The groups Antorcha Popular Campesina and Frente Popular Francisco Villa; their goals and activities; whether these groups were involved in an attempt to take over a federal building in Mexico City in early 2000; whether there are links between the police and these groups; whether state protection is available to persons threatened or harassed by these groups (2000-November 2003) [MEX42164.E]

Aucune information sur un groupe appelé Flambeau populaire paysan (Antorcha Popular Campesina) n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches. Toutefois, il y avait de l'information sur un groupe appelé Flambeau paysan (Antorcha Campesina). D'après son site Internet, le Flambeau paysan est une organisation politique légale de gauche fondée en 1974 pour défendre les intérêts des collectivités rurales et urbaines marginalisées au Mexique (Antorcha Campesina s.d.). Le site Internet du Flambeau paysan indique également que ce groupe compte 75 chefs régionaux dans l'ensemble du pays et un secrétaire général national (ibid.).

Veuillez consulter MEX27351.E du 14 août 1997 et MEX31259.E du 3 mars 1999 pour des renseignements sur le Flambeau paysan, et MEX37863.E du 18 septembre 2001 pour une description d'un affrontement violent qui a éclaté entre des membres du Flambeau paysan et des partisans de l'Organisation des villages et des quartiers (Organizacion de Pueblos y Colonias - OPC) après la prise de l'hôtel de ville de Chimalhuacan par des membres de l'OPC les 17 et 18 août 2000.

Aucune information sur la prise d'un immeuble fédéral à Mexico par des membres du Flambeau paysan au début de 2000 n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

En ce qui concerne le Front populaire Francisco Villa (Frente Popular Francisco Villa - FPFV), MEX38341.E du 17 janvier 2002 fournit une description de l'origine, des chefs, des activités, du nombre de membres, du lieu d'implantation et de la participation aux conflits territoriaux de ce groupe à Mexico. De plus, MEX37951.E du 28 novembre 2001 fournit de l'information sur la participation du FPFV à des conflits territoriaux près d'une réserve naturelle à Ajusco.

Aucune information sur la prise d'un immeuble fédéral par des membres du FPFV au début de 2000 n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches. Toutefois, un article mentionne qu'environ 150 membres du FPFV ont manifesté en janvier 2000 devant la Prison préventive de l'Est (Reclusorio Preventivo Oriente) à Mexico (La Jornada 11 janv. 2000). À la suite de l'arrestation du chef du FPFV, Alejandro Lopez Villanueva, soupçonné du meurtre du juge Abraham Polo Uscanga, les responsables de la sécurité se seraient préparés à une « réaction violente » (reaccion violenta) de la part des partisans du FPFV (ibid.). Après avoir manifesté et demandé la libération d'A.L. Villanueva devant le bureau des juges à la prison pendant deux heures et demie, les partisans du FPFV ont bloqué une rue pendant quinze minutes avant de se disperser (ibid.).

Aucune information indiquant s'il existe des liens entre la police, le Flambeau paysan et le FPFV et aucune information indiquant si l'État protège les gens menacés ou intimidés par ces groupes n'ont pu être trouvées parmi les sources consultées par la Direction des recherches. Toutefois, en ce qui concerne la protection offerte par l'État, veuillez consulter le rapport sur le Mexique, rédigé en 2002 en vue d'être intégré à l'édition 2003 du World Factbook of Criminal Justice Systems, à l'adresse suivante : http://www.ojp.usdoj.gov/bjs/pub/ascii/wfcjsmx.txt. De plus, Amnesty International a produit un rapport en mars 2003 sur le système de justice pénale du Mexique, que l'on peut consulter en ligne à l'adresse suivante : http://web.amnesty.org/aidoc/aidoc_pdf.nsf/Index/AMR410072003ENGLISH/$File/AMR4100703.pdf.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références


Antorcha Campesina. S.d. « ¿Que es Antorcha Campesina? ». http://www.antorchacampesina.org.mx/fram2.htm [Date de consultation : 14 nov. 2003]

La Jornada [Mexico]. 11 janvier 2003. Angel Bolanos Sanchez. « Anticiparon a El Grandote la formal prision ». http://www.jornada.unam.mx/2000/ene00/000111/cap2.html [Date de consultation : 14 nov. 2003]

Autres sources consultées


Bases de données de la CISR

World News Connection/Dialog

Sites Internet, y compris :

Amnesty International

Centro de Investigaciones Economicas y Politicas de Accion Comunitaria, A.C. (CIEPAC)

Freedom House

Human Rights Watch

El Independiente [Mexico]

Mexique, Procuraduria Agraria

Reforma [Mexico]

El Universal [Mexico]

Moteur de recherche :

Google