Burundi : information sur le traitement que réservent les autorités aux fidèles de la chef religieuse Eusébie Ngendakumana (aussi connue sous le nom de Zebiya) (2011-juin 2013) [BDI104471.EF]

Burundi : information sur le traitement que réservent les autorités aux fidèles de la chef religieuse Eusébie Ngendakumana (aussi connue sous le nom de Zebiya) (2011-juin 2013)

Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa

1. Eusébie (Zebiya) Ngendakumana

D'après Radio Isanganiro, une station de radiodiffusion du Burundi qui a été fondée en 2002 et qui est aussi accessible en temps réel sur Internet (Radio Isanganiro s.d.), Eusébie Ngendakumana [aussi connue sous le nom de Zebiya] est née sur la colline de Businde à une vingtaine de kilomètres du centre de la province de Kayanza, dans le Nord du Burundi (Radio Isanganiro 12 nov. 2012). Zebiya a fait l'école catéchumène de l'Église catholique, laquelle dure cinq ans et « se solde par l'obtention des sacrements » (ibid.).

Zebiya Ngendakumana prétend avoir des apparitions de la Vierge Marie le 12 de chaque mois (The Africa Report 13 mars 2013; AFP 15 avr. 2013; CWN 12 mars 2013). Elle accueille les fidèles, en particulier entre le 11 et le 13 de chaque mois, sur la colline de Businde (Radio Isanganiro 12 nov. 2012; COSOME 24 oct. 2012; CNIDH 13 mars 2013). Citée dans l'Africa Report, publication mensuelle sur les affaires africaines du Groupe Jeune Afrique (The Africa Report s.d.), Zebiya a déclaré que [traduction] « les apparitions de la Vierge Marie ont commencé il y a 20 ans » (ibid. 13 mars 2013). Elle a aussi ajouté avoir vu Jésus en 1996 (ibid.). D'après la Coalition de la société civile pour le monitoring électoral (COSOME), Zebiya a aussi dit que « la Sainte Vierge l'a chargé [sic] de diffuser un certain nombre de message [sic] dont le port de voiles pour les femmes et les filles » (COSOME 24 oct. 2012). On pouvait également lire dans l'Africa Report que Zebiya [traduction] « a jusqu'à maintenant mené campagne à propos de ses visions dans les pays voisins suivants : Rwanda, Kenya, Tanzanie, République démocratique du Congo, Ouganda et Éthiopie » (The Africa Report 13 mars 2013). Son groupe de fidèles aurait commencé à se réunir sur la colline de Businde au début de l'année 2012 (ibid.; BBC 12 mars 2013). Des sources qualifient le groupe de Zebiya de « culte » (CNIDH 13 mars 2013; The Africa Report 13 mars 2013) ou de « secte » (COSOME 24 oct. 2012; BBC 12 mars 2013).

La population du Burundi est principalement catholique (The Africa Report 13 mars 2013; BBC 12 mars 2013; DPA 13 mars 2013).

1.1 Relations de Zebiya avec les autorités

Reuters a signalé en 2013 que [traduction] « madame Ngendakumana et ses fidèles étaient auparavant adeptes de l'Église catholique, mais qu'ils s'en sont dissociés il y a plus d'un an » (12 mars 2013). L'Agence France-Presse (AFP) a aussi affirmé que les relations de Zebiya avec la « hiérarchie catholique du Burundi se sont dégradées au fil du temps » (AFP [2013]). L'Église catholique ne reconnaît pas le groupe de Zebiya (Burundi 21 mars 2013; Radio Isanganiro 12 nov. 2012), et l'évêque catholique de Ngozi lui a demandé en novembre de mettre fin à ses activités, en plus d'interdire toute secte à Businde (The Africa Report 13 mars 2013).

De plus, un journaliste de la BBC explique que [traduction] « les relations entre la secte et le gouvernement ont toujours été tendues » (BBC 12 mars 2013). D'après la Commission nationale indépendante des droits de l'homme (CNIDH) du Burundi, institution étatique indépendante créée par la loi en janvier 2011 (CNIDH s.d.), l'autorité administrative a interdit aux adeptes d'exercer leur culte en octobre 2012 (ibid. 13 mars 2013). Radio Bonesha FM, station de radio indépendante de Bujumbura (CPJ févr. 2002), a signalé en mars 2013 que « [c]e lieu de culte est interdit par les autorités communales depuis plus de six mois mais les adeptes de cette jeune fille ne se sont jamais pliés à la décision des autorités et du conseil des évêques catholiques du Burundi » (Radio Bonesha FM 12 mars 2013). Lors d'une rencontre tenue le 29 avril 2013 entre le ministre des Relations extérieures et de la Coopération internationale, les membres du corps diplomatique et consulaire, de même que les responsables des organisations internationales accréditées à Bujumbura, le ministre de l'Intérieur a affirmé que « le site [de la secte] rest[ait] fermé aux prieurs tant que l'Église [c]atholique ne reconnaissait pas les apparitions de Zebiya et que toute violation de cette interdiction allait être punie conformément à la loi » (Burundi 2 mai 2013). Le Conseil de sécurité national a aussi recommandé de considérer Zebiya et ses fidèles comme des « hors-la-loi » (PANAPress 21 mars 2013; International Crisis Group 1er avr. 2013) jusqu'à ce qu'ils « rentrent dans la légalité » (Burundi 21 mars 2013).

2. Affrontements entre le groupe de Zebiya et le gouvernement
2.1 Octobre 2012

Un groupe d'adeptes de Zebiya, dans lequel les femmes et les filles portaient le voile, est entré dans l'église de Rukago le 21 octobre 2012, même si le voile y est interdit (COSOME 24 oct. 2012; SDBAGL mars 2013). Selon le curé de la paroisse de Rukago, les « éléments les plus dangereux » ont été arrêtés par la police et « embarqués, les uns vers Kayanza, les autres vers Ngozi » (ibid.). Le curé a écrit que trois personnes ont été grièvement blessées (ibid.). Pour sa part, la COSOME a précisé que six personnes avaient été blessées et qu'une centaine d'autres avaient été amenées à Gahombo et à Kayanza (COSOME 24 oct. 2012). De plus, le 24 octobre 2012, quelque 20 personnes étaient toujours en détention (ibid.). Selon Radio télévision nationale du Burundi (RTNB), après cet incident à l'église, l'administration publique de la province de Kayanza a décidé, lors d'une réunion de sécurité tenue le 25 octobre, « d'interdire les prières dirigées par une certaine Euzebie à son domicile en commune Gahombo » (25 oct. 2012).

2.2 Décembre 2012

L'Agence France-Presse fait état de heurts très violents entre policiers et adeptes de Zebiya en décembre 2012 au cours desquels des dizaines de personnes ont été blessées (AFP [2013]). Selon la COSOME, 36 adeptes de Zebiya qui ont pris part à des affrontements avec la police le 11 décembre à Businde ont été arrêtés et conduits dans les cachots de la police judiciaire de Ngozi (COSOME 12 déc. 2012). Ce jour-là, une personne serait morte et des dizaines d'autres auraient été blessées, dont un policier (ibid.). D'après la COSOME, 6 des 36 détenus auraient signé, devant le procureur général de la Cour d'appel de Ngozi, une déclaration de désengagement selon laquelle « ils renoncent au pèlerinage mensuel » à Businde (ibid.). De plus, le procureur général a affirmé que « les contrevenants à cet acte d'engagement pourront se voir transférer dans la prison centrale Bujumbura pour "atteinte à l'ordre public" et "rébellion contre les lois et règlements" en vigueur dans le pays » (ibid.).

2.3 Mars 2013

Le 12 mars 2013, une bagarre a éclaté entre des adeptes et la police lorsque celle-ci a tenté d'interdire à des centaines de fidèles de s'approcher du lieu de réunion de la secte (DPA 13 mars 2013; FIACAT 14 mars 2013; AFP 12 mars 2013). Selon des sources, les affrontements entre les fidèles de Zebiya et la police ont mené à la mort de 6 personnes (ibid.), 7 personnes (CNIDH 13 mars 2013; DPA 13 mars 2013), 9 personnes (International Crisis Group 1er avr. 2013; RFI 13 avr. 2013) ou 10 personnes (RFI 18 mars 2013; Afriquinfos 23 mai 2013). De 30 (FIACAT 14 mars 2013) à 50 personnes ont aussi été blessées lors de cet incident (RFI 13 avr. 2013; DPA 13 mars 2013). Selon le gouverneur de Kayanza, [traduction] « "[l]es policiers ont ordonné aux adeptes de la secte de quitter l'endroit, mais ces derniers ont commencé à leur lancer des pierres; ils ont donc ouvert le feu" » (cité dans Reuters 12 mars 2013).

Radio France internationale (RFI) a souligné qu'après que la société civile a qualifié l'événement de « massacre », le gouvernement a annoncé des arrestations de policiers (18 mars 2013). En avril 2013, International Crisis Group a fait état de l'arrestation de trois policiers (1er avr. 2013).

2.4 Mars et avril 2013

Selon RFI, une quarantaine d'adeptes de Zebiya ont été arrêtés à Pâques sur la colline de Businde, puis condamnés à des peines allant de six mois à trois ans de prison (13 avr. 2013).

Des sources ont signalé que, le 7 avril 2013, la police a interrompu une réunion de 72 fidèles de Zebiya qui priaient dans une résidence privée et elle a procédé à l'arrestation de 7 d'entre eux (RTNB 8 avr. 2013; RPA 8 avr. 2013). Radio télévision nationale du Burundi a précisé que leur dossier avait été transmis aux autorités responsables des poursuites (RTNB 8 avr. 2013).

Selon des médias, le 12 avril 2013, 182 adeptes de Zebiya ont été condamnés à des peines allant de six mois à cinq ans de prison (RFI 13 avr. 2013; AFP 15 avr. 2013), après avoir [traduction] « refusé de se soumettre à une interdiction de se rassembler sur une colline devenue lieu de pèlerinage » (ibid.). Radio France Internationale a signalé que les autorités ont prononcé de « lourdes peines » pour en « faire un exemple » (RFI 13 avr. 2013). De plus, d'après RFI, le procès a été plus « expéditif » que celui tenu à Pâques devant la même autorité (ibid.). Les adeptes de Zebiya ont été entendus pendant cinq heures (AFP 15 avr. 2013; RFI 13 avr. 2013) sans la présence d'un avocat (ibid.). Radio France Internationale a aussi expliqué que de hauts responsables burundais ont justifié leur détermination à poursuivre les adeptes de Zebiya en évoquant la décision de l'Église catholique du Burundi « d'interdire tout culte sur la commune de Busindé » (ibid.).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

The Africa Report. 13 mars 2013. Konye Obaji Ori. « Burundi: Deaths in the Name of Virgin Mary as Police Battle Catholic Seer ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

The Africa Report. S.d. « Who We Are ». [Date de consultation : 6 juin 2013]

Afriquinfos. 23 mai 2013. « Vers le redressement des certains policiers qui se méconduisent ». [Date de consultation : 7 juin 2013]

Agence France-Presse (AFP). 15 avril 2013. « Burundi Court Jails 182 Followers of Catholic Cult ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Agence France-Presse (AFP). 12 mars 2013. « Six Killed as Burundi Police Clash with Catholic Sect ». <http://www.globalpost.com/dispatch/news/afp/130312/six-killed-burundi-police-clash-catholic-sect> [Date de consultation : 4 juin 2013]

Agence France-Presse (AFP). [2013]. « Burundi: prison pour 182 adeptes d'une prophétesse qui "voit la Vierge" ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

British Broadcasting Corporation (BBC). 12 mars 2013. « Burundi: Catholic Sect 'Clashes with Police Kill Six' ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Burundi. 2 mai 2013. Direction de la communication et de l'information. « Burundi/Diplomatie: le ministre rencontre les membres du corps diplomatique et consulaire ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Burundi. 21 mars 2013. Gervais Abayeho et Nancy Ninette Mutoni. « "Eusébie est en conflit avec la loi et non avec l'Etat" [Porte parole du gouvernement] ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Catholic World News (CWN). 12 mars 2013. « Marian Cult in Violent Clash with Police in Burundi ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Coalition de la société civile pour le monitoring électoral (COSOME). 12 décembre 2012. « Arrestation de 36 présumés meneurs dans les affrontements de Businde ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Coalition de la société civile pour le monitoring électoral (COSOME). 24 octobre 2012. « 20 adeptes d'une secte sous les verrous en province de Ngozi ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Comité pour la protection des journalistes (CPJ). Février 2002. « Attacks on the Press in 2001 - Burundi ». [Date de consultation : 6 juin 2013]

Commission nationale indépendante des droits de l'homme (CNIDH). 13 mars 2013. Emmanuel Ntakarutimana. « Déclaration de la CNIDH sur les événements de la colline Businde à Kayanza ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Commission nationale indépendante des droits de l'homme (CNIDH). S.d. « Présentation ». [Date de consultation : 7 juin 2013]

Deutsche Presse-Agentur (DPA). 13 mars 2013. « Seven Dead in Catholic Row in Burundi ». (Factiva)

Fédération internationale de l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (FIACAT). 14 mars 2013. « Meurtre de six civils par la police au Burundi : la FIACAT et l'ACAT Burundi demandent une enquête indépendante ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

International Crisis Group. 1er avril 2013. « CrisisWatch N°116 ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Pan African News Agency (PANAPress). 21 mars 2013. « Montée préoccupante de l'extrémisme religieux au Burundi ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Radio Bonesha FM. 12 mars 2013. Eloge Willy Kaneza. « Burundi: sept personnes mortes fusillées par la police dans un lieu de culte non reconnu par la loi ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Radio France internationale (RFI). 13 avril 2013. « Burundi: la répression contre les partisans de la prophétesse Zebiya continue de plus belle ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Radio France internationale (RFI). 18 mars 2013. « Au Burundi, des policiers arrêtés après des tirs sur une procession religieuse ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Radio Isanganiro. 12 novembre 2012. « Qui est Eusébie Ngendakumana ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Radio Isanganiro. S.d. « Présentation de la radio Isanganiro ». [Date de consultation : 6 juin 2013]

Radio publique africaine (RPA). 8 avril 2013. Diane Hakizimana. « 7 adeptes d'Euzebie Ngendakumana, arrêtés par la police à Bugendana entrain de prier ». [Date de consultation : 6 juin 2013]

Radio télévision nationale du Burundi (RTNB). 8 avril 2013. « Des fideles d'Eusebie arrêté en commune Bugendana ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Radio télévision nationale du Burundi (RTNB). 25 octobre 2012. « Les prières dirigées par une certaine Euzebie de Businde sont interdites ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Reuters. 12 mars 2013. « Burundi Police Kill 7 During Clashes with Worshippers ». [Date de consultation : 4 juin 2013]

Salésiens de Don Bosco Afrique Grands Lacs (SDBAGL). Mars 2013. « L'attaque des adeptes de Mlle Eusebie NGENDAKUMANA à la paroisse de Rukago ». AGL News. [Date de consultation : 4 juin 2013]

Autres sources consultées

Sites Internet, y compris : Afrique Express; AllAfrica; Amnesty International; Burundi Transparence; Catholic Herald; États-Unis – Department of State, Overseas Security Advisory Council; Fédération internationale des ligues des droits de l'homme; Human Rights Watch; IGIHE; Nations Unies – Examen périodique universel, Haut-Commissariat aux droits de l'homme, Refworld, Réseaux d'information régionaux intégrés; Organisation catholique de solidarité internationale; Organisation de la presse africaine; PressAfrik; Publications de presse burundaise.