Protection offered by the authorities to civilians (whether from Equador or Colombia) against the activities of the Revolutionary Armed Forces of Colombia (FARC) (2003-2005) [ECU100831.FE]

Pour des renseignements sur les activités des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) en Équateur, ainsi que sur les mesures prises à la frontière par les autorités équatoriennes, veuillez consulter ECU100830.F du 30 novembre 2005.

Peu de détails sur la protection offerte à des civils contre les activités des FARC ont pu être trouvés parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Des sources indiquent que, à la suite d'une incursion des FARC en Colombie en juin 2005 depuis un campement situé en Équateur, l'armée équatorienne effectue une surveillance constante à la frontière avec la Colombie (AFP 26 juin 2005; Fundación Seguridad y Democracía sept. 2005). Les autorités ont notamment intensifié leur présence dans la ville de Lago Agrio ainsi que dans les environs du pont international San Miguel (AFP 26 juin 2005). Le Latin America Weekly Report souligne la présence d'environ 7 000 soldats le long de la frontière (21 mars 2005); selon la Fundación Seguridad y Democracía, ce sont 10 000 soldats de l'armée équatorienne qui patrouillent la zone frontalière (sept. 2005).

Par ailleurs, les relations entre les deux gouvernements sont demeurées tendues, en particulier en raison de la neutralité déclarée du gouvernement équatorien qui refuse de qualifier les FARC d'organisation terroriste (La Hora 2 oct. 2005; Fundación Seguridad y Democracía sept. 2005, 28; voir aussi Latinamerica Press 7 sept. 2005). Ces tensions ont rendu la coopération militaire difficile et limitée (Reuter 30 juin 2005).

Selon la Fundación Seguridad y Democracía, la participation des forces de sécurité à la résolution des questions internes, qui les détourne de leur travail de surveillance des frontières, favorise l'installation de groupes armés et d'organisations criminelles en territoire équatorien (avr. 2005).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


Agence France-Presse (AFP). 26 juin 2005. « Ecuador refuerza control en zona de combate entre FFAA colombianas y FARC ». (Factiva)

Fundación Seguridad y Democracía [Bogóta]. Avril 2005. « Reporte del 1 al 30 de Abril de 2005 ». Observatorio de Seguridad Suramericano. http://www.seguridadydemocracia.org/docs/pdf/analisis/Abril.pdf [Date de consultation : 22 nov. 2005]

La Hora [Quito]. 2 octobre 2005. « Aumenta violencia y corrupción ». http://www.lahora.com.ec/noticiacompleta.asp?noid=370836 [Date de consultation : 22 nov. 2005]

Latinamerica Press 7 septembre 2005. Luis Angel Saavedra. « Border with Colombia Heats up: Government to Stay on the Sidelines of Colombia Conflict ». (Dialog)

Latin America Weekly Report. 21 mars 2005. « Ecuador-Colombia: Quito Beefs up Border Defences ». (Factiva).

Reuter. 30 juin 2005. « Ecuador y Colombia cierran puertas a mayor cooperación por FARC ». (Factiva)

Autres sources consultées


Sources orales : Les tentatives pour joindre le ministerio de Gobierno y Policía, la Defensoría del Pueblo del Ecuador, ainsi qu'un sociologue de l'université Andina Simón Bolívar ont été infructueuses dans les délais prescrits pour cette réponse.

Sites Internet, y compris : Colombia Week, Country Reports 2004, Ministerio de Gobierno y Policía del Ecuador, Resource Center of the Americas, Washington Office on Latin America (WOLA).