Treatment of members of the Pentecostal Church; relationship between the Pentecostal Church and the Georgian Orthodox Church [GGA42396.E]

Selon des estimations non officielles de 2003, il y a entre 5 000 et 6 000 pentecôtistes en Géorgie (Nations Unies 16 déc. 2003, paragr. 58-59). Parmi les Églises pentecôtistes qui oeuvrent en Géorgie, on trouve notamment Parole de vie (Word of Life), de Suède, qui compte environ 10 congrégations et 600 adhérents (ibid., paragr. 59; KNS 11 janv. 2002); les Assemblées de Dieu (Assemblies of God) (AG sept.-oct. 2001; Nations Unies 16 déc. 2003, paragr. 59); l’Union pentecôtiste (Pentecostal Union) qui compte environ 5 000 membres (Forum 18 25 sept. 2003; Nations Unies 16 déc. 2003, paragr. 4, 58) et qui est également connue sous le nom des Pentecôtistes russes (Russian Pentecostalists) (HRW 20 oct. 2003).

La liberté de religion en Géorgie

Selon l’International Religious Freedom Report 2003, rapport annuel du Département d’État des États-Unis, la liberté de religion n’est que peu respectée en Géorgie (18 déc. 2003, introduction). La Géorgie est le seul ancien pays communiste à ne pas disposer d’une loi sur la religion et il est le seul à être régulièrement le théâtre d’émeutes violentes déclenchées par des motifs religieux (KI automne 2003, 2-3). Depuis 1999 (Nations Unies 16 déc. 2003, paragr. 61), des justiciers géorgiens ont mené des attaques contre les minorités religieuses, commettant, entre autres, des gestes violents, saisissant des objets servant au culte et interrompant des cérémonies religieuses dans un environnement où règne [traduction] « presque l’impunité » (International Religious Freedom Report 2003 18 déc. 2003, introduction). Depuis, Human Rights Watch (HRW) a indiqué que la violence est une habitude bien établie qui ne se limite pas à Tbilissi, mais qui a cours partout au pays (20 oct. 2003). En 2003, Levan Ramishvili, directeur de l’Institut liberté (Liberty Institute), organisation non gouvernementale (ONG) géorgienne, a déclaré que [traduction] « plusieurs dirigeants, policiers, politiciens et membres de "l’aile fondamentaliste" de l’Église géorgienne orthodoxe tolèrent ou appuient effectivement l’oppression religieuse » (Eurasianet.org 30 oct. 2003). En 2003, HRW a accusé les médias de Géorgie de diaboliser les minorités religieuses (20 oct. 2003). Par exemple, les membres de l’église Parole de vie ont [traduction] « fait l’objet d’articles offensants et calomnieux dans la presse géorgienne » (Nations Unies 16 déc. 2003, paragr. 59).

Selon bon nombre de Géorgiens, les confessions protestantes [traduction] « profitent des difficultés économiques de la populace en gagnant son adhésion au moyen de l’aide économique aux convertis » et certains les perçoivent [traduction] « comme une menace à l’Église nationale et aux valeurs culturelles du pays » (International Religious Freedom Report 2003 18 déc. 2003, sect. III). En outre, l’Institut Keston (Keston Institute — KI) a fait valoir que puisque les actions des justiciers ne touchent qu’une petite partie de la société et que la majorité des citoyens sont davantage préoccupés par leur faible niveau de vie, ces derniers manifestent peu d’inquiétudes à l’égard des minorités religieuses (KI automne 2003, 8).

En janvier 2004, la communauté des minorités religieuses de Géorgie a fait remarquer que, depuis novembre 2003 et depuis la transition entre les gouvernements d’Eduard Shevardnadze et Mikhail Saakashvili (examiné en détail dans GGA42294.EF du 26 janvier 2003), il n’y a eu aucun cas grave de violence fondée sur des motifs religieux (Forum 18 23 janv. 2004). Même si les chefs des minorités religieuses considèrent la diminution de la violence comme un signe positif, ils croient qu’il est trop tôt dans l’ère Saakashvili pour déterminer si la violence fondée sur des motifs religieux tire à sa fin (ibid.).

Attitude du Patriarcat géorgien orthodoxe (Georgian Orthodox Patriarchate — GOP)

Le GOP est le seul groupe religieux à détenir un statut juridique; les autres groupes religieux [traduction] « ne sont pas reconnus juridiquement » (Forum 18 25 sept. 2003). Généralement, le GOP se montre critique envers les pratiques des autres minorités religieuses en Géorgie (KI automne 2003, 6; Nations Unies 16 déc. 2003, paragr. 36-37). Même si les chefs religieux ont tenté de garder leurs distances par rapport à la violence fondée sur des motifs religieux, le KI a mentionné que [traduction] « [b]on nombre des attaques contre les minorités religieuses sont menées par le clergé orthodoxe » (automne 2003, 3).

Des sources citent le GOP alors qu’il utilise un langage incendiaire pour décrire les activités des groupes religieux non traditionnels en Géorgie (KNS 13 févr. 2002; ibid. 11 janv. 2002) ou mentionnent que ses prêtres menaient des manifestations contre les pentecôtistes (Forum 18 23 juin 2003; KI automne 2003, 3). Par exemple, le métropolite Atanase Chakhvashvili, de Rustavi, [traduction] « le deuxième plus important évêque orthodoxe » (ibid., 6), a déclaré que les membres de religions non traditionnelles ou [traduction] « sectaires », y compris les pentecôtistes, [traduction] « "doivent être abattus" » (KNS 13 févr. 2002). Chakhvashvili s’est ensuite rétracté (ibid. 8 juill. 2002) et le Patriarcat a réprouvé ses commentaires (ibid. 13 févr. 2002). Avant cette déclaration, en août 2001, le service de presse du GOP a déclaré [traduction] : « "Sachez que certains sectaires — pentecôtistes, charismatiques et Disciples du Christ — tiennent leurs assemblées au cinéma Iveria […]. Sachez que tous ceux qui y participent détruisent leur âme et sont condamnés aux tourments éternels" » (ibid. 11 janv. 2002).

Organisations fondamentalistes

Des sources désignent les fidèles de Basili Mkalavishvili, aussi connus sous le nom de basilistes, et le groupe Jvari (Croix) comme deux groupes fondamentalistes liés au GOP qui ont participé à des attaques contre les pentecôtistes et d’autres minorités religieuses (International Religious Freedom Report 2003 18 déc. 2003, sect. II; KNS 22 oct. 2002; Forum 18 5 nov. 2003). Selon la Fédération internationale Helsinki pour les droits de l’homme (IHF), les assaillants ont utilisé [traduction] « des méthodes excessivement brutales, comme battre les croyants à coups de gourdins et de bâtons cloutés » (15 juill. 2003, 26).

Basili Mkalavishvili, de Tbilissi, du district de Gldani (Forum 18 16 juin 2003) est un prêtre géorgien orthodoxe défroqué qui suit maintenant les enseignements du métropolite Cyprien de l’Église grecque des vieux-calendaristes (Greek Old Calendarist Church) (KI automne 2003, 3; KNS 22 oct. 2002). Le métropolite Chakhvashvili, susmentionné, approuverait les actions des basilistes (ibid. 13 févr. 2002). Mkalavishili a obtenu le soutien des autorités religieuses et politiques pour ses activités contre les minorités religieuses (ibid. 22 oct. 2002); entre autres, la police a aidé à cerner les cibles (par exemple, en arrêtant un autobus transportant des fidèles de religions non traditionnelles) et les médias, après avoir reçu un avis des basilistes, ont couvert des attaques en direct (ibid.).

Le KNS accuse Basili Mkalavishvili ou ses fidèles de plus de 100 attaques contre des minorités religieuses entre 1999 et 2002 (ibid.), qui ciblaient principalement les témoins de Jéhovah et périodiquement, les pentecôtistes, les baptistes et d’autres organisations religieuses (ibid. 26 sept. 2001). Lors d’une attaque type des basilistes, une foule agresse physiquement les membres de la congrégation, vandalise et pille l’église et les biens personnels (ibid. 22 oct. 2002; ibid. 8 juill. 2002). Basili Mkalavishvili a été traduit en justice à la fin de 2002; il a été confronté à des accusations relatives à cinq attaques violentes contre des témoins de Jéhovah, contre des baptistes, contre le Bureau du protecteur du citoyen de Géorgie et contre le bureau d’un journal (ibid. 22 oct. 2002). En novembre 2003, le procès était toujours en cours (Forum 18 5 nov. 2003).

Selon Forum 18, le chef de la Jvari, Paata Bluashvili, est un [traduction] « justicier orthodoxe autoproclamé et violent » (ibid.). Au moins deux congrégations pentecôtistes de Rustavi prétendent avoir été victimes de harcèlement et de menaces de la part des membres de la Jvari (ibid.). Le 4 novembre 2003, un tribunal de Rustavi a condamné avec sursis Paata Bluashvili et deux autres membres de la Jvari et a condamné deux autres membres à une peine d’emprisonnement pour leur participation à de violentes attaques contre des assemblées de témoins de Jéhovah (ibid.).

Traitements réservés aux pentecôtistes

Le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction, Abdelfattah Amor, a affirmé qu’en Géorgie, les pentecôtistes sont [traduction] « souvent persécutés […] [et] sont confrontés à des difficultés importantes pour s’assembler et pratiquer leur religion » (16 déc. 2003, paragr. 58). De nombreuses sources font mention d’attaques violentes contre les pentecôtistes en Géorgie (KNS 22 oct. 2003; ibid. 8 juill. 2002; International Religious Freedom Report 2003 18 déc. 2003, sect. II; Forum 18 5 nov. 2003). Des articles faisaient le lien entre les groupes fondamentalistes susmentionnés et des attaques contre des congrégations pentecôtistes survenues en mai 2003 (ibid.), en juillet 2002 (KNS 8 juill. 2002) et en avril 2002 (CIPDD 8 mai 2002) ainsi qu’avec plusieurs attaques survenues en 2001 (KNS 11 janv. 2002; ibid. 26 sept. 2001; ibid. 28 mars 2001). En général, lors des attaques, les fidèles sont battus et l’église est saccagée et pillée (ibid. 8 juill. 2002; ibid. 11 janv. 2002; ibid. 26 sept. 2001). Même si la majorité des incidents ont eu lieu à Gldani et à Nadzaladevi, districts de Tbilissi (Forum 18 23 juin 2003; ibid. 16 juin 2003; Imedi 20 juill. 2003; KNS 8 juill. 2002; ibid. 11 janv. 2002; ibid. 26 sept. 2001; ibid. 28 mars 2001), des articles mentionnent également que Kutaisi (CIPDD 8 mai 2002) et Rustavi ont aussi été le théâtre de ces scènes de violence (Forum 18 5 nov. 2003).

En mars 2001, à Gldani, une foule a attaqué huit pasteurs en visite des États-Unis et de l’Afrique du Sud (KNS 28 mars 2001). Les habitants de la région ont empêché les pentecôtistes d’entrer dans leur lieu de culte et ils ont menacé les fidèles et les prêtres (Imedi 20 juill. 2003). En août 2001, la police, des citoyens armés de la région et des membres du clergé orthodoxe ont menacé les organisateurs d’un camp pour enfants situé dans le village de Bakhmaru, près de Kutaisi (KNS 26 sept. 2001). Les organisateurs ont décidé de fermer le camp pour éviter une effusion de sang (ibid.).

Le pasteur Nikolai Kalutsky et sa congrégation de langue russe, à Tbilissi, ont été ciblés en particulier en 2002 et 2003 (Forum 18 23 juin 2003). En juillet 2002, alors que M. Kalutsky célébrait un service religieux chez lui, des basilistes ont pénétré dans sa maison, attaqué les fidèles, vandalisé la maison et pillé les biens de valeur (KNS 8 juill. 2002). Des foules ont empêché la tenue de célébrations à son domicile en octobre 2002 et à quatre reprises entre avril et la fin de juin 2003 (Forum 18 23 juin 2003; ibid. 16 juin 2003). En raison de ces barrages, le chef de la police de Gldani-Nadzaladevi a interdit à M. Kalutsky d’officier de nouveau chez lui (ibid. 23 juin 2003). En janvier 2004, l’interdiction était toujours en vigueur (ibid. 23 janv. 2004) pour M. Kalutsky et ses quelque 30 paroissiens (ibid. 23 juin 2003).

Protection offerte par l’État

En octobre 2003, Eurasianet.org signalait que selon les victimes de violence, [traduction] « il est presque impossible de secouer la police ou les politiciens pour qu’ils fassent valoir les droits des minorités religieuses » (30 oct. 2003). La police et les services de sécurité de Géorgie ont été incapables ou ont refusé de protéger les minorités religieuses contre des attaques (International Religious Freedom Report 2003 18 déc. 2003, introduction, sect. II). Les tribunaux ont rejeté des plaintes contre [traduction] « la police et d’autres autorités responsables malgré une preuve accablante de leur complicité dans les attaques » (IHF 15 juill. 2003, 26). Dans au moins un cas, des employés d’hôpitaux ont refusé de soigner des personnes blessées lors d’attaques menées par des fondamentalistes lorsqu’ils ont appris que les victimes étaient des pentecôtistes (KNS 11 janv. 2002).

Des sources récentes laissent entendre que la police a activement participé à la répression violente des groupes religieux (Forum 18 16 juin 2003; International Religious Freedom Report 2003 18 déc. 2003, introduction, sect. II; Nations Unies 16 déc. 2003, paragr. 63), en harcelant des fidèles (CIPDD 8 mai 2002) ou en encourageant des forces de justiciers violents (KNS 26 sept. 2001). Pour leur part, les politiciens, par calcul, sont réticents à condamner la violence (Eurasianet.org 30 oct. 2003) parce que, selon les observateurs, il y a un risque politique à choisir son camp sur cette question (ibid. 20 août 2002). Le KI se contente de dire [traduction] « [qu’]il est clair qu’un nombre important de ceux qui devraient protéger les libertés d’expression et de réunion des citoyens échouent à cette tâche […] » (automne 2003, 8).

Les enquêtes policières sont [traduction] « généralement […] lentes, inefficaces ou inexistantes et elles ont rarement abouti à des mises en accusation » (IHF 15 juill. 2003, 26). HRW a décrit ces enquêtes comme étant [traduction] « outrageusement bâclées », engendrant une [traduction] « culture de l’impunité » (20 oct. 2003). Deux sources signalaient que depuis 1999, plus de 700 plaintes ont été portées au criminel par des victimes d’attaques fondées sur des motifs religieux en Géorgie et aucune ne s’est soldée par une sanction (KNS 22 oct. 2002; International Religious Freedom Report 2003 18 déc. 2003, sect. II).

Toutefois, le Keston News Service (KNS) a également mentionné que les membres de la congrégation de Nadzaladevi, attaquée par une foule en juillet 2002, a félicité la police pour son intervention qui a calmé la foule et empêché d’autres violences (KNS 8 juill. 2002). À la suite d’un incident survenu en décembre 2001, le pasteur d’une congrégation victimisée, Parole de vie, a attribué à la police le mérite d’avoir empêché les assaillants de pénétrer dans toutes les salles où des célébrations étaient tenues (ibid. 11 janv. 2002). Cependant, dans ces deux cas, les porte-parole ont critiqué la police pour l’absence d’une enquête complémentaire (ibid.; ibid. 8 juill. 2002).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


Assemblies of God (AG). Septembre-octobre 2001. Women’s Touch. « Not Forgotten ». http://ag.org/womanstouch/full/2001_9-10/mm-notforgotten.cfm [Date de consultation : 2 nov. 2003]

Caucasus Institute of Peace Democracy and Development (CIPDD). 8 mai 2002. Emil Abdelkhanov. « Georgia: Zero Tolerance Towards Evangelists ». (Droits de l’homme sans frontières)

Eurasianet.org. 30 octobre 2003. Human Rights. Daan van der Schriek. « Religious Freedom Ignored in Georgian Politics ». http://www.eurasianet.org/departments/rights/articles/eav103003.shtml [Date de consultation : 31 oct. 2003]

_____. 20 août 2002. Human Rights. Ken Stier. « Attack [on] Jehovah’s Witnesses Raises Religious Freedom Issue in Georgia ». http://www.eurasianet.org/departments/rights/articles/eav082002.shtml [Date de consultation : 27 août 2002]

Fédération internationale Helsinki pour les droits de l’homme (IHF). 15 juillet 2003. Problems of Religious Freedom and Tolerance in Selected OSCE States: Report to the OSCE Supplementary Meeting on Freedom of Religion and Belief, Vienna July 17-18, 2003. http://www.ihf-hr.org/viewbinary/viewdocument.php?doc_id=4723 [Date de consultation : 2 mars 2004]

Forum 18 [Oslo]. 23 janvier 2004. Felix Corley. « Georgia: Religious Minorities’ Hopes and Doubts Ahead of Presidential Inauguration ». http://www.forum18.org/Archive.php?article_id=235 [Date de consultation : 3 mars 2004]

_____. 5 novembre 2003. Felix Corley. « Georgia: After Four Years of Attacks, a Suspended Sentence is Given ». (Droits de l’homme sans frontières)

_____. 25 septembre 2003. Felix Corley. « Georgia: Catholics Fail to Break Orthodox Monopoly ». (Droits de l’homme sans frontières)

_____. 23 juin 2003. Felix Corley. « Georgia: Police Chief Bans Pentecostal Church ». (Droits de l’homme sans frontières)

_____. 16 juin 2003. Felix Corley. « Georgia: "We’ll Be Back", Mob Warns Pentecostals ». (FSU Monitor)

Human Rights Watch (HRW). 20 octobre 2003. Rachel Denbar. « Religious Freedom in Uzbekistan, Turkmenistan, and Georgia: Letter to the United States Commission on International Religious Freedom ». http://www.hrw.org/English/docs/2004/02/09/turkme7324.htm [Date de consultation : 4 mars 2004]

Imedi TV [Tbilissi, en géorgien]. 20 juillet 2003. « Georgia: Religious Sect Reportedly Harassed by Local Residents ». (BBC International Reports/Dialog)

International Religious Freedom Report 2003. 18 décembre 2003. Département d’État des États-Unis. Washington, DC. http://www.state.gov/g/drl/rls/irf/2003/24358.htm [Date de consultation : 2 mars 2004]

Keston Institute (KI). Automne 2003. Frontier no 2. Phillip Walters. « Religious Strife in Georgia ». http://www.starlightsite.co.uk/keston/latest/images/Georgia %202.pdf [Date de consultation : 2 mars 2004]

Keston News Service (KNS). 22 octobre 2002. Felix Corley. « Georgia: Will Violent Priest at Last Be Brought to Justice ». http://www.starlightsite.co.uk/keston/kns/2002/021022GE.htm [Date de consultation : 2 mars 2004]

_____. 8 juillet 2002. Felix Corley. « Georgia: Orthodox Priest Lead "Program" Against Pentecostal Church and Catholic Priests ». http://www.starlightsite.co.uk/keston/kns/2002/020708GE-01.htm [Date de consultation : 2 mars 2004]

_____. 13 février 2002. Felix Corley. « Georgia: "Sectarians Have to Be Shot Dead" ». http://www.starlightsite.co.uk/keston/kns/2002/020213GE.htm [Date de consultation : 2 mars 2004]

_____. 11 janvier 2002. Felix Corley. « Georgia: "No Action" in Wake of Attack on Pentecostals ». http://www.starlightsite.co.uk/keston/kns/2002/020111GE-01.htm [Date de consultation : 2 mars 2004]

_____. 26 septembre 2001. Felix Corley. « Georgia: Rebel Orthodox Priest Attacks Pentecostal Choir ». http://www.starlightsite.co.uk/keston/kns/2001/010926GE-01.htm [Date de consultation : 2 mars 2004]

_____. 28 mars 2001. Felix Corley. « Georgia: Pentecostals Latest Victims of Violence ». http://www.starlightsite.co.uk/keston/kns/2001/010328GE.htm [Date de consultation : 2 mars 2004]

Nation Unies. 16 décembre 2003. Conseil économique et social (ECOSOC). Civil and Political Rights, Including the Question of Religious Intolerance. Report by Mr. Abdelfattah Amor, Special Rapporteur on Freedom of Religion or Belief Addendum: Visit to Georgia. (E/CN.4/2003/63/Add.1) http://www.unhchr.ch/Huridocda/Huridoca.nsf/e06a5300f90fa0238025668700518ca4/e90d8d1cbe0a2fa1c1256e3800518b16/$FILE/G0317127.pdf [Date de consultation : 3 mars 2004]

Autres sources consultées


Sites Internet, y compris :

Adherents.com, Apostolic Pentecostal Churches Worldwide, Asian Journal of Pentecostal Studies, Cyberjournal for Pentecostal-Charismatic Research, Eye on Europe (Assemblies of God), FSU Monitor, Georgian Association of Experts in Religious Studies, Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL), Swedish Pentecostal Research and Information Center.