Libye : Meurtre d’une avocate qui dénonçait des abus à Benghazi

 
 

(Beyrouth, le 11 novembre 2020) - Les autorités de l'est de la Libye devraient enquêter rapidement sur le meurtre d'une avocate, apparemment basé sur des motifs politiques, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Hanan al-Barassi, qui avait ouvertement critiqué les violations commises par des groupes armés dans l'est de la Libye, a été abattue à Benghazi par des hommes armés masqués non identifiés le 10 novembre 2020. Elle avait déclaré avoir reçu de nombreuses menaces de mort, dans les jours qui ont précédé son meurtre.

Les assaillants ont d'abord tenté de kidnapper Hanan al-Barassi dans un magasin à Benghazi en début d'après-midi le 10 novembre, mais ont fini par lui tirer dessus et l'ont tuée, selon un communiqué de la direction de la sécurité de Benghazi, qui a assuré qu’une enquête serait menée. Le communiqué indique que les hommes armés se sont enfuis dans deux voitures banalisées aux vitres sombres. Hanan al-Barassi a subi trois blessures par balle et a été fatalement touchée à la tête, a déclaré un médecin légiste de Benghazi qui a connaissance de l'incident.

« L'assassinat d'une avocate au franc-parler en plein jour à Benghazi risque d’avoir un effet glaçant sur les activistes de toute la région », a déclaré Hanan Salah, chercheuse senior sur la Libye à Human Rights Watch. « Ce meurtre brutal s’apparente à une exécution de sang-froid. La seule manière de mettre fin à ce cycle de violence est que les autorités tiennent les criminels pour responsables de ces actes terribles. »

Texte complet en anglais : en ligne ici.