Free Journalist Facing Military Prosecution

(New York, le 9 novembre 2015) – Le journaliste Hossam Bahgat, l’un des principaux défenseurs égyptiens des droits humains, risque un procès devant un tribunal militaire suite à son arrestation le 9 novembre, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Le bureau du procureur militaire a ordonné son placement en détention après l’avoir accusé de publier de « fausses informations » dans un article au sujet d’une tentative déjouée de coup d'Etat militaire.

Aucun civil ne devrait faire face à des poursuites militaires, et Bahgat est poursuivi uniquement en raison de son travail en tant que journaliste, a ajouté Human Rights Watch. Le bureau du procureur militaire devrait abandonner les accusations à son encontre et le libérer immédiatement.

« Il s’agit d’un moment charnière pour l'Égypte », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. « Prolonger la détention de Hossam Bahgat ou le poursuivre devant un tribunal militaire signalerait clairement que le président al-Sissi et son gouvernement n’ont aucune intention de mettre fin à la répression de ces deux dernières années. »

Hossam Bahgat a fondé l’organisation Initiative égyptienne pour les droits de la personne (Egyptian Initiative for Personal Rights, EIPR), qu’il a dirigée avant de reprendre ses activités de journaliste. En 2010, il  été nommé colauréat du Prix Alison Des Forges décerné annuellement par Human Rights Watch.

Les Directives et principes sur le droit à un procès équitable et à l’assistance judiciaire en Afrique, émises par la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples au sujet de la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples, que l'Égypte est un État partie, stipulent que  les « tribunaux militaires ne peuvent, en aucune circonstance, juger des civils ».