Zimbabwe: Treatment of white, or non-indigenous, minorities by authorities and society; availability of state protection (2015-July 2017) [ZWE105964.E]

Zimbabwe : information sur le traitement réservé à la minorité blanche, ou aux minorités non autochtones, par les autorités et la société; protection offerte par l’État (2015-juillet 2017)

Direction des recherches, Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa

1. Aperçu

Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches a trouvé peu d’information sur le traitement réservé à la minorité blanche, ou aux minorités non autochtones, par les autorités et la société. La Division de la population du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies précise qu’en 2016, la population du Zimbabwe devait atteindre 16,2 millions de personnes (Nations Unies 2017). Selon les Country Reports on Human Rights Practices for 2016 du Département d’État des États-Unis (É.-U.), les Blancs et les Asiatiques représentent moins de 1 p. 100 de la population du Zimbabwe et les autres groupes ethniques et raciaux représentent 3 p. 100 de la population (É.-U. 3 mars 2017, 43).

Selon un livre publié en décembre 2016 intitulé Farm Labor Struggles in Zimbabwe: The Ground of Politics, citant des textes universitaires de 1997 et de 2005, au Zimbabwe [traduction] « "de couleur" est une catégorie raciale se rapportant aux enfants de couples "mixtes" […], qui ont eu leurs propres formes particulières de possibilités et de discrimination » (Rutherford 2016, 256). Un article sur Chris Greenland, [traduction] « personne de couleur qui a grandi dans un orphelinat au Zimbabwe […] [et qui] s’est fait connaître en tant que juge de la Haute cour au Zimbabwe et juge suppléant de la Haute cour en Afrique du Sud », publié en avril 2017 sur New Zimbabwe Vision, site Internet d’actualités (New Zimbabwe Vision s.d.), affirme que [traduction] « les gens de couleur ou d’origines mixtes sont généralement mal vus dans notre société et passent pour des ivrognes bons à rien, qui aiment la bagarre, faire des enfants et qui ne font rien de bon dans la société » (New Zimbabwe Vision 8 avr. 2017). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens. Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a trouvé aucun autre renseignement sur le traitement réservé aux personnes de couleur au Zimbabwe, y compris sur des incidents violents.

Des sources affirment qu’un programme de réforme agraire lancé en 2000 a donné lieu à la redistribution de fermes appartenant à des Blancs à des Zimbabwéens noirs (BBC 9 mai 2017; The Washington Post 14 sept. 2015). Un article du Washington Post publié en septembre 2015 signale que des propriétaires terriens noirs entrent [traduction] « discrètement » en contact avec des agriculteurs blancs qui ont été « expulsés de leurs terres » et explique que des partenariats entre des propriétaires terriens noirs et des agriculteurs blancs deviennent plus courants alors que l’économie du Zimbabwe est entraînée dans une [traduction] « spirale descendante » (The Washington Post 14 sept. 2015). La même source explique que [traduction] « [l]es propriétaires terriens noirs conservent leurs droits à l’égard de la propriété et partagent les profits avec les Blancs qui vivent et travaillent aux fermes en tant que gestionnaires ou consultants » et ajoute que pour certains Zimbabwéens, le fait de permettre aux Blancs de revenir aux fermes est une « reconnaissance tacite que la réforme agraire est un échec » alors que [traduction] « de nombreux Blancs » affirment qu’accepter ces emplois vient légitimer un système de réforme agraire « injuste aux motifs politiques » (The Washington Post 14 sept. 2015). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

Dans les Country Reports 2016 des É.-U., on peut lire que les chefs de l’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zimbabwe African National Union - Patriotic Front - Zanu-PF) ont [traduction] « souvent » encouragé la haine des Blancs dans des discours publics (É.-U. 3 mars 2017, 43). Sans fournir plus de détails, l’article du Washington Post souligne que le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, a averti que la coopération avec les fermiers blancs est [traduction] « un pas en arrière » (The Washington Post 14 sept. 2015). Dans un article publié en février 2017 dans The Citizen, quotidien national de Gauteng (The Citizen s.d.), il est écrit que dans un discours fait à la télévision nationale pour souligner son 93e anniversaire, Robert Mugabe a déclaré qu’il est [traduction] « "triste" » que des fermiers noirs aient transféré la gestion de leurs fermes à des Blancs (The Citizen 23 févr. 2017). Cette même source cite Robert Mugabe selon qui [traduction] « "certains Noirs se sont réellement endormis et les Blancs ont de nouveau pris le contrôle" » (The Citizen 23 févr. 2017). En se référant à un article du 23 février 2017 de News24, site Internet d’actualités d’Afrique du Sud (24.com s.d.), la même source cite Robert Mugabe selon qui [traduction] « "les Blancs seraient heureux de nous voir continuer à travailler pour eux" » (The Citizen 23 Feb. 2017). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

En 2015, NewsDay, quotidien du Zimbabwe, a signalé que le ministre de l’Agriculture, Joseph Made, a accusé les agriculteurs blancs d’être responsables de la majorité des feux de friche enregistrés au pays (NewsDay 26 sept. 2015). La même source explique que, selon Made, les agriculteurs blancs étaient amers au sujet de la saisie de leurs terres agricoles et que les feux de friche étaient des actes de [traduction] « sabotage » (NewsDay 26 sept. 2015). D’après l’article, Made a pressé le ministre de l’Environnement d’être plus vigilant (NewsDay 26 sept. 2015). Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a pas trouvé d'autres renseignements allant dans le même sens.

Parmi les sources qu’elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n’a trouvé aucun renseignement sur la protection offerte par l’État à la minorité blanche ou aux minorités non autochtones.

2. Saisies de fermes appartenant à des Blancs

Selon un article publié en juin 2015 sur News24, un soldat [traduction] « a déménagé pour évincer » un agriculteur blanc à Beitbridge après être arrivé avec un convoi de trois véhicules et une lettre d’offre qui lui permettait d’avoir accès à la propriété « immédiatement » (News24 26 juin 2015). La même source affirme que selon l’agriculteur, les [traduction] « envahisseurs de ferme » semblaient avoir la protection des forces de l'ordre et des responsables du gouvernement au niveau du district (News24 26 juin 2015). Un article de janvier 2016 publié dans The Standard, journal hebdomadaire du Zimbabwe (The Standard s.d.), souligne que l’agriculteur a accusé le soldat d’avoir menacé d’ouvrir le feu sur ses employés s’ils ne quittaient pas la ferme (The Standard 17 janv. 2016). La même source cite le fermier selon qui

[traduction]

« [c]ela a été signalé à la police à Beitbridge qui a affirmé que l’homme avait une lettre d’offre et était donc le propriétaire de la terre et qu’il était parfaitement en droit de porter une arme et d’évincer physiquement les occupants illégaux (le personnel de notre entreprise) de la propriété » (The Standard 17 janv. 2016).

Des sources relèvent qu’alors qu’il s’adressait à des partisans de la Zanu-PF en juin 2017 à Marondera, au Mashonaland-Est, Robert Mugabe a appelé à la saisie des terres des agriculteurs commerciaux blancs (News24 4 juin 2017; New Zimbabwe 5 juin 2017). Les mêmes sources expliquent que les fermes saisies devront être redistribuées à [traduction] « des jeunes » (New Zimbabwe 5 juin 2017; News24 4 juin 2017).

Dans Freedom in the World 2017, Freedom House affirme que le secrétaire de l’aile jeunesse de la Zanu-PF a appelé à la saisie des terres appartenant à des agriculteurs blancs (Freedom House 2017). Des sources relèvent que le chef de l’aile jeunesse de la Zanu-PF a déclaré pendant un rassemblement que les agriculteurs blancs du Manicaland devraient quitter leurs propriétés et se réinstaller à Borrowdale (New Zimbabwe 18 juin 2017; The South African 19 juin 2017).

Des sources font état du fait que des policiers antiémeutes ont aidé à l’expulsion d’un agriculteur blanc, Robert Smart, après être entrés par effraction dans sa propriété (The Times 28 juin 2017; New Zimbabwe 23 juin 2017). Un article du Times précise que la police a ordonné à l’agriculteur blanc de partir [traduction] « immédiatement, en contrevenant aux lois sur les droits de propriété » (The Times 28 juin 2017). Des sources affirment que la ferme a été saisie au nom de l’évêque Trevor Manhanga (New Zimbabwe 23 juin 2017; News24 16 juin 2017). Des sources expliquent que Manhanga est [traduction] « un allié du président Mugabe » (The Times 28 juin 2017) ou qu’il a [traduction] « des liens avec la Zanu-PF, parti au pouvoir » (News24 16 juin 2017).

Selon des sources, Robert Smart a reçu le soutien des villageois locaux (The Times 28 juin 2017; News24 16 juin 2017). L’article du Times précise en outre que [traduction] « 1 000 agriculteurs noirs » de la région sont arrivés à la ferme pour montrer leur soutien à Robert Smart (The Times 28 juin 2017). L’article de juin 2017 de News24 explique que selon des documents de la cour, des villageois ont amené Manhanga devant la cour et l’ont accusé d’avoir pris la ferme pour construire une église [traduction] « sur des sanctuaires que les villageois disent sacrés » (News24 16 juin 2017).

3. Crédits-bails de terres agricoles et lettres d’offre

Un article de janvier 2016 publié par The Herald, quotidien du Zimbabwe (The Herald s.d.), signale que selon le ministre des Terres et du Réétablissement rural (Minister of Lands and Rural Resettlement), le Dr Douglas Mombeshora, le gouvernement n’a aucune politique foncière [traduction] « discriminatoire à l’égard des Blancs » (The Herald 13 juill. 2015). Des sources signalent qu’en janvier 2016, le gouvernement a commencé à délivrer des baux à des agriculteurs blancs (The Herald 25 janv. 2016; The Africa Report 26 janv. 2016). Un article de janvier 2016 publié dans Africa Report, publication mensuelle consacrée aux affaires africaines (The Africa Report s.d.), explique que des fermiers blancs obtiendraient des baux de 99 ans après que le gouvernement ait [traduction] « converti toute[s] [les] ferme[s] en terres de l’État » au moyen de l’initiative de réforme foncière (The Africa Report 26 janv. 2016). L’article de janvier 2016 du Herald souligne que selon Douglas Mombeshora, des baux ont été accordés à des agriculteurs blancs recommandés par leurs provinces pour [traduction] « rester sur leurs terres », car leurs activités agricoles étaient considérées d’une importance économique stratégique (The Herald 25 janv. 2016).

Selon la même source, Douglas Mombeshora a dit que le gouvernement n’accordait pas un [traduction] « traitement spécial » aux agriculteurs blancs au détriment des agriculteurs autochtones noirs en délivrant des baux aux agriculteurs blancs et des lettres d’offre aux agriculteurs noirs (The Herald 25 janv. 2016). Des sources rapportent les propos suivants de Douglas Mombeshora : [traduction] « "Nous donnons des baux aux agriculteurs blancs immédiatement, car nous connaissons déjà leurs antécédents en matière de production sur les propriétés [sur lesquelles] il est recommandé qu’ils restent" » (The Herald 25 janv. 2016; The Africa Report 26 janv. 2016). Selon ces mêmes sources, des agriculteurs autochtones noirs seront pris en considération pour des baux dans trois ans (The Herald 25 janv. 2016; The Africa Report 26 janv. 2016). Les mêmes sources citent Douglas Mombeshora selon qui [traduction] « "[p]endant ce temps, nous surveillerons des choses comme les niveaux de production et aussi s’ils se sont adaptés à leur propriété, car l’agriculture est une activité encore relativement nouvelle pour la majorité d’entre eux" » (The Herald 25 janv. 2016; The Africa Report 26 janv. 2016).

The Herald a écrit que les dirigeants de la province de Masvingo ont recommandé six agriculteurs blancs afin qu’ils obtiennent des lettres d’offre pour des activités agricoles considérées stratégiques pour l’économie de la province de Masvingo (The Herald 25 janv. 2016). En faisant état de la recommandation des dirigeants provinciaux de Masvingo concernant les six agriculteurs blancs en juillet 2015, The Herald précise que les lettres d’offre seront signées par Douglas Mombeshora et suivront le modèle A2 (The Herald 13 juill. 2015). Selon un rapport de 2002 de Human Rights Watch, le modèle A2 est une initiative visant à [traduction] « créer un cadre de 51 000 agriculteurs commerciaux autochtones noirs de petite à moyenne échelle » (Human Rights Watch 8 mars 2002, 12).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l’aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n’apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d’une demande d’asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d’information.

Références

24.com. S.d. « We are 24.com ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

The Africa Report. 26 janvier 2016. Nqobile Bhebhe. « Zimbabwe Starts Giving White Farmers Land Title ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

The Africa Report. S.d. « Who We Are ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

British Broadcasting Corporation (BBC). 9 mai 2017. « Zimbabwe Country Profile ». [Date de consultation : 21 juill. 2017]

The Citizen. 23 février 2017. « Whites Have Taken over Once Again, Moans "Sad" Mugabe ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

The Citizen. S.d. « About Us ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

États-Unis (É.-U.). 3 mars 2017. « Zimbabwe ». Country Reports on Human Rights Pratices for 2016. [Date de consultation : 21 juill. 2017]

Freedom House. 2017. « Zimbabwe ». Freedom in the World 2017. [Date de consultation : 24 juill. 2017]

The Herald. 25 janvier 2016. « Govt Issues Leases to White Farmers ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

The Herald. 13 juillet 2015. « White Farmers to Get Offer Letters ». (Factiva) [Date de consultation : 24 juill. 2017]

The Herald. S.d. « About Zimpapers ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

Human Rights Watch. 8 mars 2002. « Fast Track Land Reform in Zimbabwe ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

Nations Unies. 2017. Département des affaires économiques et sociales, Division de la population. « World Population Prospects 2017 ». [Date de consultation : 1er août 2017]

New Zimbabwe. 23 juin 2017. « Riot Police Storm Farm, Throw Out White Farmer to Make Way for Bishop Manhanga ». (Factiva) [Date de consultation : 19 juill. 2017]

New Zimbabwe. 18 juin 2017. « Zanu-PF Youth Leader Urges Mugabe to Eject Remaining White Farmers ». (Factiva) [Date de consultation : 24 juill. 2017]

New Zimbabwe. 5 juin 2017. « Mugabe to Kick Out All White Farmers in Mash East ». (Factiva) [Date de consultation : 19 juill. 2017]

New Zimbabwe Vision. 8 avril 2017. « Chris Greenland, a Zimbabwean Coloured or Goffal who has Emerged in Society with a Credible Voice ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

New Zimbabwe Vision. S.d. « About Us ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

News24. 16 juin 2017. Frank Chikowore. « Exclusive: Mugabe’s Call for Land Grabs Triggers Fresh Invasions in Zim ». [Date de consultation : 21 juill. 2017]

News24. 4 juin 2017. Frank Chikowore. « Exclusive: Mugabe to Kick Out All Remaining White Farmers, Says Zimbabweans Need Land ». [Date de consultation : 1er août 2017]

News24. 26 juin 2015. « Zim Soldier Moves to Evict White Farmer in Beitbridge – Report ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

NewsDay. 26 septembre 2015. Clayton Masekesa. « Made Blames Veld Fires on White Former Farmers ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

Rutherford, Blair. 2016. Farm Labor Struggles in Zimbabwe: The Ground of Politics. Indiana University Press.

The South African. 19 juin 2017. Ezra Claymore. « "Whites are Not Superior, They Must Leave the Land and Go Play Golf". ZANU PF Youth Leader ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

The Standard. 17 janvier 2016. « Beitbridge Farm Saga Deepens ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

The Standard. S.d. « About Us ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

The Times. 28 juin 2017. « White Farm Seized for Mugabe Ally ». (Factiva) [Date de consultation : 19 juill. 2017]

The Washington Post. 14 septembre 2015. Kevin Sieff. « Zimbabwe Seized White Farmers’ Land. Now Some Are Being Invited Back ». [Date de consultation : 24 juill. 2017]

Autres sources consultées

Sources orales : Amnesty International; Catholic Commission for Justice and Peace in Zimbabwe; Zimbabwe Human Rights Association; Zimbabwe Lawyers for Human Rights.

Sites Internet, y compris : Amnesty International; Asylum Research Consultancy; Crisis in Zimbabwe Coalition; Daily News; Freedom House; Institute for War and Peace Reporting; Internal Displacement Monitoring Centre; International Crisis Group; IRIN; Minority Rights Group International; Mouvement mondial des droits humains; Nations Unies – Refworld; Organisation internationale pour les migrations; The Southern Times; Zimbabwe – National Constitutional Assembly; Zimbabwe Human Rights NGO Forum.