Number and location of women's police stations; effectiveness of such stations in addressing violence against women (1999-March 2000) [NIC34186.E]

D'après La Noticia, un quotidien de Managua, les premiers commissariats pour femmes et enfants (Comisarías de la Mujer y la Niñez) ont été créés en 1993 dans le cadre d'un projet pilote et ils consistent maintenant en un programme structurel (programa estructural) du service de police national (29 août 1999). D'après un rapport de 1999 du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), les commissariats ont pour fonction [traduction] « [d']offrir des soins spécialisés aux femmes et aux enfants victimes de violence physique, psychologique et sexuelle » (Nations Unies 1999).

Dans son rapport, le PNUD mentionne également qu'il existe maintenant 14 commissariats pour femmes et enfants au Nicaragua (ibid.). Toutefois, dans une communication écrite du 6 mars 2000, un membre de la Commission juridique sur les commissariats du Réseau des femmes contre la violence (Red de Mujeres contra la Violencia), une organisation non gouvernementale dont le siège se trouve à Managua, a affirmé qu'il existe maintenant treize commissariats dans le pays : trois d'entre eux se trouvent à Managua, à savoir un dans le district no 5, un dans la commune de Ciudad Sandino et un dans celle de Tipitapa. Les autres commissariats sont situés dans les départements de Masaya, de León, d'Estelí, d'Ocotal, de Matagalpa, de Jinotega, de Boaco, de Chontales, de Chinandega et de Bluefields (Red de Mujeres contra la Violencia 6 mars 2000).

D'après La Noticia, les commissariats contribuent considérablement à la prévention de la violence faite aux femmes et aux enfants et à la prestation de soins aux personnes victimes de violence physique et sexuelle (La Noticia 29 août 1999). La Noticia, citant un rapport de la police nationale, indique également que le nombre de plaintes reçues par les commissariats est passé de 7 533 en 1997 à 9 220 en 1998 (ibid.). Toutefois, d'après le membre de la Commission juridique sur les commissariats :

[Remarque : la traduction française qui suit a été réalisée à partir d'une traduction anglaise effectuée par la Direction de la traduction multilingue du Bureau de la traduction, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.]
Il importe de mentionner que les activités de ces commissariats ont été financées par des agences de coopération internationales, et que l'octroi de fonds pour la deuxième phase de trois ans du programme n'a pas encore été approuvé, ce qui freine la mise en place d'un modèle de soins globaux qui garantirait le rétablissement des victimes et permettrait de répondre efficacement aux plaintes (Red de Mujeres contra la Violencia 6 mars 2000).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié.

Références


La Noticia [Managua]. 29 août 1999. Mario Antiono Zelaya. « Acontece jurídico ». http://www.lanoticia.com.ni/ [Date de consultation : 22 févr. 2000]

Nations Unies. 1999. Programme pour le développement (PNUD). « National Reports: Nicaragua ». http://www.undp.org/rblac/gender/nicaragua.htm [Date de consultation : 29 févr. 2000]

Red de Mujeres contra la Violencia, Managua. 6 mars 2000. Communication écrite envoyée par un membre de la Commission juridique sur les commissariats. Traduit de l'espagnol vers l'anglais par la Direction de la traduction multilingue du Bureau de la traduction, Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada.