Involvement of the Kibassa faction of the Union for Democracy and Social Progress (UDPS) in the Laurent-Désiré Kabila government; the relationship between the UDPS/Tshisekedi and UDPS/Kibassa factions [RDC41000.FE]

Selon plusieurs sources, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS)/Kibassa est une faction dissidente de l'UDPS, parti d'opposition congolais, qui est dirigée par Frédéric Kibassa Maliba (Digitalcongo.net 24 mai 2001; Afrique Express 21 févr. 2002; Radio France Internationale 13 août 2001). En effet, Digitalcongo.net rapportait qu'en 2001, il existait cinq factions de l'UDPS en République démocratique du Congo (RDC) dont l'UDPS/Kibassa et l'UDPS/Tshisekedi (18 juin 2001).

Frédéric Kibassa Maliba a occupé le poste de vice-ministre des Mines (AFP 28 nov. 1997), de même que ceux de ministre des Mines (Keesing's mars 1999, 42822) et de ministre de la Jeunesse et des Sports au sein du gouvernement de Laurent-Désiré Kabila (Digitalcongo.net 7 avr. 2003). Ce dernier, en tant que ministre des Mines, a été accusé de détournements de fonds au mois de juin 2000 (AFP 13 juin 2000, Digitalcongo.net 24 mai 2001). Plusieurs sources rapportent que l'UDPS/Kibassa était l'un des partis reconnus par le gouvernement Kabila (Association africaine de science politique juin 2001; UDPS 19 oct. 2000; Country Reports 2000 févr. 2001, sect. 2.b.). Selon les Country Reports 2000, la reconnaissance par Kabila de l'UDPS/Kibassa, en tant que parti politique agréé, aurait eu pour effet de [traduction] « réduire le statut et le potentiel politique » de l'UDPS/Tshisekedi (ibid.). Selon le Dr François Tshipamba Mpuila, représentant de l'UDPS, l'UDPS/Kibassa serait « une succursale du parti-État AFDL/CPP » de Laurent-Désiré Kabila (UDPS 19 oct. 2000).

Selon Le Phare, un quotidien de Kinshasa, Frédéric Kibassa Maliba et Étienne Tshisekei wa Mulumba, dirigeant de l'UDPS/Thisekedi, s'étaient engagés depuis 1996 dans une « querelle de légitimité » au sein du parti (Le Phare 20 mars 2002). Selon le quotidien, Frédéric Kibassa Maliba a fait la déclaration suivante dans une lettre adressée au facilitateur Masire du Dialogue intercongolais, en mars 2001:

« Afin de lever toute équivoque entre moi, Kibassa Maliba, Coordonnateur général de la Copop [Coordination des plates-formes de l'opposition politique] et Monsieur Étienne Tshisekedi du groupe de Cotonou et de Gaborone, qui a dès le début engagé l'UDPS dans le processus du dialogue intercongolais, je prends soin de laisser Monsieur Étienne Tshisekedi de continuer à engager l'UDPS au Dialogue intercongolais ou moi, désormais, je continuerai à engager la Copop » (ibid.).

Kibassa Maliba aurait par ailleurs ajouté : « Je reste ouvert et je suis prêt à négocier avec Monsieur Étienne Tshisekedi, étant entendu que nous sommes tous les deux initiateurs de ce nom [celui de l'UDPS] et co-fondateurs de ce parti depuis sa fondation » (ibid.). Toutefois, d'autres sources ont fait état ultérieurement de conflits entre l'aile Kibassa et l'aile Tshisekedi au sujet de la direction de l'UPDS (Digitalcongo.net 27 mai 2002; ibid. 24 mai 2001; Nations Unies 7 mars 2002). Digitalcongo.net rapportait le décès de Frédéric Kibassa Maliba, survenu à Bruxelles le 5 avril 2003 à la suite d'une crise cardiaque (7 avr. 2003).

Aucune autre information sur les relations entre l'UDPS/Tshisekedi et l'UDPS/Kibassa n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches dans les délais prescrits pour la réponse à cette demande d'information.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié. Veuillez trouver ci-dessous la liste des sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


Afrique Express. 21 février 2001. N° 223. «

Étienne Tshisekedi wa Mulumba : Lumumbiste, tshombiste, mobutiste, opposant, et Premier ministre sans gouvernement ». http://www.afrique-express.com/archive/CENTRALE/rdcongo/rdongobio/223tshissekedi.htm [Date de consultation : 21 mai 2003]