Nicaragua : information sur l’Alianza por la República (APRE), y compris sur l’idéologie, le logo, la structure et la direction du parti; l’appartenance à des coalitions; information indiquant si le parti délivre des cartes de membre; le traitement réservé aux membres du parti (2004-septembre 2019) [NIC106354.EF]

Direction des recherches, Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada

1. Aperçu et idéologie

Selon les Europa Regional Surveys of the World concernant 2006, le président Enrique Bolaños a créé l’APRE en mai 2004 (Europa Regional Surveys of the World 2006, 659). Des sources mentionnent que l’APRE a été créée comme solution de rechange au Parti libéral constitutionnel (Partido Liberal Constitucionalista - PLC) et au Front sandiniste de libération nationale (Frente Sandinista de Liberación Nacional - FSLN) et en alliance avec le Parti conservateur du Nicaragua (Partido Conservador de Nicaragua - PCN) (Europa Regional Surveys of the World 2006, 659; Political Parties of the World, 444). D’après des sources, l’APRE est une union des partis politiques suivants : PCN, Grande union libérale (Gran Unión Liberal - GUL), Parti libéral 1913 (Partido Liberal 1913), Mouvement démocratique nicaraguayen (Movimiento Democrático Nicaragüense - MDN), Sociaux-chrétiens et unité nationale (Social Cristianos y Unidad Nacional - PSCN) (La Prensa 26 mai 2004; PHW 2006, 846) et Mouvement d’unité nationale (Movimiento Unidad Nacional - MUN) (PHW 2006, 846).

Selon La Prensa, une source d’actualités du Nicaragua, en 2004, l’APRE était présidée par Miguel López Baldizón, le président Bolaños ayant qualité de [traduction] « témoin honoraire » de la création de l’alliance (La Prensa 26 mai 2004). De même, il est précisé dans un communiqué de presse publié sur le site Internet de l’Assemblée nationale en 2005 que Miguel López Baldizón est le président de l’APRE (Nicaragua 22 mars 2005).

Selon La Prensa, M. López Baldizón a affirmé que [traduction] « l’une des priorités de l’ARPE est d’améliorer la culture politique, pour pouvoir échapper au système bipartite et offrir de nouvelles solutions de rechange à la population, qui aurait d’autres options que celle de devoir choisir entre les dirigeants corrompus et les dirigeants politiques traditionnels », et que le parti « contribuer[a] au renforcement de la démocratie » (La Prensa 26 mai 2004). La Prensa cite le président du Parti conservateur Mario Rappacciolo, qui a déclaré qu’offrir de meilleures possibilités aux [traduction] « secteurs les plus désavantagés » était aussi l’un des objectifs de l’APRE (La Prensa 26 mai 2004). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

2. Élections et activités passées
2.1 2004-2006

Des sources mentionnent que, lors des élections locales du 7 novembre 2004, l’APRE a remporté six conseils locaux (Europa Regional Surveys of the World 2006, 659) ou cinq mairies et une capitale (PHW 2012).

Selon l’Agence France-Presse (AFP), l’APRE s’est unie à l’Alliance libérale du Nicaragua (Alianza Liberal Nicaragüense - ALN), donnant son appui à Eduardo Montealegre de l’ALN à titre de candidat à la présidentielle en vue de l’élection de novembre 2006 (AFP 12 mai 2006). Le dirigeant de l’APRE à l’époque était Miguel López (AFP 12 mai 2006). L’AFP signale que les discussions ayant amené l’APRE à soutenir l’ALN ont eu lieu [traduction] « dans un contexte de fortes divergences politiques » entre le délégué du parti, Miguel López, et le candidat de l’APRE à l’élection présidentielle José Alvarado (AFP 12 mai 2006). La même source fait observer que José Alvarado a retiré sa candidature à la présidentielle pour l’APRE en raison d’une [traduction] « absence de consensus interne » à l’APRE et a accepté la candidature au poste de vice-président pour le PLC (AFP 12 mai 2006).

2.2 2011-2012

L'International Foundation for Electoral Systems (IFES) explique que, lors de l’élection des représentants à l’Assemblée nationale tenue le 6 novembre 2011, l’APRE, alors dirigée par Róger Guevara, a obtenu 0,37 p. 100 des voix (9 317 sur 2 512 584) et n’aucun remporté aucun siège (IFES s.d.a). Un site Internet de campagne électorale de Róger Guevara en vue de l’élection présidentielle de 2011 énonce, parmi ses priorités, la reprise des liens diplomatiques avec les pays [traduction] « qui se sont retirés en raison de la mauvaise gestion de la politique internationale du président Daniel Ortega », l’augmentation du soutien à l’éducation et la fin du monopole des entreprises de communication (Alianza APRE 12 sept. 2011). La Prensa précise que l’APRE a remporté 0,23 p. 100 des voix (moins de 6 000 voix) lors de l’élection présidentielle de 2011 (La Prensa 28 mai 2016). Un rapport sur les partis politiques du Nicaragua produit par Konrad Adenauer Stiftung (KAS), un groupe de réflexion et une agence de consultation qui effectue des recherches sur des questions liées aux politiques, à la démocratie et à la justice (KAS s.d.), mentionne que l’APRE a remporté 0,5 p. 100 des voix en 2011 (KAS 29 oct. 2018, 4).

La Prensa signale que l’APRE était représentée dans 98 p. 100 des municipalités, avec 6 223 candidats, lors des élections municipales de 2012 (La Prensa 28 mai 2016).

2.3 2016-2019

Des sources mentionnent que Carlos Canales [le président de l’APRE (La Prensa 28 mai 2016)] s’est porté candidat à l’élection présidentielle à titre de membre de l’APRE (La Prensa 21 août 2016; Agencia EFE 7 nov. 2016; BBC 3 nov. 2016), et Nilo Salazar s’est présenté pour être son vice-président (INDE 7 oct. 2016). Selon l’IFES, Carlos Canales a remporté 1,4 p. 100 des voix (35 002 voix sur les 2 488 99 voix valides) lors de l’élection présidentielle de 2016 (IFES s.d.b). La British Broadcasting Corporation (BBC) souligne que Carols Canales a fait campagne [traduction] « contre la corruption and en faveur du rétablissement des valeurs éthiques, civiques et morales qui […] se sont perdues au Nicaragua » (BBC 3 nov. 2016).

Lors de l’élection à l’Assemblée nationale du 6 novembre 2016, l’APRE a remporté 2,04 p. 100 des voix (49 329 voix sur les 2 441 955 voix valides) (IFES s.d.c). D’après le site Internet de l’Assemblée nationale, l’APRE détient actuellement un siège à l’Assemblée nationale, occupé par Byron Rodolfo Jeréz Solis du district de Managua, dont l’adjointe est Gabriela Edisa Del Carmen Zepeda (Nicaragua s.d.). La BBC signale que M. Jeréz est un ancien responsable du gouvernement d’Arnoldo Alemán [1997-2002] (BBC 3 nov. 2016). Selon les Europa Regional Surveys of the World, M. Jeréz, un associé de M. Alemán, a été accusé d’avoir détourné des fonds publics et de les avoir blanchis dans des banques américaines, et il a été reconnu coupable en juin 2003 d’avoir fraudé le gouvernement pour plus de 400 000 $ US (Europa Regional Surveys of the World 2006, 659). La même source explique que, en décembre 2003, M. Jeréz a été déclaré innocent quant à [traduction] « bon nombre des accusations » et libéré sous caution (Europa Regional Surveys of the World 2006, 659). Selon La Prensa, M. Jeréz vote pour le FSLN et [traduction] « défend les actions […] d’Ortega » (La Prensa 8 août 2019). Le rapport de KAS décrit l’APRE comme un [traduction] « parti satellite » du FSLN (KAS 29 oct. 2018, 4). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

La Prensa signale que le président du Conseil électoral municipal (Consejo Electoral Municipal - CEM) de La Concordia a précisé que le candidate enregistré de l’APRE au poste de maire était un membre du FSLN qui ne savait pas que son nom faisait partie de la liste des candidats pour cette municipalité (La Prensa 31 oct. 2017). Selon la même source, Carlos Canales ne voulait pas expliquer pourquoi le membre du FSLN a été enregistré comme candidat sans son consentement (La Prensa 31 oct. 2017). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens, ni aucun renseignement additionnel.

3. Logo, structure et cartes de membre du parti, et traitement réservé aux membres

Selon La Prensa, le drapeau de l’APRE est rouge, vert et bleu (La Prensa 26 mai 2004). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a trouvé aucun renseignement sur le logo, sur la structure ou sur les cartes de membres du parti, ni sur le traitement réservé aux membres du parti.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l’aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n’apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d’une demande d’asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d’information.

Références

Agence France-Presse (AFP). 12 mai 2006. « Partido de gobierno se une a alianza derechista de Montealegre ». (Factiva)

Agencia EFE. 7 novembre 2016. « Nicaragua Opposition Reports ‘Massive’ Voter Abstention in National Election ». (Factiva)

Alianza APRE. 12 septembre 2011. « Roger Guevara Mena reanudaría relaciones con China Continental ». <> [Date de consultation : 3 sept. 2019]

British Broadcasting Corporation (BBC). 3 novembre 2016. Arturo Wallace. « Quiénes son los rivales de Daniel Ortega a la presidencia de Nicaragua (y por qué probablemente nunca has escuchado de ellos) ». <> [Date de consultation : 9 août 2019]

Europa Regional Surveys of the World. 2006. « Nicaragua ». London: Routledge.

Instituto Nicaragüense de Desarrollo (INDE). 7 octobre 2016. « Partido Alianza por la República comparte propuesta de agenda de nación con INDE ». <> [Date de consultation : 9 août 2019]

International Foundation for Electoral Systems (IFES). S.d.a. « Republic of Nicaragua: Election for Asamblea Nacional (Nicaragua National Assembly), Nov. 6, 2011 ». <> [Date de consultation : 9 août 2019]

International Foundation for Electoral Systems (IFES). S.d.b. « Republic of Nicaragua: Election For President, Nov. 6, 2016 ». <> [Date de consultation : 9 août 2019]

International Foundation for Electoral Systems (IFES). S.d.c. « Republic of Nicaragua: Election for Asamblea Nacional (Nicaragua National Assembly), Nov. 6, 2016 ». <> [Date de consultation : 9 août 2019]

Konrad Adenauer Stiftung (KAS). 29 octobre 2018. José Antonio Peraza Collado. « Los partidos políticos de Nicaragua ». <> [Date de consultation : 29 août 2019]

Konrad Adenauer Stiftung (KAS). S.d. « About Us ». <> [Date de consultation : 4 sept. 2019]

La Prensa. 8 août 2019. Leonor Álvarez. « Estos son los partidos políticos que se declaran opositores a la dictadura en Nicaragua ». <> [Date de consultation : 5 sept. 2019]

La Prensa. 31 octobre 2017. Leonor Álvarez. « Partidos APRE y PRD no tienen sede en Jinotega, pero presentaron candidatos ». <> [Date de consultation : 29 août 2019]

La Prensa. 21 août 2016. Vladimir Vásquez. « Carlos Canales: ‘Nos recomendaron llevar a Byron Jerez’ ». <> [Date de consultation : 29 août 2019]

La Prensa. 28 mai 2016. Leonor Álvarez. « Por Apre no votan ni sus candidatos ». <> [Date de consultation : 29 août 2019]

La Prensa. 26 mai 2004. María José Uriarte R. « Nace Alianza por la República ». <> [Date de consultation : 29 août 2019]

Nicaragua. 22 mars 2005. Asamblea Nacional. « Presidente de AN y jefes de bancadas se reúnen con la Mesa Global de Donantes ». <> [Date de consultation : 5 sept. 2019]

Nicaragua. S.d. Asamblea Nacional. « Diputado Byron Rodolfo Jeréz Solis ». <> [Date de consultation : 9 août 2019]

Political Handbook of the World 2012 (PHW). 2012. « Nicaragua ». Sous la direction de Tom Lansford. Washington, DC: CQ Press.

Political Handbook of the World 2005-2006 (PHW). 2006. « Nicaragua ». Sous la direction d’Arthur S. Banks et al. Washington, DC: CQ Press.

Political Parties of the World. 2005. « Nicaragua ». London: John Harper Publishing.

Autres sources consultées

Sources orales : Alianza por la República; ancien candidat de l’Alianza por la República.

Sites Internet, y compris : Americas Society and Council of the Americas; Amnesty International; The Carter Center; ecoi.net, The Economist; États-Unis – Congressional Research Service, Department of State; Europa World; European University Institute; Federation of American Scientists; Freedom House; The Guardian; Human Rights Watch; International Centre for Not-for-Profit Law; International Crisis Group; Jane’s Country Risk Daily Report; Jane’s Intelligence Review; Nations Unies – Refworld; Organisation des États américains – Commission interaméricaine des droits de l’homme; Política y gobierno; Union interparlementaire; Wilson Centre.