Update to HND34286.E of 20 April 2000 on rivalry and violence between the National Party and the Liberal Party, and specifically whether National Party members have been killed by the Liberal Party members (2000 to August 2004) [HND42890.E]

Aucune mention de rivalité ou de violence entre les Partis national et libéral en 2002, 2003 ou 2004 n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

En 2001, le Central America Report mentionnait que la rivalité politique entre les partis accablait à la fois le Congrès et le Tribunal électoral national (Tribunal Nacional de Elecciones - TNE) (2 mars 2001). Au Congrès, le Parti libéral a refusé de discuter d'un projet de loi sur la réforme du Congrès présenté par le Parti national; l'incident a [traduction] « déclenché [...] des protestations de la part des nationalistes qui ont lancé leurs documents dans les airs et ont quitté en trombe la séance législative » (CAR 2 mars 2001). Au TNE, les employés libéraux ont refusé d'inscrire Ricardo Maduro du Parti national en tant que candidat à la présidence (ibid.). Le Parti national a interjeté appel devant la Cour suprême afin de freiner les tentatives du Parti libéral visant à interdire à M. Maduro de briguer la présidence (ibid.). Les représentants nationalistes du TNE ont tenté d'interdire à David Matamoros de devenir directeur du tribunal à son tour, malgré le calendrier de rotation du poste fixé conformément à la constitution du TNE (ibid.).

Plusieurs sources ont signalé l'arrestation de trois membres du Parti libéral relativement au meurtre d'Angel Pacheco, candidat au congrès du Parti national, meurtre commis la veille des élections de novembre 2001 (AFP 24 nov. 2001; BBC 26 nov. 2001; Freedom House 13 juin 2003; The Independent 26 nov. 2001). Tandis que la police déclarait que le meurtre semblait être politique (BBC 26 nov. 2001; The Independent 26 nov. 2001), Ricardo Maduro, président élu du Parti national, déclarait que le meurtre de M. Pacheco n'était pas lié à son appartenance politique (Diario Tiempo 25 nov. 2001; Latinamerica Press 29 nov. 2001). Angel Pacheco briguait un siège au Congrès dans le département de Valle au moment de sa mort (ACAN-EFE 24 nov. 2001a; Weekly News Update on the Americas 25 nov. 2001).

En décembre 2001, le juge chargé d'enquêter sur le meurtre de M. Pacheco, Teodoro Bonilla, s'est retiré de l'enquête après avoir reçu des menaces de mort qui auraient été envoyées par des membres de la famille de deux prisonniers, Héctor Estrada et Alberto Chirinos, détenus en lien avec le meurtre de M. Pacheco (Diario Tiempo 19 déc. 2001). Selon les Country Reports 2003, à la fin de 2003, aucun suspect n'était détenu relativement au meurtre de M. Pacheco (25 févr. 2004, sect. 1.a).

En plus de M. Pacheco, deux autres candidats ont été assassinés durant la campagne électorale de 2001 (AFP 25 nov. 2001). Aucune information additionnelle sur ces deux meurtres n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Toujours lors de la campagne électorale de 2001, l'ACAN-EFE a mentionné que la veille de l'élection, des coups de feu avaient été tirés en direction du bureau central du Parti libéral à San Pedro Sula (24 nov. 2001b). L'article ajoute que personne n'a été blessé lors de l'incident et que personne n'a été arrêté (ACAN-EFE 24 nov. 2001b).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


ACAN-EFE [Panama, en espagnol]. 24 novembre 2001a. « Honduras: PNH Congressional Candidate Murdered Hours Before Elections »

. (FBIS-LAT-2001-1124 27 nov. 2001)