l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (Global Polio Eradication Initiative - GPEI) [10] [version française des Nations Unies] « a fait état de plus de 660 attaques ou menaces d’attaques contre son personnel et ses installations, principalement dans les provinces du Baloutchistan et du Khyber Pakhtunkhwa » (Nations Unies 9 juin, paragr. 218). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d’autres renseignements allant dans le même sens.

D’après des sources, les organisations activistes ne font pas de distinction entre les médecins, le personnel infirmier, les personnes travaillant dans le domaine de la santé et le personnel de soutien (chercheuse indépendante 20 nov. 2020; professeure 18 nov. 2020). Des sources signalent que des attaques ont été perpétrées à la fois contre le personnel du milieu de la vaccination contre la poliomyélite et celui des services de sécurité ayant pour mandat de les protéger (Dawn 26 avr. 2019; The Guardian 30 avr. 2019).

Selon des sources, les croyances suivantes sont à l’origine des attaques visant le personnel du milieu de la vaccination contre la poliomyélite :

  • le vaccin serait [un [traduction] « complot occidental » (Australie 20 févr. 2019, paragr. 3.183; The Globe and Mail 24 oct. 2019)] visant à stériliser les musulmans (Australie 20 févr. 2019, paragr. 3.183; The Globe and Mail 24 oct. 2019; professeure 18 nov. 2020);
  • des produits porcins seraient mélangés au vaccin (chercheuse indépendante 20 nov. 2020; professeure 18 nov. 2020);
  • les enfants tomberaient malades après avoir été vaccinés, selon une [fausse (The Guardian 30 avr. 2019)] vidéo qui a circulé en avril 2019 (The Globe and Mail 24 oct. 2019; The Guardian 30 avr. 2019);
  • les programmes de vaccination serviraient [traduction] « à dissimuler des intérêts étrangers » (The Guardian 30 avr. 2019) ou seraient une « conspiration de l’Occident » pour « recueillir des renseignements » (RFE/RL 19 juill. 2020).

Selon des sources, les organisations activistes se [traduction] « méfient davantage » des organisations d’aide internationales que des organisations locales (chercheuse indépendante 20 nov. 2020; professeure 18 nov. 2020). Au cours d’un entretien avec la Direction des recherches, une professeure d’études sur la sécurité à l’Université Georgetown dont les travaux de recherche s’intéressent aux affaires politiques et militaires en Asie du Sud a ajouté que l’identité visuelle des ONG peut attirer l’attention et engendrer des attaques (professeure 18 nov. 2020).

1.2 Cibles de premier plan

Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches a trouvé peu de renseignements sur les personnes qui sont considérées comme des cibles [traduction] « de premier plan ».

Les Country Reports on Terrorism 2019 du Département d’État des États-Unis cite les exemples parmi [traduction] « certaines des attaques les plus destructrices et très médiatisées » :

  • Le 8 mai, l’auteur d'un attentat-suicide à la bombe a tué au moins 10 personnes (y compris des policiers et des gardiens de sécurité) et en a blessé au moins 24 autres dans un attentat au temple Data Darbar Sufi de Lahore. Le groupe Hizbul Ahrar, une faction du TTP, a revendiqué l’attentat, précisant qu’il visait les agents d’application de la loi et non des civils.
  • Le 11 mai, trois activistes ont tué cinq personnes (y compris un officier de la marine pakistanaise) et en ont blessé six dans une attaque visant l’hôtel Pearl Continental à Gwadar. L’Armée de libération du Baloutchistan (Balochistan Liberation Army) a revendiqué l’attaque, déclarant que les cibles étaient des investisseurs chinois et d’autres investisseurs étrangers.
  • Le 21 juillet, deux attaques consécutives à Dera Ismail Khan, dans le Khyber Pakhtunkhwa, ont tué 10 personnes et en ont blessé 30 autres. Des tireurs non identifiés à moto ont ouvert le feu sur un point de contrôle de la police, tuant deux policiers. Une bombe humaine a plus tard détoné un engin explosif à l’hôpital où les premiers répondants avaient transporté les victimes de la première attaque. Le TTP a revendiqué l’attaque.
  • Le 16 août, un engin explosif à retardement a été détoné à la mosquée Al-Haj de Quetta, tuant quatre personnes (y compris le frère du chef taliban afghan, le mollah Haibatullah) et en blessant 25 autres personnes. Aucun groupe n’a revendiqué l’attentat (É.U. 24 juin 2020, 166).

Selon des sources, le TTP a publié des directives en 2018 ordonnant à ses membres de limiter les [traduction] « opérations martyres » [attentats-suicides à la bombe (The National 30 oct. 2018)] aux [traduction] « cibles [[traduction] « “extrêmement” » (Jadoon et Mahmood déc. 2018, 23) ou [traduction] « “très” » (The National 30 oct. 2018)] importantes » (Jadoon et Mahmood déc. 2018, 23; The National 30 oct. 2018). Un article d’Amira Jadoon et Sara Mahmood [11] publié en décembre 2018 dans le CTC Sentinel, une revue du Centre de lutte contre le terrorisme (Combating Terrorism Center) de l’Académie militaire des États-Unis à West Point, explique en outre que, malgré le fait que les directives données par le TTP en 2018 ne définissent pas ce en quoi consiste une [traduction] « cible importante », il « s’agit vraisemblablement d’attaques visant des cibles renforcées comme les forces militaires ou policières » (Jadoon et Mahmood déc. 2018, 23). Pour obtenir des renseignements additionnels au sujet des cibles du TTP, veuillez consulter la réponse à la demande d’information PAK106391 publiée en janvier 2020.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l’aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n’apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d’une demande d’asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d’information.

Notes

[1] La Base de données mondiale sur le terrorisme (Global Terrorism Database - GTD) est [traduction] « une base de données d’accès libre » sur « les attaques terroristes intérieures et internationales » (GTD s.d.a). La GTD est gérée par le Consortium national pour l’étude du terrorisme et des réponses au terrorisme (National Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism - START) de l’Université du Maryland (GTD s.d.a).

[2] Selon la GTD, une [traduction] « attaque terroriste » se définit comme « le recours ou la menace de recours, par un acteur non étatique, à la force ou à la violence illégale pour atteindre un objectif politique, économique, religieux ou social par la peur, la coercition ou l’intimidation » (GTD oct. 2019, 10, italique dans l’original).

[3] D’après son site Internet, la GTD recense des renseignements sur les attaques terroristes commises de 1970 à 2019; cependant, en novembre 2020, seules les données de 1970 à 2018 étaient publiquement accessibles (GTD s.d.a).

[4] L’Institut pakistanais d’études sur les conflits et la sécurité (Pakistan Institute for Conflict and Security Studies - PICSS) écrit qu’il consigne [traduction] « uniquement » des renseignements sur « la violence contre l’État et les réponses connexes. La violence sectaire, les crimes généraux [et] la violence ethnique ou linguistique ne sont pas consignés » (PICSS 9 janv. 2020, 2).

[5] L’Institut pour l’économie et la paix (Institute for Economics & Peace - IEP) est un groupe de réflexion international de Sydney, en Australie, qui élabore des paramètres pour procéder à l’étude de la paix et de la violence (IEP nov. 2020, 106).

[6] Le Global Terrorism Index (GTI) s’appuie sur la définition du terrorisme selon la GTD (IEP nov. 2020, 6). Le résultat du GTI [traduction] « tient non seulement compte des décès, mais également des incidents, des blessures et des dommages matériels causés par le terrorisme durant une période quinquennale » (IED nov. 2020, 2).

[7] L’Institut Pak d’études sur la paix (Pak Institute for Peace Studies - PIPS) est un [traduction] « groupe de réflexion axé sur la recherche et la défense des droits » composé « d’universitaires, de chercheurs et de journalistes pakistanais » et s’intéressant aux « conflits politiques, sociaux et religieux » (PIPS s.d.).

[8] La base de données numérique sur les conflits et la sécurité du PIPS consigne [traduction] « les incidents de violence et de terrorisme au Pakistan » (PIPS 6 janv. 2019, ii). La base de données compile des renseignements provenant [traduction] « de journaux, de magazines, de revues spécialisées, de sources sur le terrain et du dépouillement du dossier officiel »; les renseignements médiatiques sont vérifiés par des correspondants du PIPS dans les capitales provinciales (PIPS 6 janv. 2019, 7).

[9] Le PIPS définit les attaques terroristes comme [traduction] « [l]e recours sans discrimination à la violence par des groupes activistes », y compris [traduction] « les attaques perpétrées au nom de l’activisme, du nationalisme, de l’insurrection et du sectarisme » (PIPS 6 janv. 2019, 9).

[10] L’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (Global Polio Eradication Initiative - GPEI) est un [traduction] « partenariat public-privé » ayant pour but d’éradiquer la poliomyélite, « dirigée par des gouvernements nationaux avec six partenaires essentiels », y compris l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Rotary International, les Centres de prévention et de contrôle des maladies (Centers for Disease Control and Prevention - CDC) des États-Unis, UNICEF, la Fondation Bill et Melinda Gates et Gavi, l’Alliance du vaccin (GPEI s.d.).

[11] Amira Jadoon est professeure adjointe au Centre de lutte contre le terrorisme (Combating Terrorism Center) et au Département de sciences sociales (Department of Social Sciences) de West Point et Sara Mahmood est analyste principale au Centre international de recherche sur la violence politique et le terrorisme (International Center for Political Violence & Terrorism Research) de l’École d’études internationales S. Rajaratnam (S. Rajaratnam School of International Studies) de l’Université technologique Nanyang à Singapour (Jadoon et Mahmood déc. 2018, 21).

Références

Al Jazeera. 20 juillet 2020. Saadullah Akhter. « Pakistan Resumes Polio Vaccinations After Coronavirus Hiatus ». [Date de consultation : 30 nov. 2020]

Australie. 20 février 2019. Department of Foreign Affairs and Trade (DFAT). DFAT Country Information Report: Pakistan. [Date de consultation : 17 nov. 2020]

Center for Research and Security Studies (CRSS). 28 janvier 2020. Mohammad Nafees. CRSS Annual Security Report: 2019. [Date de consultation : 26 nov. 2020]

Center for Research and Security Studies (CRSS). 28 février 2019. Muhammad Nafees. CRSS Annual Security Report: Special Edition 2013 – 2018. [Date de consultation : 26 nov. 2020]

Center for Research and Security Studies (CRSS). S.d. « Current Projects ». [Date de consultation : 4 déc. 2020]

Chercheuse indépendante, School of Oriental and African Studies (SOAS), University of London. 20 novembre 2020. Entretien avec la Direction des recherches.

Dawn. 26 avril 2019. Saleem Shahid et Mohammad Asghar. « Woman Polio Worker Gunned Down in Chaman ». [Date de consultation : 30 nov. 2020]

États-Unis (É.-U.). 24 juin 2020. Department of State. Country Reports on Terrorism 2019. [Date de consultation : 11 nov. 2020]

Global Polio Eradication Initiative (GPEI). S.d. Page d’accueil. [Date de consultation : 7 déc. 2020]

Global Terrorism Database (GTD), National Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism (START), University of Maryland. Octobre 2019. Codebook: Inclusion Criteria and Variables. [Date de consultation : 4 déc. 2020]

Global Terrorism Database (GTD), National Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism (START), University of Maryland. S.d.a. « About the GTD ». [Date de consultation : 17 nov. 2020]

Global Terrorism Database (GTD), National Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism (START), University of Maryland. S.d.b. Recherche dans la base de données au moyen des critères « 2018 » et « Pakistan ». [Date de consultation : 26 nov. 2020]

The Globe and Mail. 24 octobre 2019. Salmaan Farooqui. « Polio, Propaganda and Public Mistrust: In Pakistan, Vaccine Workers Have Three Diseases to Fight ». [Date de consultation : 27 nov. 2020]

The Guardian. 30 avril 2019. Lucy Lamble. « Killings of Police and Polio Workers Halt Pakistan Vaccine Drive ». [Date de consultation : 30 nov. 2020]

The Institute for Economics & Peace (IEP). Novembre 2020. Global Terrorism Index 2020: Measuring the Impact of Terrorism. [Date de consultation : 26 nov. 2020]

Jadoon, Amira et Sara Mahmood. Décembre 2018. « Fixing the Cracks in the Pakistani Taliban’s Foundation: TTP’s Leadership Returns to the Mehsud Tribe ». CTC Sentinel. Vol. 11, no 11. [Date de consultation : 30 nov. 2020]

The National. 30 octobre 2018. Ben Farmer. « Stop Hitting ‘Worthless Targets’ with Suicide Bombings, Pakistani Taliban Tells Fighters ». [Date de consultation : 1er déc. 2020]

Nations Unies. 9 juin 2020. Assemblée générale et Conseil de sécurité. Report of the Secretary-General: Children and Armed Conflict. (A/74/845–S/2020/525) [Date de consultation : 30 nov. 2020]

Pak Institute for Peace Studies (PIPS). 5 janvier 2020. Pakistan Security Report 2019. [Date de consultation : 11 nov. 2020]

Pak Institute for Peace Studies (PIPS). 6 janvier 2019. Pakistan Security Report 2018. [Date de consultation : 12 nov. 2020]

Pak Institute for Peace Studies (PIPS). S.d. « Concept Note ». [Date de consultation : 11 nov. 2020]

Pakistan Institute for Conflict and Security Studies (PICSS). 9 janvier 2020. Annual Security Assessment Report 2019. [Date de consultation : 13 nov. 2020]

Professeure, Georgetown University. 18 novembre 2020. Entretien avec la Direction des recherches.

Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL). 19 juillet 2020. « Pakistan to Resume Anti-Polio Campaign Even as Coronavirus Crisis Deepens ». [Date de consultation : 26 nov. 2020]

Autres sources consultées

Sources orales : Australian Strategic Policy Institute; Christian Solidarity Worldwide; doctorant en politiques et affaires publiques dans une université des États-Unis; doctorant en relations internationales dans une université des États-Unis; journaliste principal d’un journal pakistanais de langue anglaise; professeur agrégé de justice, de droit et de criminologie dans une université des États-Unis; professeur d’affaires gouvernementales et internationales dans une université des États-Unis.

Sites Internet, y compris : ACAPS; Action on Armed Violence; Amnesty International; Armed Conflict Location & Event Data Project; The Asia Foundation; Asylum Research Centre; ecoi.net; The Express Tribune; Factiva; Foreign Policy; Geo News; Geopolitical Monitor; Heidelberg Institute for International Conflict Research; Human Rights Commission of Pakistan; Human Rights Watch; International Crisis Group; The Lancet; Nanyang Technological University – S. Rajaratnam School of International Studies; Nations Unies – Refworld; Pakistan Polio Eradication Programme; Pakistan Press Foundation; Royaume-Uni – Home Office; Safeguarding Health in Conflict; South Asia Terrorism Portal; Time.