Update to NGA32707.E of 10 September 1999 on state protection available to a Christian Yoruba widow of a Muslim man and who is now expected to marry her brother-in-law [NGA33619.E]

La pratique qui consiste à marier une veuve à un membre de la famille de son époux décédé est connue sous le nom de lévirat au Nigeria (Zeitlan et al. 1995; Empowering Widows in Development s.d.; Korieh printemps 1996).

Les renseignements figurant ci-dessous ont été obtenus le 25 janvier 2000 dans le cadre d'un entretien téléphonique avec une professeure de langues et de littératures africaines de l'Université du Wisconsin (University of Wisconsin) à Madison, qui est également la directrice du centre national de ressources en langues africaines (National African Language Resource Centre). Ses recherches portent notamment sur la langue yorouba. Elle est elle-même une Yorouba et visite le Nigeria régulièrement. Selon la professeure, le lévirat, bien qu'encore pratiqué dans de petites communautés traditionnelles yoroubas, est peu courant dans les régions urbaines. Elle a précisé que si le lévirat subsiste encore dans la culture yorouba, il est toutefois [traduction] « possible pour une femme de dire non ». À titre d'exemple, la professeure a signalé un cas récent où le père du mari décédé de la veuve voulait épouser celle-ci.. La veuve a refusé, même si ce refus lui a compliqué ses rapports ultérieurs avec son beau-père. En effet, selon la professeure, le beau-père en veut à la veuve et il tente de [traduction] « rendre sa vie misérable ». La professeure a toutefois précisé qu'à sa connaissance, la veuve n'a pas les mêmes problèmes avec les autres membres de la famille. La professeure a ajouté que dans ce cas, et dans d'autres cas où une veuve refuse le lévirat, il est possible pour cette dernière de déménager dans une autre région du pays des Yoroubas (Yorubaland) pour éviter de telles difficultés.

Dans divers articles, sans mentionner spécifiquement les veuves yoroubas, le Post Express fait mention des difficultés auxquelles se heurtent les veuves en général, y compris la pauvreté, les [traduction] « traitements dégradants », [traduction] « l'insensibilité de la société » et le remariage forcé (Post Express 14 juill. 1998, ibid. 18 août 1998, ibid. 29 oct. 1999, ibid. 10 août 1998, ibid. 6 juin 1997; ibid. 24 mars 1999).

En juin 1997, l'évêque anglican du diocèse d'Ikale-Ilaje (État d'Onto), a critiqué [traduction] « la pratique voulant que l'on force une veuve à épouser un membre de la famille de son époux »; il a précisé que [traduction] « l'église n'est pas en principe contre le remariage de la veuve avec un parent de son mari, mais qu'elle est contre l'idée d'obliger une veuve à se remarier ainsi ». (ibid. 6 juin 1997). En mars 1999, la présidente du programme de soutien aux familles (Family Support Programme - FSP) de l'État de Bayelsa a affirmé que les responsables du programme, [traduction] « en collaboration avec certaines organisations non gouvernementales (ONG), ont lancé une série de campagnes ayant pour but de juguler certaines pratiques odieuses à l'égard des femmes, comme la mutilation des parties génitales, les pratiques touchant les veuves et le mariage des très jeunes filles. [...] [La présidente du FSP] a conseillé aux veuves de l'État d'avoir recours aux services d'aide juridique, surtout si elles avaient de proches parentes qui avaient déjà été forcées d'épouser un membre de la famille de leur défunt époux (Post Express 24 mars 1999).

Plusieurs articles, sans parler spécifiquement du lévirat, signalent les efforts déployés pour améliorer la situation des veuves. Ainsi, le 26 août 1999, le Post Express a mentionnée que Frederick Fasehun, chef du Congrès des peuples oodoua et yorouba (Yoruba Oodua Peoples Congress - OPC), [traduction] « a conseillé au président Olusegun Obasanjo de tenir compte de la situation critique des veuves du Nigeria », et notamment du fait [traduction] « que les enfants du mari décédé sont totalement laissés pour compte, qu'à la mort de leur mari, les femmes perdent en quelque sorte leur statut social, et qu'elles ne disposent pas des moyens financiers nécessaires pour assumer les responsabilités du mari décédé ».

Le 19 avril 1999, le Post Express a signalé que la présidente nationale de l'organisation internationale des veuves (Widows Organization International) au Nigeria

[traduction]
avait conseillé aux veuves de se remarier si elles croyaient que « c'était de cette façon qu'elles parviendraient à mener une vie intéressante et enrichissante ». À Minna, elle a affirmé qu'il était faux de présumer que l'association a été créée pour encourager les femmes dont le mari est décédé à ne pas se remarier. Elle a déclaré que l'organisation a plutôt été créée dans le but de protéger les intérêts des veuves, et que la question du remariage était de la plus haute importance.

Le 18 décembre 1999, le Post Express a mentionné que le centre du droit familial (Family Law Centre - FLC) prendrait des mesures [traduction] « contre certains dirigeants communautaires [...], qui auraient infligé des traitements inhumains à une veuve » en la [traduction] « forçant à boire l'eau utilisée pour laver le cadavre de son mari ». Le Nigeria News Network a signalé le 21 janvier 1999 que [traduction] « quinze veuves de l'État d'Ebonyi avaient présenté une requête au FLC de l'État pour protester contre l'atteinte portée à leurs droits par les familles de leurs maris décédés » L'épouse du gouverneur de l'État d'Ebonyi, qui avait assuré la création du centre, a [traduction] « souligné que le FLC a été créé pour enquêter sur les cas de violation des droits et des privilèges des veuves et se pencher sur cette question » (ibid.). Le 17 janvier 2000, le Post Express a signalé qu'un document représentant [traduction] « l'effort collectif des femmes du Nigeria et les modifications qu'elles souhaitent intégrer à la constitution de 1999 » a été rédigé dans le cadre d'un colloque consacré à l'examen des rôles des sexes (Gender Review Colloquium) et qu'au nombre des modifications proposées figuraient les questions liées aux [traduction] « droits des veuves ».

Des articles publiés dans le Post Express font mention de diverses organisations qui s'occupent des problèmes auxquels se heurtent les veuves. Au nombre de ces organisations figurent le FSP (ibid.), la fondation Hope Alive (ibid. 25 oct. 1999), le centre de soutien pour les veuves (Widow Support Centre) (ibid. 10 août 1998), l'association des veuves du Nigeria (Widows Association of Nigeria) (ibid. 1er décembre 1998), l'organisation internationale des veuves (Widows Organization International) (ibid. 19 avril 1999) et le réseau des veuves et des enfants du Nigeria (Network for Widows and Children of Nigeria) (ibid. 26 août 1999).

Pour obtenir des renseignements sur le lévirat au sein de la communauté Igbo, voir NGA33756.E du 27 janvier 2000.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié.

Références


Empowering Widows in Development (Londres, R.-U..). S.d. « Country Reports: Nigeria ». http://www.oneworld.org/empoweringwidows/10countries/nigeria.html [Date de consultation : 1er janv. 2000]

Korieh, Chima Jacob [Université de Bergen, Norvège]. Printemps 1996. Widowhood Among the Igbo of Eastern Nigeria. Thèse de maîtrise en histoire. http://www.uib.no/hi/korieh/chima.html [Date de consultation : 19 janv. 2000]

Nigeria News Network. 21 janvier 1999. « Widows Petition Centre Over Assets ». http://www.NigeriaNews.net/ [Date de consultation : 21 janv. 2000]

Olufemi (University of Georgia, Athens, É.-U.). S.d. « Yoruba Traditional Marriage ». Article non révisé d'un étudiant du programme d'études en linguistique yorouba. http://www.uga.edu/~aflang/YORUBA/PAPERS/OLUFEMI.html [Date de consultation : 19 janv. 2000]

Post Express [Lagos]. 17 janvier 2000. Jim Pressman. « Gender Review Committee Concludes Work ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

_____. 18 décembre 1999. Petrus Obi. « Governor's Wife Protects Women's Rights ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

_____. 25 octobre 1999. Clement Shima. « Governor's Wife Plans to Float NGO ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

_____.26 août 1999. Bayo Muraina. « Widows Deserve Society's Support, Says Faseun ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

_____. 19 avril 1999. « Widows Advised to Re-Marry ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

_____. 24 mars 1999. « Bayelsa Writes Off Loans to Widows ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

_____.1er décembre 1998. Uche Nwosu. « Abia FSP Plans Programme for Widows ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

_____. 18 août 1998. Chris Oji. « Rotary Club to Establish Farm Settlement for Widows ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

_____. 10 août 1998. Hellen Obayagbon. « Utomi Canvasses Equal Opportunity for Widows ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

_____.14 juillet 1997. « Don Advocates Self-Reliance for Women ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

_____. 29 octobre 1997. Chris Oji. « Rotary Establishes Farm Settlements ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

_____. 6 juin 1997. « Forced Marriage on Widows Criticised ». www.postexpresswired.com [Date de consultation : 21 janv. 2000]

Professeure de langues et de littératures africaines, University of Wisconsin à Madison. 25 janvier 2000. Entretien téléphonique.

Zeitlan, Marian F.; Ratna Megawangi; Ellen M. Kramer; Nancy D. Colletta; E.D. Babatunde et David Garman. 1995. Strengthening the Family - Implications for International Development. Presses de l'Université des Nations Unies. http://www.unu.edu/unupress/unupbooks/uu13se/uu13se00.htm [Date de consultation : 19 janv. 2000]

Autres sources consultées


Bases de données de la CISR

LEXIS-NEXIS

REFMONDE

World News Connection (WNC)

Des tentatives infructueuses ont été faites pour joindre six sources non documentaires.

Moteurs de recherche, y compris :

HotBot

Metacrawler