Update of MEX33907.E of 29 February 2000 on the treatment of homosexuals in Mexico [MEX38203.E]

Dans un article publié en novembre 2000, l'Associated Press (AP) indiquait que [traduction] « les défenseurs [mexicains] des droits de la personne affirment qu'à l'échelle nationale, la violence envers les homosexuels se poursuit à un rythme alarmant » (2 nov. 2000). Les Country Reports 2000 indiquent qu'il y avait toujours de la violence envers les homosexuels au Mexique en 2000 et que la police [traduction] « maltraitait parfois les homosexuels » (févr. 2001). Dans son rapport annuel de 2002, Human Rights Watch précise qu'en 2001, au Mexique, [traduction] « [l]es gais et les lesbiennes étaient [...] la cible de mauvais traitements ».

Cependant, selon l'AP, les homosexuels au Mexique [traduction] « ont fait d'énormes progrès du point de vue de leur acceptation au cours de la dernière décennie [...] » (6 nov. 2000). L'article mentionne les exemples suivants de changements qui ont eu lieu au Mexique au cours des dernières années :

[traduction]
[...] Deux défenseurs des droits des gais ont été élus au conseil municipal [de Mexico] en septembre [2000].
[...]
Jusqu'à tout récemment, disent les défenseurs des droits des gais, la police considérait les meurtres d'homosexuels comme des crimes passionnels. Elle a maintenant créé une unité spécialisée dans le traitement des crimes homophobes et elle recevra une formation de sensibilisation.
[...]
Des dizaines de groupes de soutien pour les homosexuels sont apparus au cours des cinq dernières années. Des bars pour homosexuels ont fait leur apparition sur les avenues principales.
[...]
En juin [2000], un défilé de la fierté gai a attiré 30 000 membres, selon les chiffres des organisateurs. Il y a tout juste cinq ans, des parades de ce genre attiraient moins de 1 000 personnes.
[...]
Pendant la course à la présidence de cette année, le Parti d'action nationale -parti socialement conservateur du candidat Vicente Fox - a publié une annonce dans les journaux où il se défendait auprès de la communauté gaie; c'est la première fois qu'un parti politique important fait une chose de ce genre (AP 6 nov. 2000).

Au cours d'un entretien téléphonique, le coordonnateur du Círculo Cultural Gay, organisme établi à Mexico qui s'occupe de questions comme la violence homophobe, les violations des droits fondamentaux et le militantisme culturel, a affirmé que si d'une part la situation des homosexuels semble s'être améliorée au Mexique, d'autre part, ils sont toujours victimes d'agressions (Círculo Cultural Gay 22 janv. 2002). Le coordonnateur a signalé qu'un sentiment homophobe discret et profond subsiste dans certaines couches de la société mexicaine (ibid.). Il a ajouté que les principaux partis politiques ne possédaient pas la volonté de prendre les mesures nécessaires afin de réellement modifier la situation (ibid.).

Dans son rapport annuel de 2002, Human Rights Watch donne l'exemple suivant des traitements infligés à un militant gai dans l'État du Yucatán :

[traduction]
En août [2001], par exemple, trois jeunes hommes ont kidnappé le militant gai César Salazar Góngora dans la ville de Merida, au Yucatán ; ils l'ont violé, l'ont battu au moyen d'une pierre, lui ont coupé l'oreille avec un couteau et l'ont ensuite abandonné dans un village voisin. Salazar Góngora a déposé une plainte auprès des procureurs locaux. Dans les jours qui ont suivi, il a reçu des dizaines d'appel où il était menacé de mort pour avoir signalé le crime. Une enquête a été lancée, mais selon les défenseurs locaux des droits de la personne, des progrès n'ont été accomplis que lorsque Salazar Góngora, son avocat et deux défenseurs des droits des gais ont rencontré le procureur général de l'État et qu'ils ont obtenu sa promesse que l'enquêteur saisi du cas serait remplacé.

On peut obtenir d'autres renseignements sur le cas de César Salazar Góngora en consultant le site Internet du réseau d'Amnesty International pour les droits des lesbiennes, gais, personnes bisexuelles et transgenres (The Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender - LGBT - Network of Amnesty International) dont le but, entre autres choses, est de [traduction] « sensibiliser le public, dans le cadre de la stratégie et de la politique d'AI, à l'importance des violations des droits de la personne chez les LGBT, [de] fournir de l'information à ce sujet et ainsi de suite » (AI s.d.). Le réseau d'Amnesty International pour les droits des LGBT fournit aussi les renseignements suivants :

[traduction]
Amnesty International a reçu plusieurs rapports qui indiquent que des homosexuels et des membres d'autres minorités sexuelles sont attaqués et même tués [au Mexique]. Dans de nombreux cas, les autorités n'ont ni pris les mesures adéquates pour protéger ceux qui courent un danger ni enquêté de façon efficace sur les attaques afin de traduire en justice les responsables.
Au cours des six derniers mois, quatre homosexuels auraient été tués dans l'État de Colima. Les autorités de l'État n'auraient pas été en mesure de réagir efficacement et elles ont affirmé qu'il ne leur appartenait pas de protéger ceux dont la vie peut être en danger (ibid. 19 sept. 2001).

Un article du Boston Globe affiché sur le site Internet Sodomy Laws, site qui donne de l'information sur les homosexuels aux États-Unis et partout dans le monde, indique que [traduction] « [c]ontrairement aux États-Unis, où l'interdiction de pratiquer la sodomie est toujours présente dans la législation de certains États, le code pénal du Mexique n'a jamais interdit les actes homosexuels. Cependant, la police fait régulièrement des descentes dans les bars gais et les lieux de drague et invoque alors une disposition vague connue sous le titre de crimes contre la moralité » (Sodomy Laws s.d.).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié.

Références


Amnesty International (AI), Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender Network. S.d. « General Info - Gay and Bisexual Issues ». http://www.ai-lgbt.org/general_info.htm [Date de consultation : 25 janv. 2002]

_____. 19 septembre 2001. « Mexico - César Salazar Góngora ». http://www.ai-lgbt.org [Date de consultation : 15 janv. 2002]

Associated Press (AP). 6 novembre 2000. Julie Watson. « As Mexico Starts Learning to Accept Gays, Harassment and Violence Persists ». (NEXIS)

Círculo Cultural Gay, Mexico. 22 janvier 2002. Entretien téléphonique avec le coordonnateur.

Country Reports on Human Rights Practices for 2000. Février 2001. Département d'État des États-Unis. http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2000/wha/810.htm [Date de consultation : 23 janv. 2002]

Human Rights Watch (HRW). 2002. Human Rights Watch World Report 2002. New York : HRW. http://hrw.org/wr2k2/americas8.html [Date de consultation : 23 janv. 2002]

Sodomy Laws. S.d. « In Mexico, a Mass Gay Wedding ». http://www.sodomylaws.org/world/mexico/mxnews01.htm [Date de consultation : 8 janv. 2001]