Treatment of suspected Ecuadorian supporters of the Revolutionary Armed Forces of Colombia (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia, FARC) by the military (May 2003) [ECU41375.E]

Même si la Freedom House affirme que [traduction] « les militaires sont responsables d'une proportion importante des cas de mauvais traitements, particulièrement lorsqu'ils sont déployés lors d'un état d'urgence » (Freedom in the World 2001-2002 17 juill. 2002), aucune information sur le traitement que réservent les militaires aux Équatoriens soupçonnés d'appuyer les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia - FARC) n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Cependant, selon un article du 8 avril 2003 de l'International Crisis Group,

[traduction]
Aucun groupe radical équatorien n'appuie, à l'heure actuelle, des groupes armés de Colombie. Cependant, selon des comptes rendus non confirmés, les autorités auraient découvert l'existence des Forces armées révolutionnaires d'Équateur (FARE). Ce groupe compterait 400 hommes qui auraient été entraînés et équipés par les FARC. Il est tenu responsable d'un récent attentat à la bombe à Guayaquil. Même si le ministère de la Défense croit que les FARE ne constituent pas une menace à la sécurité, la police considère qu'elles constituent un problème.

En outre, la Freedom House affirme que les groupes paramilitaires colombiens de droite ont [traduction] « infiltré le nord de l'Équateur » afin de [traduction] « cibler les personnes de la population locale qu'ils soupçonnent de coopérer avec les guérilleros » (Freedom in the World 2001-2002 22 juill. 2002). Le Washington Office on Latin America (WOLA) a affirmé qu'il est un fait reconnu que des officiers paramilitaires colombiens de Lago Agrio, dans la province de Sucumbios, ont recruté des chauffeurs de taxi locaux et des citoyens [traduction] « afin que ces derniers les tiennent informés des déplacements de guérilleros [FARC] dans la région » (juin 2002). Le Christian Science Monitor (CSM) mentionne que, parfois, les chauffeurs de taxi sont forcés de passer en contrebande des bouteilles de propane - que les FARC utilisent comme bombes - à la frontière colombienne et que s'ils refusent, ils peuvent être fusillés (11 juill. 2002). En outre, la [traduction] « police équatorienne estime que 60 p. 100 de la population de Lago Agrio transige avec des forces colombiennes irrégulières » (CSM 11 juill. 2002). Veuillez consulter ECU41530.E du 28 mai 2003 pour de l'information sur les crimes perpétrés contre des civils par les guérilleros et les paramilitaires de Colombie.

Selon un article de décembre 2002 du Weekly News Update on the Americas, des sources ont mentionné un scandale dans lequel des militaires colombiens ont [traduction] « retrouvé un certain nombre d'armes confisquées aux FARC en la possession de l'armée équatorienne » (15 déc. 2002). De plus, le 20 novembre 2002, l'explosion d'un dépôt militaire de munitions dans la ville de Riobamba aurait été une tentative ayant pour but de [traduction] « dissimuler l'inventaire manquant » (Weekly News Update on the Americas 15 déc. 2002). En conséquence, le ministre de la Défense, Hugo Unda, devait rencontrer le Congrès le 19 décembre 2002 lors d'une [traduction] « séance secrète » pour [traduction] « témoigner sur la cause de l'explosion et sur l'apparente vente d'armes aux FARC [...] » (ibid.).

Deux articles récents, trouvés dans El Comercio, mentionnent que des Équatoriens membres des FARC ont été capturés en Colombie (7 mai 2003; 14 mai 2003). Selon le premier article, deux Équatoriens ont été arrêtés à Pasto en Colombie avec plus de mille cartouches de munitions de fusil destinées au 29e front des FARC (El Comercio 7 mai 2003). Le deuxième article signalait la capture de Carlos Manuel Varela, Équatorien de 21 ans guérillero des FARC, par l'armée colombienne dans le département de Putamayo alors qu'il était armé de pistolets, de grenades et de missiles de fabrication équatorienne, et qu'il revenait d'une mission [traduction] « d'extorsion » (ibid. 14 mai 2003). Varela, également connu sous le nom de » Roberto Salazar », a affirmé qu'il a vu huit à dix campements des FARC en Équateur le long des berges de la rivière San Miguel; cependant, il a déclaré qu'ils ont été abandonnés sur l'ordre des commandants des FARC (ibid.).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


Christian Science Monitor (CSM) [Boston]. 11 juillet 2002. Arie Farnam. « Colombia's Civil War Drifts South into Ecuador ». http://www.csmonitor.com/2002/0711/p07s01-woam.htm [Date de consultation : 27 mai 2003]

El Comercio [Quito]. 14 mai 2003. « Las FARC tienen campamientos en Ecuador, segun rebelde capturado ». http://www.elcomercio.com/noticias.asp?noid=60998&hl=true [Date de consultation : 26 mai 2003]

____. 7 mai 2003. « (16:30) Capturados 2 ecuatorianos con municiones para las FARC ». http://www.elcomercio.com/noticias.asp?noid=60322&hl=true [Date de consultation : 26 mai 2003]

Freedom in the World: The Annual Survey of Political Rights & Civil Liberties 2001-2002. 22 juillet 2002. « Ecuador ». http://www.freedomhouse.org/research/freeworld/2002/countryratings/ecuador.htm [Date de consultation : 22 mai 2003]

____. 17 juillet 2002. « Political Rights and Civil Liberties ». http://www.freedomhouse.org/research/freeworld/2002/countryratings/ecuador2.htm [Date de consultation : 22 mai 2003]

International Crisis Group (ICG). 8 avril 2003. Colombia and its Neighbours: The Tentacles of Instability. http://www.intl-crisis-group.org/projects/latinamerica/colombia_andes/reports/A400939_08042003.pdf [Date de consultation : 21 mai 2003]

Washington Office on Latin America (WOLA). Juin 2002. Sandra G. Edwards. « Colombian Conflict Impacts Ecuador ». http://www.wola.org/publications/ddhr_ecuador_update_1.htm [Date de consultation : 22 mai 2003]

Weekly News Update on the Americas [New York]. 15 décembre 2002. No 672. « Ecuador: Arsenal Explosion a Coverup? » (NEXIS)

Autres sources consultées


Bases de données de la CISR

World News Connection (WNC)

Sites Internet, y compris :

Amnesty International

Comision Andina de Juristas (CAJ)

Comision Ecumenica de Derechos Humanos (CEDHU)

Country Reports 2002

Defensoria del Pueblo del Ecuador

Équateur, ministère de la Défense nationale

Human Rights Watch

Relief Web

Moteur de recherche :

Google